Archives de catégorie : Equipe de recherche

Emmanuelle Faure

Emmanuelle Faure est docteure en géographie de la santé et aujourd’hui post-doctorante au sein du projet GREENH-City à l’université de Paris-Nanterre, au sein du laboratoire Ladyss – UMR 7533.

Sa recherche doctorale, soutenue en décembre 2016, porte sur les articulations entre genre, territoire et santé étudiés au travers du recours et de la promotion du programme de dépistage organisé du cancer colorectal dans les Hauts-de-Seine. Ses terrains d’étude sont Gennevilliers et Boulogne-Billancourt (92).

Son post-doctorat s’inscrit dans le projet GREENH-City dont l’objectif est de mieux comprendre l’implication des politiques urbaines d’aménagement des espaces verts en ville sur la réduction des inégalités sociales et territoriales de la santé des habitant.e.s.

Emmanuelle Faure s’intéresse aux constructions sociales et territoriales de la santé, à travers le prisme du genre en milieu urbain. Cette analyse intègre les représentations et les pratiques de décideurs, d’acteurs institutionnels et professionnels du champ socio-sanitaire, ainsi que celles des habitants et habitantes. Elle a précédemment travaillé sur les répercutions socio-sanitaires et reconfigurations territoriales de la migration des hommes d’un village andin équatorien ; puis sur les constructions territoriales des rapports filles/garçon dans des quartiers populaire de la région parisienne. Appliqué à des terrains variés, le même intérêt pour les rapports entre genre et territoire au travers de la santé anime ses recherches.

Edna Hernández,

Edna Hernández est architecte-urbaniste. Depuis 2013 Edna Hernández est Attachée Temporaire de Recherche au sein de l’Institut Français d’Urbanisme Université Paris Est.

Elle a réalisé un doctorat en Aménagement et Urbanisme à l’Institut Français d’Urbanisme, après avoir obtenu son diplôme d’architecte au Mexique. Pendant toute la durée de son doctorat elle a bénéficié d’une bourse du gouvernement mexicain.

Edna Hernández a publié plusieurs articles sur les résultats de sa recherche doctorale, laquelle portait sur la circulation et l’appropriation des modèles d’aménagement urbain, notamment en termes d’éclairage public. Cette thèse a reçu la qualification en section 24 du CNU.

Actuellement, elle s’intéresse à la mobilité douce, en particulier la marche à pied, à travers le prisme de la temporalité nocturne de la ville. Cette analyse intègre à la fois la production de la ville par les acteurs institutionnels ainsi que par les habitants au travers de leurs usages de l’espace urbain en s’appuyant sur différentes études terrains notamment en France et au Mexique.

Edna Hernández participe à différents réseaux universitaires et professionnels : Groupe Transversal de Recherche « Mobilités Urbaines Pédestres » du Labex Futurs Urbains, le groupe de Recherche « Amérique Latine Histoire et Mémoire », Paris 8, le CEISAL « Consejo Europeo de Investigaciones sociales en América Latina ». Elle collabore aussi avec diverses institutions de recherche et d’enseignement mexicains (UNAM, BUAP, IBERO-Puebla, CEMCA…). Elle a également participé au « Conseil de la Nuit » de la Ville de Paris

François Moullé

François Moullé est maître de conférence en géographie à l’Université d’Artois et chercheur au laboratoire EA 2468 Discontinuités.

Il a soutenu sa thèse en 1999 : Dynamiques transfrontalières et identités territoriales. L’exemple des Alpes de Savoie, de la Suisse Romande, et du Val d’Aoste.

Depuis quinze ans, il travaille sur les questions de coopération transfrontalière et des marqueurs spatiaux de la frontière. Ses terrains européens sont les frontières internes de l’espace Schengen et les frontières externes notamment le Pas de Calais, Chypre et des terrains de l’Europe centrale. Il a aussi travaillé sur certaines frontières d’Amérique latine.

