Archives par mot-clé : Terrain

L’Agriculture urbaine : levier de mixité

photo nous sur le programmeNous étions au colloque international et interdisciplinaire « Penser l’émancipation » à Bruxelles.

Nous avons présenté nos premiers résultats à partir d’observations, d’observations participantes, d’entretiens et de recensement sur les jardins collectifs urbains.

Notre proposition consiste à appréhender l’agriculture urbaine comme participant d’un projet collectif de développement d’une ville nourricière, davantage respectueuse de l’environnement et du bien-être, mais aussi comme un levier potentiel d’émancipation et de mixité genrée. Nous nous demanderons comment, dans le contexte gennevillois, l’agriculture urbaine peut prendre la forme d’une responsabilisation collective et devenir l’un des vecteurs concrets du changement de rapport des habitant-e-s à la ville, à la fabrication de l’urbain. De la remise en cause d’un urbanisme trop monofonctionnel, la réflexion s’oriente aussi sur l’androcentrisme de la ville et ses conséquences.

Comment ce mouvement, clairement ancré dans le retour aux circuits courts de production, imaginant la ville productive et non pas productiviste, réinvestissant l’espace public, suscite-t-il l’attention et l’engagement de groupes d’habitantes et d’habitants mixtes, voire plus majoritairement féminins ? Ces nouveaux modes de luttes et de pratiques alternatives, en posant concrètement la question du droit à la ville, comme le droit de toutes et tous à transformer la ville, peuvent-ils être les moyens de lutte contre le sexisme ? Enfin, l’appropriation de ces lieux de production agricoles permet-il une autre forme de production d’espaces ?

20151012_183731Les jardins collectifs urbains n’échappent pas aux stéréotypes de genre, mais sont aussi les lieux d’un retournement de ces stéréotypes. L’agriculture urbaine, en mettant la ville en mesure d’être nourricière devient un levier de résistance, d’émancipation, de mixité mais aussi de bien être.

Et si la ville se produisait aussi dans les jardins partagés ?

Usages des espaces publics

 

 

Une réunion d’appartement chez vous ?

Comment se passe une réunion d’appartement ?

Vous invitez des voisines, des voisins, des amies, des amis… chez vous. Pas plus de 6 personnes à la fois. Et puis nous discutons. Quelle est la place des femmes dans l’espace public gennevillois ? Comment nous y sentons-nous ? A quelle heure ? Avec qui ? Pourquoi ? Qu’est-ce que serait un espace mixte ?…

Ce sera aussi le moment de vous présenter plus concrètement le programme de recherches, et puis si vous le souhaitez de vous y associer dans la Coopérative Urbaine d’Invention.

Nous commençons par les Agnettes et les Grésillons. Vous souhaitez organiser une réunion chez vous : un mail où vous inscrivez vos coordonnées : lesurbaines92-at-gmail.com

Le terrain gennevillois

situation

Figure 1 . Situation de Gennevilliers au Nord-Ouest de l’Ile-de-France

Représentatif de nombreuses villes de proche banlieue, de territoires urbains en pleine reconversion, le terrain gennevillois est une commune moyenne (42 000 habitants), situé au Nord des Hauts-de-Seine, en situation de métropolisation.

hds

Figure 2. Situation dans la boucle-nord des Hauts-de-Seine

Le territoire communal (1200 ha) regroupe la population sur un tiers de son territoire. Les deux autres tiers comprennent, à part égale l’espace du port autonome de Paris et des activités industrielles et tertiaires.

tissu gennevilliers 

Figure 3. Structure du tissu urbain

Le profil économique de la commune est celui d’un territoire conservant encore une part importante de salariés travaillant dans l’industrie et d’activités de production et évoluant vers une diversification économique, notamment tertiaire.

repatition population

Figure 4. Répartition de la population sur le territoire gennevillois

L’ensemble de la commune constitue le terrain de recherches transversales et plus finement, deux quartiers sont plus particulièrement étudiés, les Grésillons et les Agnettes. Le premier est à la fin d’un processus de renouvellement urbain ANRU, le second est représentatif d’un urbanisme des grands ensembles des années 1960-1970, engagé dans une réflexion urbanistique importante.

