recension de Les sens de la ville par Marc Dumont pour la revue Urbanités

Malgré une récente montée en puissance, les recherches portant sur les différentes façons concrètes d’agir sur les inégalités de genre et les formes variées de domination en milieu urbain restent encore marginales dans le champ de l’urbanisme, de ses débats théoriques et scientifiques autant que dans le cadre des univers techniques et professionnels de la conception urbaine. Ce n’est pas une nouveauté que de relever la difficulté persistante des questions d’inclusion sociale à se frayer une véritable place aux côtés de celles largement dominantes des logiques de valorisation économiques et foncières d’opérations immobilières ou de production d’infrastructures. Cette situation peut s’interpréter au croisement de plusieurs facteurs ; mentionnons, entre autres : une réticence idéologique à accepter de considérer la façon dont la nouvelle question sociale est traversée par les question de corps, de genre et de race, un manque d’expérimentation des services techniques des collectivités rétifs ou démunis pour incorporer ces questions dans leurs propres pratiques (Delarc, 2018), ou, encore, une large domination masculine persistante dans les sphères directionnelles des principaux réseaux professionnels – à ce jour moins d’une dizaine de femmes directrices sur les 50 agences d’urbanisme françaises, par exemple. C’est un des sujets, mais non le seul de ce imposant ouvrage sur « Les sens de la ville » dirigé par Corinne Luxembourg, Damien Labruyère et Emmanuelle Faure, articulant plus de 25 contributions autour de thèmes complémentaires : « Entendre et observer » (portant davantage sur des enjeux de méthodes), « vivre et pratiquer la ville » (éclairant certains rapports à la ville), « Jouer » (autour des enjeux de la création autant que du sport entre autres), « Dessiner » (posant les défis de cartographies participatives, mentales….) et « Fabriquer » (explorant les perspectives du projet d’urbanisme ou d’architecture)…

recension à lire en totalité ici : https://www.revue-urbanites.fr/lu-dumont-luxembourg/

Emission IN/OUT + Journal Le Monde : « la ville est-elle faite pour les femmes ? »

En plateau, Sybil Cosnard, paysagiste, urbaniste/CITY Linked ; Corinne Luxembourg, maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches en géographie, ENSA Paris La Villette ; Yves Raibaud, géographe et maître de conférences à l’Université Bordeaux Montaigne ; Viktoriya Struk, étudiante à l’École Urbaine de Sciences Po.

 

Rencontres à venir

LE 26 novembre 2020 à 18h30 à la librairie Zenobi, 50 avenue Pierre Larousse à Malakoff dans le cycle Les jeudis de Zenobi

Le 7 octobre 2020 à 20h à la librairie Le Genre Urbain à Paris 20e métro Pyrénées ou Belleville dans le cycle Les causeries urbaines.

Le 24 septembre 2020 à la bibliothèque Benoîte Groult à Paris 14e, métro Edgar Quinet pour le lancement des jeudis de l’actualité 2020-2021.

25, 27 et 28 juin 2019 : Cet enfant-là. La nouvelle création pour la scène des Urbain.e.s-La Troupe.

pour prendre vos places dès maintenant : https://www.weezevent.com/cet-enfant-la

Il me semblait que « jouer au théâtre » contenait quelque chose de l’enfance, mise en abîme, mise au désespoir, mise au défi. Les héros tragiques, au sens où l’exprime Christine Angot, ne font que divulguer au monde, au public, le sentiment intime. Le chagrin d’enfant, par exemple, devient universel et plus encore que par l’identification littéraire : le héros tragique, projette sur la scène du théâtre (ou de l’opéra) une sorte de puissance immémoriale de sa propre mythologie.

Les enfants jouent, à se tuer, à être forts et beaux, à faire la guerre, les comédiens aussi.

Richard III, Vania, Oberon et Titania sont des enfants.

Rien n’est grave mais tout existe ; alors il faut bien écouter ce récit du monde qui traverse enfants et comédiens.

J’ai voulu mener la troupe vers cette aventure difficile, remuante et âpre du souvenir et de l’inconscient collectif qui parcourt l’humain. « On dirait que t’es la princesse et-moi ton prince ». Sauf que là, dans ce jeu de l’enfance, tout est très sérieux et que le conditionnel est distordu à la seule condition du vraisemblable. Tout est vrai. Il faut croire au théâtre autant qu’aux histoires de l’enfance, sinon on n’a rien compris du tout.

J’ai ainsi voulu traverser par ces territoires dangereux du roman familial, expérience exclusivement enfantine qui consiste à remédier aux insuffisances, aux douleurs, pallier les manques vécus par le petit enfant. Ce processus est évoqué brièvement par Freud en 1909, son intérêt fondamental est qu’il est absolument impossible de se remémorer ce roman familial préœdipien sans expérience psychanalytique. On oublie, les névroses s’intègrent au corps social, on est adulte. Et l’adulte refuse souvent cette idée de plonger dans son propre roman familial comme il refuse le jeu primitif pour ainsi dire du jeu au théâtre.

On trouvera dans cette écriture collective des souvenirs dont on se moque de la véracité, des jardins d’enfance, des mariées furieuses ou clownesques, des évocations parfois lointaines de guerres du siècle dernier qu’un terreau encore fertile fait exister toujours, nous sommes des enfants sans mémoire dans un monde sans vergogne et que le politique se refuse à éduquer. Un enfant juif, depuis son camp de déportation, nous livre ses visions, peut-être pour prolonger la vie , la sienne, dont on ignore si elle devint cendres. Moi je sais qu’il a vécu. Je sais qu’il est là, sur la scène, une scène peuplée d’amis imaginaires et de grands personnages de cinq ans ;

Les héros.

DAMIEN LABRUYERE, direction artistique et mise en scène.

ETUDES URBAINES GENRÉES PARTICIPATIVES ET CRITIQUES

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search