Par ailleurs, depuis cinq ans, il s’intéresse aux questions de cloisonnement du monde, des  logiques d’enfermement territorial, des logiques d’entre-soi et d’éclatement des unités spatiales dans un contexte de mondialisation et de métropolisation. L’approche est autant géographique que psycho-spatiale.

La question des femmes dans l’espace public croise donc ces préoccupations scientifiques dans l’hypothèse de logiques de cloisonnement de l’espace public et de discontinuités spatiales qui peuvent émerger du fait des rapports existants entre les genres. Bien entendu, la question de la gestion des discontinuités pour chercher des solutions favorisant le vivre-ensemble, polarité de l’entre-soi, fait partie intégrante de la problématique.

Il a dirigé l’Institut des Frontières et Discontinutiés de 2011 à 2015. Il est élu au Conseil National Français de Géographie et membre de l’Association for Borderlands Studies

Claire Pasquet

Après l’obtention de son baccalauréat (A2) à Montluçon dans l’Allier en 1985, Claire Pasquet suit les cours de l’Atelier préparatoire Met de Penninghen (Paris) de 1985 à 1987 puis entre à l’Institut de communication visuelle (ICV) dont elle obtient le diplôme de directrice artistique en 1991.

Première expérience professionnelle en 1991 chez Visuel Design, édition institutionnelle. À partir de 1992, elle travaille durant trois ans pour Pouty Design, agence de design produit et packaging. Participe à la conception des collections des skis Rossignol, packaging pour Nathan et Rians. En 1996 elle rejoint l’Atelier Fabrizi pour dix ans. Premières utilisations de l’informatique. Les projets sont très variés : édition institutionnelle, édition culturelle, scénographie, expositions… Travaille pour la communication des vins de champagne (CIVC), pour la RATP, la SNCF, la livrée des bus de Metz (TCRM), mise en page de nombreux livres d’art (Henri Cueco, Marinette Cueco, Peter Klasen, Schneider, Antonio Seguí, Vincent Bioulès…). Puis l’Atelier Fabrizi se rapproche de l’agence Paragramme en 2006 pour des projets d’édition institutionnelle uniquement ; rapports annuels, lettres et journaux internes… Quelques exemples : conception de mise en page pour la lettre interne de Mercedes-Benz, Daimler, Chrysler France ; Groupe Auchan, rapports annuels développement durable d’Atac, lettre interne de Simply Market. Les rapports de L’ONZUS, observatoire national des zones urbaines sensibles.

Claire Pasquet à également une activité indépendante. Elle a réalisé l’identité visuelle de la Semmy en 2010 avec l’agence ETC. Évolution du logotype et mise en place d’une charte graphique pour de nombreux outils de communication. Réalisation de la lettre interne, Le Lien et du guide des locataires. Exposition photo des réalisations de la Semmy. Pour La ville de Mitry-Mory elle conçu la mise en page le l’Actu, le journal d’information interne du personnel communal de Mitry-Mory et réalisé la refonte du journal d’information de la ville, L’évolution. Participe à de nombreux projets pour la société Djeco. Réalisations de packaging de jouets et décorations pour enfant, catalogue de 2013, 2014, 2015. Collaboration avec Excel/TBWA spécialisée dans le marketing de l’engagement (Fundraising Grand public, Philanthropie et Mécénat) avec qui elle réalise en 2014, entre autre, l’identité visuelle du Fonds de dotation du CHRU de Lille. Elle réalise également des documents pour la SAERP (Société d’Aménagement et d’Équipement de la Région Parisienne).

En 2014 elle crée pour Les Urbain.e.s un logotype et des documents utiles à la communication du projet La ville côté femmes.

