Tous les articles par Les urbain.e.s

A paraître : Les sens de la ville, pour un urbanisme de la vie quotidienne.

L’ouvrage Les sens de la ville : pour un urbanisme de la vie quotidienne, paraîtra en 2020 aux éditions Le Temps des Cerises.

Ce sera le second ouvrage coordonné par les Urbain.e.s. Il sera accompagné de suppléments que vous pourrez télécharger prochainement. 

pour plus de renseignements, n’hésitez pas à contacter les urbaines : lesurbaines92 at gmail point com

C’était “Cet enfant-là”

25, 27 et 28 juin 2019 : Cet enfant-là. La nouvelle création pour la scène des Urbain.e.s-La Troupe.

pour prendre vos places dès maintenant : https://www.weezevent.com/cet-enfant-la

Il me semblait que « jouer au théâtre » contenait quelque chose de l’enfance, mise en abîme, mise au désespoir, mise au défi. Les héros tragiques, au sens où l’exprime Christine Angot, ne font que divulguer au monde, au public, le sentiment intime. Le chagrin d’enfant, par exemple, devient universel et plus encore que par l’identification littéraire : le héros tragique, projette sur la scène du théâtre (ou de l’opéra) une sorte de puissance immémoriale de sa propre mythologie.

Les enfants jouent, à se tuer, à être forts et beaux, à faire la guerre, les comédiens aussi.

Richard III, Vania, Oberon et Titania sont des enfants.

Rien n’est grave mais tout existe ; alors il faut bien écouter ce récit du monde qui traverse enfants et comédiens.

J’ai voulu mener la troupe vers cette aventure difficile, remuante et âpre du souvenir et de l’inconscient collectif qui parcourt l’humain. « On dirait que t’es la princesse et-moi ton prince ». Sauf que là, dans ce jeu de l’enfance, tout est très sérieux et que le conditionnel est distordu à la seule condition du vraisemblable. Tout est vrai. Il faut croire au théâtre autant qu’aux histoires de l’enfance, sinon on n’a rien compris du tout.

J’ai ainsi voulu traverser par ces territoires dangereux du roman familial, expérience exclusivement enfantine qui consiste à remédier aux insuffisances, aux douleurs, pallier les manques vécus par le petit enfant. Ce processus est évoqué brièvement par Freud en 1909, son intérêt fondamental est qu’il est absolument impossible de se remémorer ce roman familial préœdipien sans expérience psychanalytique. On oublie, les névroses s’intègrent au corps social, on est adulte. Et l’adulte refuse souvent cette idée de plonger dans son propre roman familial comme il refuse le jeu primitif pour ainsi dire du jeu au théâtre.

On trouvera dans cette écriture collective des souvenirs dont on se moque de la véracité, des jardins d’enfance, des mariées furieuses ou clownesques, des évocations parfois lointaines de guerres du siècle dernier qu’un terreau encore fertile fait exister toujours, nous sommes des enfants sans mémoire dans un monde sans vergogne et que le politique se refuse à éduquer. Un enfant juif, depuis son camp de déportation, nous livre ses visions, peut-être pour prolonger la vie , la sienne, dont on ignore si elle devint cendres. Moi je sais qu’il a vécu. Je sais qu’il est là, sur la scène, une scène peuplée d’amis imaginaires et de grands personnages de cinq ans ;

Les héros.

DAMIEN LABRUYERE, direction artistique et mise en scène.

Les Gennevilloises et leur ville ?! 20 portraits et toute la ville !

Et si on posait dans l’espace public. Vous êtes une femme, vous habitez et/ou travaillez à Gennevilliers depuis 7 ans… Vous avez entre 7 et 117 ans ! De toutes origines, de tous profils ! La ville est belle et c’est vous qui la faites !

Comment se passent les séances photo ? vous et la ville en deux portraits

Portrait extérieur : Vous choisissez le lieu (en extérieur) qui vous ressemble le plus dans la ville de Gennevilliers. Avec le photographe, vous discutez de la photo et le jour J la séance commence. Deux semaines plus tard, le photographe vous présente les photos du shooting et ensemble vous sélectionnez la photo qui vous ressemble le plus.

