Archives de catégorie : Actualités

Marcher la nuit à Gennevilliers, journal n°4

Téléchargez le nouveau numéro du journal de recherche ici :

Journal lesurbaines-N°4-HD 

 

 

Marcher la nuit à Gennevilliers

La nuit reconfigure les pratiques dans la ville. L’image de la nuit comme temps de repos social, de sommeil, de fermeture de la ville est de plus en plus éloignée de la réalité des grandes villes. Cela ne signifie pas pour autant que marcher la nuit soit exempt des entraves pour les femmes et ceux qui ne correspondent pas aux normes sexuées de l’espace urbain. Cependant, lorsqu’on parle de marcher la nuit dans des tissus moins denses, dans des villes périphériques on est confrontés à des représentations liées à la violence et plus qu’ailleurs la “peur urbaine” d’agression physique. Dans le cadre de ce projet de recherche-action, nous avons mené quelques expériences autour de la marche nocturne. L’objectif était d’explorer la nuit urbaine avec les habitants.e.s grâce à la mise en place de plusieurs procédés de recherche: marches exploratoires, cartes mentales, complétés par la passation des questionnaires.

  1. La nuit en banlieue…
    Parcourir, se repérer dans sa ville est largement lié à une mobilité active. L’expérience de se sentir chez soi et de s’approprier des espaces publics nous renvoie à la pratique de l’espace à pied.

La pratique des espaces publics est conditionnée, pour de nombreuses femmes, aux horaires et activités quotidiennes des autres membres de la famille. Lorsque les jours sont plus courts, ces activités ont lieu de nuit et les modes de mobilité qui leur sont liés peuvent être différents.

L’image nocturne d’une ville la nuit est fortement influencée par son offre de loisirs et de services nocturnes, l’éclairage, le type, la densité et la hauteur du bâti. Les villes périphériques des grandes villes souffrent d’une image de leurs espaces publics trop souvent attachée aux seules fonctions de “surveiller et sécuriser”.

Marcher la nuit est le plus souvent associé à une déambulation nocturne liée aux activités festives.
En ce qui concerne l’offre de transports la nuit, la commune possède deux gares RER, trois stations de métro et une ligne de tram.
Deux bus Noctilien desservent Gennevilliers.

L’offre commerciale s’étend jusqu’à 21h en semaine et 22h le samedi en grandes surfaces, parfois plus tard pour certaines alimentations générales. Il n’y a pas ou peu de bars ou de restaurants ouverts passées 22h. Gennevilliers n’est pas une ville « festive » la nuit, mais les équipements culturels, le Cinéma Jean Vigo et le Théâtre de Gennevilliers (T2G) libèrent des spectateurs parfois plus tard dans l’espace public.

Cependant, Gennevilliers est une ville qui offrent certains services. Ainsi, depuis 2013, le centre municipal de santé Gatineau Saillant, au Village, propose une permanence des soins ambulatoires du lundi au samedi de 20 heures à minuit (après un appel au 15). Enfin, certaines activités ne s’arrêtent pas la nuit, comme les fours de l’entreprise Mersen (ex Carbone-Lorraine). La ville de Gennevilliers a donc une vie nocturne.
II. Marcher dans la rue, la nuit ?
La ville est un espace construit par les rapports sociaux de sexe qui fluctue en fonction des contextes culturels et sociaux.

Un exemple très parlant, sont les réponses de deux mères de famille et d’un père de famille. L’homme déclare ne pas remarquer de différences de genre dans la pratique des espaces publics de la ville. Cependant, les femmes expliquent comment leurs filles font attention à la manière de s’habiller et de se chausser quand elles sont à Gennevilliers, mais une fois qu’elles prévoient des vêtements de rechange pour passer une soirée à Paris. A la fin de l’entretien le père admet que sa fille fait de même, mais qu’il ne s’était jamais soucié de la raison de telles stratégies. Ce n’est pas propre à Gennevilliers, divers travaux sur les territoires périphériques montrent que les femmes sont moins soumises au contrôle social en dehors de leur quartier, de leur ville. Cela ne signifie évidemment pas qu’elles subissent moins d’interpellations (violentes ou pas) dans “la grande ville” Paris, c’est tout simplement qu’elles sont à l’abri d’un jugement de leur entourage.