Participez, réalisez une carte mentale

CM20140612-08

Cadre : Vous habitez et/ou travaillez à Gennevilliers, participez au projet de recherche en réalisant une carte mentale.

Objectifs : Il s’agit de comprendre les représentations et les usages de l’espace public gennevillois par les hommes et les femmes.

Public concerné : tout public gennevillois

Contextualisation : Homme/Femme, âge, date d’arrivée à Gennevilliers, quartier de résidence ou de travail (indiquer s’il s’agit de la résidence ou du travail), contexte de connaissance du protocole (association, internet, ami.e,…)

Matériels : Feuille blanche, crayons ou feutres vert, noir, rouge.

Consigne : Indiquer sur chaque dessin les éléments de contextualisation.

Tracer les déplacements dans Gennevilliers en différenciant les parcours appréciés en vert, les parcours sans intérêt (ni aimé ni malaimé) en noir, les parcours faisant l’objet d’un malaise, d’une appréhension, d’une méfiance en rouge. En trait plein on dessinera les trajets de jour , en pointillés les trajets nuit, en variant les couleurs selon le ressenti.

Sur la même feuille on représentera les trajets quotidiens ou quasi quotidiens (travail, école, commerces,…) et les trajets plus espacés dans le temps (parcs, équipements sportifs, équipements culturels, locaux associatifs, administration,….).

Le cas échéant on pourra faire apparaître des lieux fréquentés 10, 20, 30… ans auparavant qui ne le sont plus, parce qu’ils ont disparu, parce qu’ils ne correspondent plus à des besoins ou des habitudes. Le ou les dessins peuvent être accompagnés d’un commentaire.

Une fois la carte réalisée, vous la photographiez ou la scannez et la postez lesurbaines92 – at – gmail.com

La Coopérative urbaine d’invention : des fablabs ouverts sur la ville.

WP_20140313_001

L’une des particularités du projet est de faire participer l’ensemble des habitant.e.s à l’expérience de recherche. Il est qualifié d’abord de recherche-action, c’est-à-dire qu’il inclut les chercheur.e.s dans l’objet de l’étude, mais aussi qu’il est aussi conforté dans son objectif participatif et critique. Il s’agit d’échanger les moyens de compréhension de la ville, à partir des connaissances de chacun.e et finalement les différents modes de l’habiter.

La Coopérative Urbaine d’Invention rassemble celles et ceux qui voudront bien participer, quelle que soit la durée de cette participation. Dans cette coopérative, seront collectivement travaillées et affinées les problématiques de recherche. Le carnet de terrain y sera tenu, inscrivant ainsi la recherche en train de se faire. Ateliers ouverts ou fablab (dans une version sciences humaines et sociales), il s’agit bien de fabriquer ensemble la recherche sur les espaces urbains.

Un certain nombre de protocoles récurrents sont mis en place tout au long de la durée du programme de recherches (cartes mentales, photographie, récits…) et mis à disposition comme autant d’outils d’appropriation, de compréhension de l’espace vécu et de construction citoyenne.

Le carnet de terrain est tenu, numériquement, sur un blog, sur un carnet de recherches et sur une page de réseau social. Il est tenu physiquement dans la ville par voie d’affichage et de lecture publique dans l’espace urbain.

La coopérative participera aussi à la construction de matériaux : photos/vidéos/sons de parcours quotidiens (envoyées par sms ou mail), cartes mentales, chronogrammes, récits de vie, indicateurs de mesure sur le temps du projet. La coopérative prendra aussi part à l’ensemble des ateliers d’écritures (atelier d’écriture, conte, etc…)

Objectifs

WP_20140412_003

« La ville côté femmes » est un projet relativement long (6 années). Cette longueur est une garantie pour un regard évolutif sur la population d’une ville moyenne en situation de métropolisation. Les objectifs sont multiples.

