Retour en images sur la journée du 19 octobre.

Genre et droit à la ville : 19 octobre 2018 à Gennevilliers

Le programme de la Journée d’étude Genre et droit à la ville se dessine, les interventions seront à l’image de la recherche-action des urbain.e.s avec des artistes, des chercheur.e.s, des habitant.es.

inscriptions : https://www.weezevent.com/genre-et-droit-a-la-ville

Rendez-vous le 19 octobre à l’Espace Aimé Césaire, 6 avenue du Luth, Gennevilliers (92)

9h00 – Accueil café

9h30 – Présentation de la journée

9h45 – Mot du maire Patrice Leclerc

10h10 – 10h40 L’expérience de recherches-action gennevilloise : la ville côté femmes (Emmanuelle Faure, Edna Hernández González, Corinne Luxembourg)

10h40 – 11h00 Pause

11h00 – 13h00 Table ronde Construction métropolitaine. Animation Juliette Morel (géomaticienne, chercheuse en Littérature, Criham, Université de Limoges.)

  • Marion Tillous (géographe, LEGS, Université Paris 8 Saint-Denis) : Les voitures de métro réservées aux femmes : enjeux et controverses
  • Anne-Laure Perez-Valentin, adjointe à l’urbanisme de la ville de Gennevilliers
  • François Valégeas (urbaniste, ART-Dev, Université Paul-Valéry Montpellier 3) : Une ville durable sous conditions ? Genre et normes d’habiter dans la production des écoquartiers

13h00 – 14h30 Déjeuner sur place

14h30 – 16h30 Table ronde Espaces des corps urbains. Animation : Emmanuelle Faure, (géographe, LADYSS, Université Paris Nanterre, co-directrice du programme de recherche-action)

  • Antoine Le Blanc (géographe, TVES ULCO, président du Comité National Français de Géographie) Le sport LGBT entre ouverture et fermeture : la création d’espaces et de réseaux sportifs parallèles dans la ville
  • Mohammed Brahim Grichi, adjoint aux sports de la ville de Gennevilliers
  • Arnaud Alessandrin (sociologue, LACES, Université de Bordeaux) et Johanna Dagorn (sciences de l’éducation, LACES, université de bordeaux) Modes de présences urbaines des corps exposés.

16h30 – 16h45 Pause

16h45 – 17h15 Présentation des transects et propositions d’aménagements paysagers (Atelier paysage SensOmoto)

17h15 – 17h45 Conclusion : Sofia Manseri (conseillère municipale déléguée au féminisme et à lutte contre les discriminations, ville de Gennevilliers) et Bérangère Rubat du Mérac (chargée de mission égalité femmes hommes, ville de Gennevilliers)

17h45 -18h30 Moment musical : Louise Jallu (https://www.louisejallu.com)

18h30-19h30 Apéro dinatoire

19h30 – 21h00 Promesse de Barbara de et par L’Atelier-troupe-Les Urbain.e.s, direction artistique Damien Labruyere.

Espace exposition :

Photographies de Gaël Dupret

Carnet de voyage d’habitantes gennevilloises coordonné par Chloé Mercier

Carte sensible produite par Chloé Mercier

Transects produits par l’atelier paysage SensOmoto (http://www.sensomoto.org)

Posters des Urbain.e.s, grâce au travail graphique de Claire Pasquet

C’était Promesse de Barbara.

C’était Promesse de Barbara, les 20, 26 et 28 juin 2018 à la Maison du Développement culturel de Gennevilliers. Cette pièce est écrite et jouée par les habitantes, Agnès, Catherine, Christiane, Corinne, Damien, Harriette, Martine, Nadine, avec le concours et la présence de Claudine. Cette troupe est un moyen de recherche et d’interprétation à part entière dans le cadre du programme de recherche-action.

Photos (c) Gaël Dupret.

20, 26, 28 juin. Les Urbain.e.s-la troupe jouent Promesse de Barbara à la MDC de Gennevilliers.

Si la destruction de la Place publique avait, pour un moment, peut-être celui du théâtre, réuni des personnages en quête de sens et d’altérité, on ne peut dire que les rapprochements opérés les auront menés très loin dans la cité, « ville-ventre » ainsi que la définit une protagoniste. Tout juste auront ils trouvé ce mur où s’inventer l’abri ou l’issue provisoire. Aussi chacun chacune expose-t-il son seul rapport au monde comme son rapport au mur, supposément porteur. Nous trouvons là une concierge emmurée dans sa loge comme dans sa méfiance et sa peur du dehors, un chat de fable, une militante pour laquelle la solidité des murs a remplacé les tracts éphémères, un peintre poète devenu graffeur, Loren pythie des trottoirs ou pute miraculeuse, André sans-abri définitivement en errance.

Ces petits êtres de fable, sont confrontés, sans savoir l’identifier ou l’entendre explicitement, à un grand récit, Odyssée homérique d’un très vaste espace (Atlantique et Méditerranée sont invoqués) et d’un temps indéfini, puisqu’on parle là depuis de très anciens rivages à des moments tristement contemporains. En ce sens, une voix non sexuée venue faire surgir une complainte ancienne semble établir un lien mystique entre les personnages et ce récit venu de fort loin.

