Archives par mot-clé : écriture

25, 27 et 28 juin 2019 : Cet enfant-là. La nouvelle création pour la scène des Urbain.e.s-La Troupe.

pour prendre vos places dès maintenant : https://www.weezevent.com/cet-enfant-la

Il me semblait que « jouer au théâtre » contenait quelque chose de l’enfance, mise en abîme, mise au désespoir, mise au défi. Les héros tragiques, au sens où l’exprime Christine Angot, ne font que divulguer au monde, au public, le sentiment intime. Le chagrin d’enfant, par exemple, devient universel et plus encore que par l’identification littéraire : le héros tragique, projette sur la scène du théâtre (ou de l’opéra) une sorte de puissance immémoriale de sa propre mythologie.

Les enfants jouent, à se tuer, à être forts et beaux, à faire la guerre, les comédiens aussi.

Richard III, Vania, Oberon et Titania sont des enfants.

Rien n’est grave mais tout existe ; alors il faut bien écouter ce récit du monde qui traverse enfants et comédiens.

J’ai voulu mener la troupe vers cette aventure difficile, remuante et âpre du souvenir et de l’inconscient collectif qui parcourt l’humain. « On dirait que t’es la princesse et-moi ton prince ». Sauf que là, dans ce jeu de l’enfance, tout est très sérieux et que le conditionnel est distordu à la seule condition du vraisemblable. Tout est vrai. Il faut croire au théâtre autant qu’aux histoires de l’enfance, sinon on n’a rien compris du tout.

J’ai ainsi voulu traverser par ces territoires dangereux du roman familial, expérience exclusivement enfantine qui consiste à remédier aux insuffisances, aux douleurs, pallier les manques vécus par le petit enfant. Ce processus est évoqué brièvement par Freud en 1909, son intérêt fondamental est qu’il est absolument impossible de se remémorer ce roman familial préœdipien sans expérience psychanalytique. On oublie, les névroses s’intègrent au corps social, on est adulte. Et l’adulte refuse souvent cette idée de plonger dans son propre roman familial comme il refuse le jeu primitif pour ainsi dire du jeu au théâtre.

On trouvera dans cette écriture collective des souvenirs dont on se moque de la véracité, des jardins d’enfance, des mariées furieuses ou clownesques, des évocations parfois lointaines de guerres du siècle dernier qu’un terreau encore fertile fait exister toujours, nous sommes des enfants sans mémoire dans un monde sans vergogne et que le politique se refuse à éduquer. Un enfant juif, depuis son camp de déportation, nous livre ses visions, peut-être pour prolonger la vie , la sienne, dont on ignore si elle devint cendres. Moi je sais qu’il a vécu. Je sais qu’il est là, sur la scène, une scène peuplée d’amis imaginaires et de grands personnages de cinq ans ;

Les héros.

DAMIEN LABRUYERE, direction artistique et mise en scène.

C’était Promesse de Barbara.

C’était Promesse de Barbara, les 20, 26 et 28 juin 2018 à la Maison du Développement culturel de Gennevilliers. Cette pièce est écrite et jouée par les habitantes, Agnès, Catherine, Christiane, Corinne, Damien, Harriette, Martine, Nadine, avec le concours et la présence de Claudine. Cette troupe est un moyen de recherche et d’interprétation à part entière dans le cadre du programme de recherche-action.

Photos (c) Gaël Dupret.

20, 26, 28 juin. Les Urbain.e.s-la troupe jouent Promesse de Barbara à la MDC de Gennevilliers.

Si la destruction de la Place publique avait, pour un moment, peut-être celui du théâtre, réuni des personnages en quête de sens et d’altérité, on ne peut dire que les rapprochements opérés les auront menés très loin dans la cité, “ville-ventre” ainsi que la définit une protagoniste. Tout juste auront ils trouvé ce mur où s’inventer l’abri ou l’issue provisoire. Aussi chacun chacune expose-t-il son seul rapport au monde comme son rapport au mur, supposément porteur. Nous trouvons là une concierge emmurée dans sa loge comme dans sa méfiance et sa peur du dehors, un chat de fable, une militante pour laquelle la solidité des murs a remplacé les tracts éphémères, un peintre poète devenu graffeur, Loren pythie des trottoirs ou pute miraculeuse, André sans-abri définitivement en errance.