Compagnie Sans la nommer

Fondée en 2013 et basée sur la ville de Gennevilliers, la Compagnie Sans la nommer est engagée dans la création de spectacles vivants et l’animation d’ateliers de pratiques théâtrales. Ses travaux questionnent les voies de l’émancipation sociale et politique aujourd’hui et s’inventent souvent hors des lieux de représentation traditionnels. Ses recherches artistiques prennent notamment appui sur les réalités du territoire gennevillois. Elle a ouvert un cycle de recherches intitulé « Paroles et récits d’usines : entre mythes et réalités » qui l’a conduit à travailler à partir d’entretiens réalisés auprès d’ancien.ne.s de l’usine de Chausson à Gennevilliers pour la création du spectacle d’USINE VIVANTE présenté en décembre 2014 dans le Gymnase Lucie Aubrac à Gennevilliers. Dans la continuité de cette exploration du territoire, elle s’associe à l’équipe du projet « La Ville côté femmes » à partir de 2015.

Des chercheur.e.s en sciences humaines et sociales, des artistes et… une ville

cropped-IMG_2181pt-7janvier15-11h301.jpg

L’équipe de recherche
La ville côté femmes est un projet porté par une équipe pluridisciplinaire composée de chercheuses et de chercheurs en sciences humaines et sociales (architecture, géographie, histoire, philosophie, socio-anthropologie, urbanisme) et d’artistes (comédiens,
conteur, graphiste, photographe,…).
La ville côté femmes est un programme de recherche-action ancré dans le territoire gennevillois. Il ne peut être développé qu’en étroit partenariat avec les habitants, les associations, les réseaux locaux.
Partenariats
Les chercheuses et chercheurs en sciences humaines et sociales sont tous membres de laboratoires publics de recherche. Ils travaillent avec des institutions scientifiques, publient et communiquent leurs travaux lors de colloques, de journées d’études…
Les partenariats sont aussi locaux, ils sont établis avec la Ville de Gennevilliers. Ils se construisent avec l’Ecole Femmes sans Frontières, l’Université populaire des Hauts-de-Seine. Ils sont envisagés avec d’autres associations locales.

Corinne Luxembourg

Corinne Luxembourg est maîtresse de conférences en géographie à l’Université d’Artois et chercheure au laboratoire  EA 2468 Discontinuités

Elle a soutenu sa thèse en décembre 2008 sous la co-direction de Colette Vallat et de François Bost.

Son travail de thèse intitulé : « Villes en transition : les avatars de l’industrie dans les villes françaises petites et moyennes (Blagnac, Bourges, Gennevilliers, Le Creusot, Valenciennes) » proposait l’étude de villes devenues des espaces interfaces, tour à tour interrogées sur leur caractère industriel, sur leur urbanité, sur les relations des espaces de production avec l’espace urbain et les bouleversements dont elles font l’objet. Ce travail a été publié aux éditions de l’Harmattan en septembre 2014 sous le titre Métamorphoses des villes industrielles : vivre la ville désindustrialisée.

Après avoir travaillé depuis 2004 sur les questions industrielles et urbaines, le patrimoine industriel, elle s’est peu à peu recentrée sur la place du travail et de l’habiter dans ces espaces urbains pour commencer depuis 2013 à les aborder à partir du corps. Elle s’essaie à la mise en évidence d’une relation entre un urbanisme des sensations et l’appropriation démocratique de la fabrique de la ville.

Depuis novembre 2013, elle est co-porteuse du projet La ville côté femmes.

Dalila Messaoudi

Dalila Messaoudi géographe et chercheure associée au laboratoire EA 4457 CEMOTEV – l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Diplômée de l’Institut Français de Géopolitique (Paris VIII) et de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Dalila Messaoudi a soutenu sa thèse en juin 2012 sous la co-direction de Colette Vallat et de François Bost.

Attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis en 2014-2015, puis à l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines en 2015-2016.

L’objet de son travail de thèse intitulé : « Les enjeux géoéconomiques, industriels et territoriaux de la délocalisation des entreprises françaises » était de mesurer l’impact territorial et d’analyser les effets territoriaux de la délocalisation des entreprises et de savoir si les pays anciennement industrialisés, et en l’occurrence la France, avaient les moyens d’agir pour maintenir en leur sein activités, emplois et croissance économique.

Ses thématiques de recherches s’orientent sur la réorganisation spatiale et productive des entreprises, la mobilité, le développement territorial, l’attractivité.