C’est la rencontre fortuite, inconsciente, nécessaire aussi que développe notre création collective. Promesse salvatrice d’un ailleurs sans âge, visions rimbaldiennes, humanisme et prophétie d’un Peter Handke, « Il faut s’établir au dehors(…) votre abri c’est nulle- part « , comme des dramaturges de la Grèce antique qui porte en elle toutes les destinées humaines et de quelques demi Dieux…

Rien n’aurait changé. Des millénaires, des chants antiques, des guerres et des génocides aucun enseignement n’aurait été tiré ?  Les Urbain.e.s Troupe Atelier proposent une vision d’ici et maintenant.

Télécharger le programme : Promesse de Barbara 

Réservations ici https://www.weezevent.com/promesse-de-barbara ou par téléphone auprès des Urbain.e.s (0672446793) ou auprès de la Maison du Développement Culturel : 01 40 85 64 55

Avatars et évolution d’un atelier d’écriture et de création scénique au sein du programme des Urbain.e.s

Lorsque l’on a décidé, en 2015, de la présence d’un atelier d’écriture au sein d’un programme de recherche, j’avais très vaguement l’idée de quelque chose qui aurait pu ressembler à un recueil de témoignages, celui d’habitantes de la ville de Gennevilliers, autour d’une question commune au travail de recherche -action et de cet espace d’écriture : la place des femmes dans l’espace urbain. L’affaire n’était pas nouvelle puisque d’autres municipalités et territoires s’étaient dotés d’un tel atelier, pour ainsi dire d’écriture testimoniale.

Ça a été très ennuyeux, et pour les habitantes venues jeter un œil ou un coup de plume et pour moi : L’espace urbain ne faisait pas « question » pour ces femmes libres, autonomes, loin d’une problématique convenue voire victimaire de la femme et son rapport à la ville, à l’altérité aussi. Fin des débats.

J’ai donc, quatre ou cinq mois plus tard, délibérément mené les participantes vers ce qu’est l’écrit et non plus l’écriture, au sein d’une création, d’un espace non plus public mais absolument intérieur, intime. Dès lors, quittant le témoignage et l’espace public, nous avons ouvert un nouveau territoire, celui d’une vérité autant subjective qu’indiscutable, celui de la fiction, de l’invention, de la création.

Cela avait enfin véritablement du sens. Je ne recueillais plus rien d’une parole sur le « commun », mais, sur un terrain vierge de tout, je devais organiser et faire croître leurs tentatives et désirs d’écrire enfin quelque chose de soi. Quelque chose d’inédit.

C’est dans cette optique que j’ai suggéré, puis offert au groupe devenu absolument complice, solidaire, puis concerné par cette chose commune, l’idée d’écrire pour la scène.

Je ne veux pas parler de théâtre, c’est encore trop codé, connoté. Je parle de créer de l’écrit pour la scène. Je parle de sortir de soi, de sa vie, des personnages que l’on va soumettre à l’épreuve de l’autre, du groupe, à l’épreuve de la voix (puisque l’on n’écrit plus pour soi mais pour l’autre), à l’épreuve difficile du corps qui porte en lui ces mots-là, je parle de dramaturgie, de techniques relevant de l’art dramatique, du rapport à un nouvel espace réinventé toujours qu’est la scène d’un théâtre.

Je parle d’un grand courage.

Aussi cet atelier dit d’écriture est-il devenu lieu de création littéraire, laboratoire où notre groupe devenu troupe frotte ses mots à la scène, à l’autre, à un public.

Cet « atelier-troupe » est donc un lieu inédit dans le paysage français, fût-il celui de la recherche ou du théâtre puisque les auteures sont elles-mêmes les interprètes des textes offerts au public.

Personne ne vient ravir la parole de quiconque. C’est pour moi le lieu de la liberté même, au prix d’une exigence et d’une vigilance constantes, d’un travail soutenu, continu, difficile aussi de la part des membres du groupe. Un engagement rare.

Nous travaillons ainsi au rythme de quatre heures hebdomadaires dans les locaux de la Maison du Développement Culturel, lecture commune et mise en perspective des textes rédigés la semaine, travail scénique, corporel, des textes et des personnages créés dans la salle de théâtre, éléments de mise en espace /mise en scène. C’est à mon sens, de véritables retrouvailles avec l’être précieux qu’on porte en soi, quelque chose d’infiniment généreux, qui nous aura mené à présenter deux créations au public (« Une place à soi », juin 2017/janvier 2018 puis « Promesse de Barbara » juin 2018). Nous avons, fièr-e-s et nourri-e-s de cet élan, et de l’expérience acquise, d’autres projets pour l’année à venir. Le groupe reste ouvert à l’Autre, à la seule condition d’un engagement sans faille.

Damien Labruyère, animateur et directeur artistique de l’Atelier-Troupe des Urbain.e.s

ETUDES URBAINES GENRÉES PARTICIPATIVES ET CRITIQUES