Portrait studio : Un studio professionnel sera installé dans Gennevilliers et vous recevez une invitation au rdv pour poser. Le jour J vous venez au studio. Le photographe vous accueille, vous explique comment poser et la séance se déroule tranquillement.

Utilisation des photos

Vous retrouverez les photos dans les livres et les expositions prévues directement pour le projet des Urbain.e.s, La place des femmes dans l’espace urbain, et dans les expos et livres du photographe Gaël Dupret. Une grande exposition est prévue au printemps 2020. Les photos seront exposées en grand dans les rues de Gennevilliers. La presse pourra en publier certaines pour parler du projet « La place des femmes dans l’espace urbain » et de l’égalité femmes/hommes. Hormis pour la communication des différents évènements liées aux photos, votre portrait ne servira jamais de support pour de la publicité ou actions commerciales d’entreprises tiers.

Vous voulez participer ? contactez Gaël Dupret tel 06 77 18 14 70 / contact@gaeldupret.comhttps://www.gaeldupret.com/

Retour en images sur la journée du 19 octobre.

Genre et droit à la ville : 19 octobre 2018 à Gennevilliers

Le programme de la Journée d’étude Genre et droit à la ville se dessine, les interventions seront à l’image de la recherche-action des urbain.e.s avec des artistes, des chercheur.e.s, des habitant.es.

inscriptions : https://www.weezevent.com/genre-et-droit-a-la-ville

Rendez-vous le 19 octobre à l’Espace Aimé Césaire, 6 avenue du Luth, Gennevilliers (92)

9h00 – Accueil café

9h30 – Présentation de la journée

9h45 – Mot du maire Patrice Leclerc

10h10 – 10h40 L’expérience de recherches-action gennevilloise : la ville côté femmes (Emmanuelle Faure, Edna Hernández González, Corinne Luxembourg)

10h40 – 11h00 Pause

11h00 – 13h00 Table ronde Construction métropolitaine. Animation Juliette Morel (géomaticienne, chercheuse en Littérature, Criham, Université de Limoges.)

  • Marion Tillous (géographe, LEGS, Université Paris 8 Saint-Denis) : Les voitures de métro réservées aux femmes : enjeux et controverses
  • Anne-Laure Perez-Valentin, adjointe à l’urbanisme de la ville de Gennevilliers
  • François Valégeas (urbaniste, ART-Dev, Université Paul-Valéry Montpellier 3) : Une ville durable sous conditions ? Genre et normes d’habiter dans la production des écoquartiers

13h00 – 14h30 Déjeuner sur place

14h30 – 16h30 Table ronde Espaces des corps urbains. Animation : Emmanuelle Faure, (géographe, LADYSS, Université Paris Nanterre, co-directrice du programme de recherche-action)

  • Antoine Le Blanc (géographe, TVES ULCO, président du Comité National Français de Géographie) Le sport LGBT entre ouverture et fermeture : la création d’espaces et de réseaux sportifs parallèles dans la ville
  • Mohammed Brahim Grichi, adjoint aux sports de la ville de Gennevilliers
  • Arnaud Alessandrin (sociologue, LACES, Université de Bordeaux) et Johanna Dagorn (sciences de l’éducation, LACES, université de bordeaux) Modes de présences urbaines des corps exposés.

16h30 – 16h45 Pause

16h45 – 17h15 Présentation des transects et propositions d’aménagements paysagers (Atelier paysage SensOmoto)

17h15 – 17h45 Conclusion : Sofia Manseri (conseillère municipale déléguée au féminisme et à lutte contre les discriminations, ville de Gennevilliers) et Bérangère Rubat du Mérac (chargée de mission égalité femmes hommes, ville de Gennevilliers)

17h45 -18h30 Moment musical : Louise Jallu (https://www.louisejallu.com)

18h30-19h30 Apéro dinatoire

19h30 – 21h00 Promesse de Barbara de et par L’Atelier-troupe-Les Urbain.e.s, direction artistique Damien Labruyere.

Espace exposition :

Photographies de Gaël Dupret

Carnet de voyage d’habitantes gennevilloises coordonné par Chloé Mercier

Carte sensible produite par Chloé Mercier

Transects produits par l’atelier paysage SensOmoto (http://www.sensomoto.org)

Posters des Urbain.e.s, grâce au travail graphique de Claire Pasquet