Archives par mot-clé : Gennevilliers

Le terrain gennevillois

situation

Figure 1 . Situation de Gennevilliers au Nord-Ouest de l’Ile-de-France

Représentatif de nombreuses villes de proche banlieue, de territoires urbains en pleine reconversion, le terrain gennevillois est une commune moyenne (42 000 habitants), situé au Nord des Hauts-de-Seine, en situation de métropolisation.

hds

Figure 2. Situation dans la boucle-nord des Hauts-de-Seine

Le territoire communal (1200 ha) regroupe la population sur un tiers de son territoire. Les deux autres tiers comprennent, à part égale l’espace du port autonome de Paris et des activités industrielles et tertiaires.

tissu gennevilliers 

Figure 3. Structure du tissu urbain

Le profil économique de la commune est celui d’un territoire conservant encore une part importante de salariés travaillant dans l’industrie et d’activités de production et évoluant vers une diversification économique, notamment tertiaire.

repatition population

Figure 4. Répartition de la population sur le territoire gennevillois

L’ensemble de la commune constitue le terrain de recherches transversales et plus finement, deux quartiers sont plus particulièrement étudiés, les Grésillons et les Agnettes. Le premier est à la fin d’un processus de renouvellement urbain ANRU, le second est représentatif d’un urbanisme des grands ensembles des années 1960-1970, engagé dans une réflexion urbanistique importante.

Participez, réalisez une carte mentale

CM20140612-08

Cadre : Vous habitez et/ou travaillez à Gennevilliers, participez au projet de recherche en réalisant une carte mentale.

Objectifs : Il s’agit de comprendre les représentations et les usages de l’espace public gennevillois par les hommes et les femmes.

Public concerné : tout public gennevillois

Contextualisation : Homme/Femme, âge, date d’arrivée à Gennevilliers, quartier de résidence ou de travail (indiquer s’il s’agit de la résidence ou du travail), contexte de connaissance du protocole (association, internet, ami.e,…)

Matériels : Feuille blanche, crayons ou feutres vert, noir, rouge.

Consigne : Indiquer sur chaque dessin les éléments de contextualisation.

Tracer les déplacements dans Gennevilliers en différenciant les parcours appréciés en vert, les parcours sans intérêt (ni aimé ni malaimé) en noir, les parcours faisant l’objet d’un malaise, d’une appréhension, d’une méfiance en rouge. En trait plein on dessinera les trajets de jour , en pointillés les trajets nuit, en variant les couleurs selon le ressenti.

Sur la même feuille on représentera les trajets quotidiens ou quasi quotidiens (travail, école, commerces,…) et les trajets plus espacés dans le temps (parcs, équipements sportifs, équipements culturels, locaux associatifs, administration,….).

Le cas échéant on pourra faire apparaître des lieux fréquentés 10, 20, 30… ans auparavant qui ne le sont plus, parce qu’ils ont disparu, parce qu’ils ne correspondent plus à des besoins ou des habitudes. Le ou les dessins peuvent être accompagnés d’un commentaire.

Une fois la carte réalisée, vous la photographiez ou la scannez et la postez lesurbaines92 – at – gmail.com

Temps du/des corps/décors.

WP_20140411_001

La ville dans sa configuration actuelle résulte d’une civilisation de l’accélération. Quel qu’en ait été le motif, la diminution des distances-temps a transformé durablement les paysages et introduit une nouvelle fragmentation, selon que l’on peut accéder à cette rapidité d’échange ou non. Cette fragmentation se vit à l’échelle du corps, elle définit pour chacun des habitants jusqu’où il est physiquement, socialement, possible et imaginable d’aller.

A ce premier constat qui concerne l’ensemble des humains s’ajoute ce que le contrôle social impose aux corps. Le corps féminin est le premier observé, le premier contrôlé. On sait la tradition patriarcale de nos sociétés, on sait aussi qu’elle est vécue quel que soit le milieu social, on sait enfin qu’elle est véhiculée indifféremment par les hommes et les femmes, sous quelque forme que ce soit.

Aborder la ville côté femmes implique d’interroger nombre de comportements, de qualifications, de stéréotypes (reposant pour l’essentiel sur un présupposé de détermination biologique), de rapports genrés.

Il s’agira alors d’envisager « l’espace vécu » féminin par différents biais que nous imaginons a priori.

° Occupation, appropriation de l’espace public, déplacements. Lieux du regard de l’autre, du paraître, de la conformisation aux codes attendus, les espaces publics sont aussi le lieu de l’émancipation lorsqu’ils sont appropriés. Pouvons-nous avancer une corrélation entre la quantité de déplacements, d’utilisation des transports en commun et l’émancipation ?

° Espace intime. L’intérieur est souvent considéré comme l’espace géré par la femme. Aussi lorsque l’espace public lui est ouvert, la femme s’y implique-t-elle plus intensément.

° Non-lieux féminins et no-woman’s land. G. Di Méo parle de murs invisibles pour désigner les barrières spatiales que s’imposent les femmes pour ne pas pénétrer sur un territoire. En résulteraient des territoires abandonnés par les femmes, des no-woman’s land. La standardisation serait-elle la seule possibilité de construction d’un « urbain mixte » ? Cette standardisation de l’urbanisme n’est-elle pas elle-même androcentrée ?

° Erotisation. Le corps comme objet géographique est la première limite, celle de soi. Le corps indissociable d’une approche érotique. Cette érotisation est grandissante, mais dans le même temps est condamnée sur des bases morales.

° Le vêtement. Réponse ou amplification du premier terme, il affirme le corps, le cache, l’enveloppe, le montre, il est forcément en rapport avec le lieu, la coprésence. Il est un outil du contrôle social ou sa réponse, outil de pouvoir aussi.

° Maternité. La destination de la femme dans son accomplissement et son épanouissement (in)discutables sont ceux de sa vocation à être mère. Mère protectrice, garante de la morale des enfants, de leur éducation. L’école serait alors le lieu privilégié des rencontres féminines ?

° Fragilité. En même temps que, mère, la femme est protectrice et pourvoit aux nécessités domestiques, elle serait protégée par l’homme (père, mari, frère, fils, etc…). Cette thématique peut également être couplée avec celle de la vulnérabilité, le sentiment d’insécurité dans l’espace public.

° Temporalités. La vie de la femme serait plus que celle de l’homme conditionnée par des temporalités ; temporalités biologiques, liées à la possibilité de procréation, mais aussi temporalités quotidiennes liées au travail, horaires où il est « possible » et « acceptable » d’être dehors lorsque l’on est une femme.

° Conflits. L’espace public urbain semble fragmenté durablement selon ces pratiques genrées. Est-il pour autant lieu de conflit ? Si oui est-il apparent ou larvé ? Sinon est-il la résultante d’une forme de rapport socio-spatial de domination/soumission ?

Toutes ces thématiques seront interrogées, transversalement, dans l’ensemble du projet sur différents points d’accroche tels que la formation, les jardins partagés, les cafés…