Ces petits êtres de fable, sont confrontés, sans savoir l’identifier ou l’entendre explicitement, à un grand récit, Odyssée homérique d’un très vaste espace (Atlantique et Méditerranée sont invoqués) et d’un temps indéfini, puisqu’on parle là depuis de très anciens rivages à des moments tristement contemporains. En ce sens, une voix non sexuée venue faire surgir une complainte ancienne semble établir un lien mystique entre les personnages et ce récit venu de fort loin.

C’est la rencontre fortuite, inconsciente, nécessaire aussi que développe notre création collective. Promesse salvatrice d’un ailleurs sans âge, visions rimbaldiennes, humanisme et prophétie d’un Peter Handke, “Il faut s’établir au dehors(…) votre abri c’est nulle- part “, comme des dramaturges de la Grèce antique qui porte en elle toutes les destinées humaines et de quelques demi Dieux…

Rien n’aurait changé. Des millénaires, des chants antiques, des guerres et des génocides aucun enseignement n’aurait été tiré ?  Les Urbain.e.s Troupe Atelier proposent une vision d’ici et maintenant.

Télécharger le programme : Promesse de Barbara 

Réservations ici https://www.weezevent.com/promesse-de-barbara ou par téléphone auprès des Urbain.e.s (0672446793) ou auprès de la Maison du Développement Culturel : 01 40 85 64 55

Une troupe dans un programme de recherche

© Guillaume CLEMENT, le 22 juin 2017, Gennevilliers, Representation Mise en scene des textes de l Atelier d Ecriture – Les Urbaines – La Place de la Femme dans la Viile –

Après la dernière représentation d’Une place à soi les 30 et 31 janvier 2018 à la Maison du Développement Culturel de Gennevilliers, les habitantes qui écrivent et jouent leur rôle ont décidé de se constituer en troupe de théâtre amateur, pour emmener hors les murs le travail accompli.

C’est la spécificité de notre travail de recherche-action que de considérer que la recherche artistique participe du travail de production de connaissance et que la parole des habitantes soit incarnée pour elles-mêmes.

A la direction artistique et à la mise en scène Damien Labruyere et pour l’administration Corinne Luxembourg…

C’était : “Une place à soi”

Le texte Une place à soi a été écrit par Christiane, Martine, Nathalie, Angélique, Agnès, Damien, Harriette, Nadine et Corinne. Joué par Agnès, Alexane, Angélique, Corinne, Damien, Harriette, Martine et Nadine.

Direction et mise en scène Damien Labruyere. / photographies Guillaume Clément

pour en savoir plus : téléchargez la présentation

C’était les lectures de textes sur les femmes et la ville…

Les textes d’Andrée, Agnès, Christiane, Eulalie, Harriette, Nathalie lus par Agnès, Angélique, Christiane, Corinne, Damien, Harriette, Latifa, Naoual

Rendez-vous lundi 15 février !

les Urbain-e-s / la ville côté femmes, ont donc eu cette volonté de se doter d’un lieu participatif et populaire, fait d’échanges, de paroles, de vues croisées…ce lieu de la Parole, nous l’avons nommé Atelier d’écriture(s), terme certes un peu pompeux pour désigner un endroit où la parole est consignée , très humblement, par écrit.
Il est juste nécessaire de se sentir citoyenne d’un lieu COMMUN, celui où l’on vit…en témoigner. Ecouter l’Autre que soi. Réveiller la voix en soi. Et l’écrit, ou les mots, viennent tout simplement, sans jugement aucun.
Il nous arrive fort souvent de partir des lieux du réel, de la ville vécue, pour aller vers une ville réinventée, vers une écriture libre absolument, où la création s’invite pour nous soulager du réel.
Nous formons un tout petit groupe, et nous serions fort heureuses et heureux de voir nous rejoindre celles qui n’osent pas, qui doutent, qui ne sont pas nécessairement entendues car ici toutes sont accueillies, car leurs mots sont riches. Par essence, par définition: je crois que les mots de l’humain sont dignes et riches.
Nous allons de déceptions en exaltations, nous ferons, dès lundi prochain, un premier état des lieux, et commencerons le recensement des phrases, fragments, questions abordées depuis septembre. Vous êtes donc toutes conviées à poursuivre avec nous ce beau cheminement, celui de la parole, celui des femmes, un chemin plein de rires, d’étonnements, de souvenirs, de douleurs aussi, de silences. Nous ne pouvons croire que l’écrit est l’objet d’une élite. Il est, à mon sens, le lieu de la libération. D’une certaine idée de l’émancipation.

Ce lieu, c’est le lundi à 18h, à la MDC, c’est moi qui l’anime et c’est vous qui le faites vivre.

“faites toutes la littérature” (Duras)

DamienL