En mars et en avril 2017, de premières « marches aux lampions » ont permis d’appréhender des représentations et pratiques de la ville la nuit.
Un grand nombre de femmes rencontrées ont énoncé comme une évidence le lien entre sentiment d’insécurité, insécurité et la rue la nuit. En conséquence les spatialités et les territoires pratiqués sont assez réduits. Il est communément admis et transmis que la nuit n’est pas un territoire « pour les femmes ». Les territoires évités le jour, le sont plus encore la nuit et l’éventualité du danger qui leur est liée s’en trouve renforcée. La pratique de la ville la nuit peut être également influencée par l’âge, la situation familiale, l’apparence racisée, la classe sociale etc….

Les femmes que nous avons rencontrées lors de nos entretiens, ont déclaré n’avoir subi aucune violences la nuit, mais par mesure de précaution ne pas sortir la nuit : “j’ai rien à faire dehors la nuit, les enfants sont à la maison, mon mari aussi” “je préfère ne pas sortir la nuit” “je rentre tard mais en voiture, jamais à pied”.

Les représentations ont la vie dure, même si elles ne correspondent pas à la réalité. En effet, rappelons que lorsqu’elles sont victimes de violences, les femmes le sont davantage le jour que la nuit, plutôt au domicile que dans la rue. L’agresseur est plus souvent un proche qu’un inconnu.

Nous avons réalisé un travail d’observation flottante. L’objectif été d’identifier les “performances du corps”, c’est-à-dire une représentation de soi, mise en place dans la pratique de la ville et le rapport à la ville (dans notre cas la nuit). La nuit implique des déplacements des corps différents selon le genre.
Certaines “performances” facilitent les déplacements la nuit : changer de posture corporelle, mettre une capuche, trainer les pieds en marchant, adopter des attitudes “masculines” ou au contraire des attitudes féminines “mesurées”, montrer une certaine fragilité “pourvu qu’on me laisse tranquille”.

D’autres stratégies peuvent être mises en place : marcher vite mais pas trop, éviter le contact visuel “direct”, ou au contraire capter le regard d’un homme connu, c’est le cas d’une jeune femme qui déclare :

“…quand je retourne très tard à la maison, je marche vite et quand je passé par l’avenue… que j’aime pas trop car il y a –en général- des hommes sans rien faire, je cherche le regard d’un grand gaillard, très élancé, qui me connaît ou plutôt on se connaît parce qu’on s’est déjà croisés plusieurs fois sans se parler, et le fait de le voir c’est comme si j’étais protégée, comme sa petite sœur… pour que je puisse traverser sans être importunée”

 

La “performance du corps” la nuit est liée à une sensation d’insécurité dans l’espace, beaucoup plus aiguë chez les femmes et chez ceux-celles qui ne correspondent pas aux normes sexuées de la pratique de l’espace. Sans doute, le cadre bâti, l’âge, la connaissance de la ville, la pratique de la ville la nuit, sont des facteurs qui jouent dans la façon de se mouvoir la nuit.

Ainsi une jeune femme, née à Gennevilliers, affirme rentrant régulièrement très tard la nuit pour son travail, n’avoir jamais eu peur de traverser la ville à pied, lorsque les deux dernières stations de métro n’existaient pas encore.

III. Pourquoi être dehors la nuit ?

La nuit à Gennevilliers, comme ailleurs, est rythmée par les horaires d’emploi rémunéré. Les horaires de travail déréglementés, le fractionnement du temps de travail pour des emplois souvent occupés par des femmes (ménages dans les bureaux, emplois de service éloignés, déréglementation des horaires de commerces, métiers spécifiques du monde médical…) ont des conséquences sur les pratiques de l’espace public, le nombre des habitant.e.s entre le métro et leur domicile peut donc être important jusqu’à relativement tard le soir. L’appréciation de la coprésence dans l’espace public est ambivalente, suscitant méfiance ou rassurance.

Ainsi se déplacer à pied la nuit à Gennevilliers ne correspond que dans peu de cas à une activité liée à la déambulation. Toutefois des périodes particulières, festives, sportives, culturelles ou cultuelles, pendant lesquelles des individus de tout âge et de tout sexe sont ensemble dans la rue tard dans la nuit, génèrent une coprésence sécurisante pour ceux et celles qui se déplacent aux mêmes horaires, sans forcément y participer.