° Evaluer. Il s’agit d’évaluer l’impact des dispositifs déjà mis en œuvre. La municipalité de Gennevilliers est attentive depuis longtemps aux droits des femmes, facilitant l’installation d’associations militantes pour le droit des femmes. Ces dernières années ont vu des actions concrètes : manifestation de condamnation des violences faites aux femmes après l’assassinat de deux habitantes par leur conjoint, campagne d’affichage contre les violences faites aux femmes, exposition de photographies de Gennevilloises par Sylla Grinberg, marches exploratoires d’études et d’analyse de quelques espaces publics par un petit groupe d’entre-elles, participation au financement et à la construction de l’Ecole Femmes sans Frontières, création d’une mission spécifique aux droits des femmes, semaine annuelle de débats, manifestations et exposition autour du 8 mars.

Partant de cet arrière-plan sensibilisé, le projet compte évaluer l’impact des différents dispositifs, associatifs, municipaux, départements… en développant une réflexion genrée sur l’espace public.

° Participer. Une approche particulière de ce projet est de situer le chercheur consciemment dans un positionnement subjectif, voire participatif. La composition féminine de l’équipe, non recherchée mais sans doute induite par la thématique, renforcera sans doute cette subjectivité. Elle sera sans doute un atout pour aborder les femmes et ressentir l’espace public de leur point de vue, elle sera potentiel une difficulté lorsqu’il s’agira de discuter avec les hommes.

° Faire participer. De même que le/la chercheur.e est un.e citoyen.ne à part entière, le projet pose comme préalable que l’habitant.e est un.e chercheur.e à part entière et ceci sous quelque forme que ce soit (marche exploratoire, chorégraphie, ateliers…).

° Produire. Cette expérience de 6 ans doit laisser permettre de laisser des habitudes, une éducation populaire de la ville, une permanence réflexive. Elle doit aussi laisser des souvenirs d’une aventure commune enrichissante, elle est un apprentissage commun, réciproque. Au terme de ces six années, des rencontres auront eu lieu, informelles, cadrées, colloques chercheur.e.s-habitant.e.s, chorégraphies, photographies ; elles auront donné lieu à des publications, à des affichages, à un/des livres.

Rencontre 13 février 2014

WP_20140213_001

Le 13 février a eu lieu notre première rencontre de terrain, notre première discussion avec les Gennevilloises. En 1h30, beaucoup de sujets ont été abordés sont avec ces deux « étudiantes » de l’Ecole Femmes sans Frontières. Ce qu’il en ressort : la fierté d’habiter la ville, la chance d’y vivre.

Au cours de ce premier entretien elles nous parlent des multiples lieux qu’elles fréquentent, le cinéma Jean Vigo, le nouveau centre Aimé Césaire pour le concert de rock ayant lieu le samedi suivant, le Centre nautique pour y accompagner les petits enfants, les divers équipements sportifs, le Théâtre de Gennevilliers pour certaines manifestations.

Gennevilliers est une ville-monde, une ville qui leur ressemble. Elles s’y sentent chez elles, accueillies. Pour autant elles sont attentives aux changements.

L’écoquartier, en construction, est attendu avec impatience pour plusieurs raisons :

–          Depuis la fin des activités de l’usine ETG Chausson, le terrain en friche était ressenti sans contrôle, le quartier peu éclairé, peu vivant aux heures nocturnes incitant à presser le pas, à marcher au milieu de la rue pour augmenter les angles de vue, en se méfiant des ombres. Les habitants, leurs vies, leurs activités, leurs déplacements sont donc attendus.

–          L’écoquartier comprend un parc et bien que la ville soit déjà bien pourvue en espaces paysagers (de plus en plus en gestion différenciée), ce parc est le bienvenu, il fait partie d’un mode de vie plutôt piéton, et doux dans la ville.

Dans le même temps, sans encore vraiment les formaliser, elles craignent des changements dans la ville, elles ont peur d’une extension des rythmes de vie rapides et embouteillés de Paris jusqu’à Gennevilliers. Elles n’ont pas envie de cela. Est-ce que ces craintes s’appuient sur les projections du Grand Paris ? Nous n’avons pas creusé cette question.

Nous leur avons présenté brièvement nos différentes interventions (recherche-action en études urbaines, photographie, chorégraphie) et notre volonté de les rencontrer en dehors du lieu de l’école, de leur faire raconter, dessiner leurs pratiques de la ville, de construire avec elles la Coopérative d’Inventions. Voilà donc une aventure qui commence.