Archives par mot-clé : associations

Femmes : de l’intime à la commune

Sans titre
poster présenté au Festival International de géographie « Habiter la terre » en octobre 2014.

En octobre 2014, lors du Festival International de Géographie, nous avons présenté la première représentation graphique de nos travaux de recherches, à partir du travail commencé avec l’école Femmes sans Frontières. Le poster est mis en page par Claire Pasquet.

 

De la maison à la commune : l’appropriation de l’espace public par la formation.

Le 2 juillet 2014 lors des Journées scientifiques régionales sur le genre à Reims, nous avons produit la première communication sur le projet, à partir des premières rencontres avec l’école Femmes sans Frontières de Gennevilliers.

En voici le résumé :

La ville côté femmes : une expérience de recherche action. De l’habitat enfermé à l’espace public. Comment s’approprier l’espace public par le biais de réseaux ?

Nous posons le territoire au centre de notre questionnement. Il est envisagé comme une clef de compréhension des mécanismes d’appropriation de l’espace public par le biais de l’élargissement des appartenances aux réseaux de sociabilité.

Le travail de recherche « La ville côté femmes » se veut un projet de recherche action et s’intéresse en particulier aux usages de l’espace public par les femmes. Pour se faire, l’Ecole des femmes sans frontières, ouverte à Gennevilliers depuis 2012, grâce au partenariat de l’Institut des Hauts-de-Seine et de la Ville de Gennevilliers, nous sert d’objet d’études et d’observation d’un lieu, moyen de passage de la maison à la commune, c’est-à-dire d’un habitat restreint à l’intime de la vie domestique (logement, activités enfantines) à un mode d’habiter la ville plus élargi, favorisé notamment par la formation et l’accès à l’emploi. On remarque en effet que les femmes peu scolarisées et en situation de précarité ont un certain nombre de points communs dans les difficultés qu’elles rencontrent (problèmes familiaux, violences, réticence de l’époux ou du compagnon vis-à-vis de l’école, problèmes financiers, etc.). Le fait de rejoindre ce type de réseau permet aux femmes de modifier parfois la vision qu’elles ont du monde et d’elles-mêmes.

L’hypothèse ainsi sous-tendue est que la progressive appartenance à un réseau, en l’occurrence l’ensemble des intervenants de l’Ecole (encadrants et étudiantes), favorise l’élargissement de la pratique de la ville. Nous interrogerons donc aussi le territoire dans sa capacité médiatrice par le biais de réseaux pour la formation et l’emploi. Il constituera une sorte de jauge permettant de mesurer la complexité des enjeux.

Si l’on peut aisément identifier les enjeux que cette insertion soulève, il est bien plus complexe d’analyser les effets induits et notamment le fait que l’intégration à un tel groupe permet par capillarité l’accès à d’autres réseaux. Il s’agit ensuite de vérifier une seconde hypothèse, si on considère que l’appartenance au réseau permet une meilleure appropriation de la ville, une diversification des modes d’habiter, on peut imaginer une réciproque qui serait que la conscience d’appropriation d’un territoire plus important entraîne mécaniquement l’intégration des femmes dans réseaux de sociabilité plus important, favorisant ainsi la fonction émancipatrice de la ville.

Nous nous appuierons sur des trajectoires individuelles, sur des parcours de vie afin de déterminer en amont et en aval quels sont les freins, les difficultés et les stratégies mis en place par ces femmes pour leur insertion socio-professionnelle. Quelles réponses trouvent-elles au sein du tissu associatif ? Quelles sont les répercussions indirectes ? Nous utiliserons des matériaux tels que les cartes mentales, des chronogrammes, les photographies, pour comprendre vérifier s’il existe ou non une réelle extension des pratiques urbaines.