Se déplacer à pied est un moyen de déplacement pour rentrer chez soi. Lors de travail d’observation, a été mis en place un protocole de “suivi de personnes”. Le choix du parcours se fait en appliquant une grille d’évaluation rapide, non pas en fonction de la distance mais en fonction d’un parcours “sûr” par rapport aux différents facteurs identifiés.
D’après l’Insee, la proportion de ménages installés depuis au moins dix ans à Gennevilliers est importante (48 % en 2009). De plus, l’attachement à la ville est un élément important de la construction identitaire d’une partie de la population gennevilloise.

D’autre part, les « peurs urbaines » dépendent également de l’ancrage des individus dans leur territoire et de la maîtrise qu’ils en ont.
Plus l’ancrage est ancien, plus la connaissance du territoire est fine et sécurisante.
C’est l’un des arguments revendiqués par nombre de femmes pour revendiquer qu’elles n’ont pas peur la nuit à Gennevilliers, mais également pour mettre à mal la mauvaise réputation de la ville qui pourrait être véhiculée à l’extérieur.

Pour certaines femmes, être dehors à la nuit tombée est aussi une appropriation d’un territoire qui leur serait contesté, alors qu’il ne l’est pas aux hommes.

Les 22 et 27 juin à 20h / Maison du développement culturel à Gennevilliers

De septembre à juin 9 personnages sont nés et ont évolué sous la plume de Gennevilloises.

Le travail touche à sa fin, il est présenté à la Maison du Développement Culturel de Gennevilliers, à 20h lors de deux représentations, les 22 et 27 juin prochain.

Réservation 06 72 44 67 93 ou lesurbaines92@gmail.com

pour en savoir plus : présentation

Dans toutes les bonnes librairies à partir du 14 mars !

Après les deux journées d’étude en mars 2015, en janvier 2016, nous avons décidé d’éditer un ensemble de textes de quelques travaux qui croisent le genre et l’espace public.

Vous trouverez donc dans toutes les bonnes librairies à partir du 14 mars pour 15 € l’ouvrage La ville : quel genre ? coordonné par Emmanuelle Faure, Edna Hernandez-Gonzalez et Corinne Luxembourg aux éditions du Temps des Cerises collection Changer le monde,  ou en commande auprès de l’éditeur ou des Urbain.e.s : lesurbaines92 [at] gmail . com

Au sommaire :

Continuer la lecture de Dans toutes les bonnes librairies à partir du 14 mars !

Géocarrefour : Genre et politiques urbaines

C’est avec grand plaisir que nous vous annonçons la sortie du numéro de Géocarrefour « Genre et politiques urbaines: regards sur les inégalités hommes-femmes en ville ».

Vous pouvez le consulter ici : https://geocarrefour.revues.org/10020

Nous reproduisons ci-dessous l’introduction du numéro.

Si les travaux sur le genre en géographie francophone sont, somme toute, assez récents, ils peinent à être mobilisés par les différents acteurs de la fabrique de la ville. Les incitations à intégrer le genre dans les politiques publiques ne sont pas inexistantes : elles percolent peu à peu dans les cahiers des charges d’aménagement, de rénovation urbaine. Elles sont de plus en plus présentes dans les processus de diagnostics partagés et de concertations, elles s’immiscent plus lentement dans les appels d’offre à maîtrise d’œuvre (comme les réaménagements des places parisiennes).

Cette progression difficile est toutefois inégale selon les échelles d’action, les contextes politiques. Lire les politiques urbaines au prisme du genre revient à adopter une analyse critique de processus de domination sociaux et spatiaux.

Continuer la lecture de Géocarrefour : Genre et politiques urbaines

Le Festival L’Appel de la lune #4, nous soutenons, nous participons

Du 8 mars au 9 avril, le Festival L’Appel de la Lune aura lieu à Paris et se terminera par trois jours à La Bellevilloise les 7, 8 et 9 avril.

http://www.lappeldelalune.com/

Nous y serons le 25 mars à la Bibliothèque Louise Michel et le 8 avril à La Bellevilloise.

« FEMMES DANS L’ESPACE PUBLIC

L’espace public, symbolisé par la rue, est un espace à priori neutre. Pourtant, il comporte une dimension sexuée, genrée, souvent synonyme de contraintes pour les femmes. Elle implique généralement pour les femmes des techniques de contournement , d’évitement et d’adaptation de leurs comportements. Il s’agit de «ne pas traîner», «faire attention» ou de ne pas «s’exposer». Dans ces espaces qui sont pourtant à la fois lieux de rassemblement et de passage, les femmes semblent alors davantage opter pour une appropriation circulante que stationnaire. Ainsi, le corps semble déterminer nos rapports dans et avec cet espace qui se veut pourtant un espace de liberté. Le sentiment d’insécurité et de vulnérabilité qui naissent à son abord posent la question de l’égalité face à l’une des libertés fondamentale, celle de la liberté de circulation. Est-ce à dire qu’elle serait relative ? La ville se pense et se construit au travers de ses rues, ses squares, mais également ses équipements de loisirs, culturels et sportifs, ses commerces qui accompagnent autant de pratiques distinctes de l’espace public. Dans quelle mesure les politiques urbanistiques et culturelles ont-elles une influence sur l’appropriation de l’espace public ? Durant ce festival, il s’agira de convoquer les arts et les sciences pour interroger, questionner, débattre ce rapport complexe entre l’espace public, urbain et les femmes.

Continuer la lecture de Le Festival L’Appel de la lune #4, nous soutenons, nous participons

Mercredi 16 novembre, à Lille

gcdA l’invitation de Vanina Mozziconacci du jeune Labo Genere : http://labogenere.fr/ , nous étions à Lille à la Maison Européenne des Sciences de l’Homme

Programme

10h :Ouverture de la journée

10h15-11h15: Corinne Luxembourg (MCF, géographie, Université d’Artois) et Sabine Thorel-Hallez (MCF, sciences de l’éducation, ESPE LNF): « Mieux-être et hétérotopie au prisme du genre »

11h30-12h30: Lucile Ruault (doctorante, science politique, Lille 2) et Cécile Thomé (doctorante, sociologie, EHESS):« Système de genre et maîtrise du parcours procréatif : de l’avortement à domicile aux méthodes ‘naturelles’ de contraception »

14h30-15h30: Lucy Michel (doctorante, linguistique, Université de Bourgogne) et Laura Tatoueix (doctorante, histoire, Université de Rouen): « Nommer le ‘féminin’ : questions méthodologiques et épistémiques en histoire et en linguistique »

16h-17h: Vanina Mozziconacci (doctorante, philosophie, ENS de Lyon) et Maxime Triquenaux (doctorant, littérature, Lyon 2): “Point de vue, voix et genre”

17h: conclusion et clôture de la journée.

Argumentaire

Dès son apparition, le concept de genre migre presque immédiatement entre les disciplines et connaît d’importantes mutations du fait de ses différents voyages. En effet, si ses premières acceptions psychologiques et médicales sont descriptives et normatives (ce discours accompagne un travail médical de normalisation : l’objectif est de mettre en conformité sexe et genre), il devient, dans les études de genre, un outil critique.

Qu’en est-il de la circulation du concept de genre aujourd’hui ? Si le genre a une valeur heuristique, quel rôle joue-t-il précisément dans chaque discipline ? Peut-il être le lieu d’une transdisciplinarité (usages de concepts et méthodes provenant de diverses disciplines) ou d’une interdisciplinarité (collaboration entre différentes disciplines à partir de leurs problématiques constituées) ? Il s’agit de se demander si, sous ce terme identique, le travail pluridisciplinaire est possible ; il s’agit d’élaborer ensemble notre définition du genre afin que celui-ci ne soit ni un malentendu ni un lieu commun. Autrement dit : que signifie travailler ensemble avec le genre ?

Pour répondre à cette question, nous souhaiterions proposer une journée d’étude avec un principe organisateur original: chaque intervention sera le fruit du travail pluridisciplinaire d’un binôme, auquel il sera demandé de préciser l’épistémologie et la méthodologie attachées à la notion de genre et comment celle-ci peut être l’occasion d’un travail conjoint.