Avatars et évolution d’un atelier d’écriture et de création scénique au sein du programme des Urbain.e.s

Lorsque l’on a décidé, en 2015, de la présence d’un atelier d’écriture au sein d’un programme de recherche, j’avais très vaguement l’idée de quelque chose qui aurait pu ressembler à un recueil de témoignages, celui d’habitantes de la ville de Gennevilliers, autour d’une question commune au travail de recherche -action et de cet espace d’écriture : la place des femmes dans l’espace urbain. L’affaire n’était pas nouvelle puisque d’autres municipalités et territoires s’étaient dotés d’un tel atelier, pour ainsi dire d’écriture testimoniale.

Ça a été très ennuyeux, et pour les habitantes venues jeter un œil ou un coup de plume et pour moi : L’espace urbain ne faisait pas « question » pour ces femmes libres, autonomes, loin d’une problématique convenue voire victimaire de la femme et son rapport à la ville, à l’altérité aussi. Fin des débats.

J’ai donc, quatre ou cinq mois plus tard, délibérément mené les participantes vers ce qu’est l’écrit et non plus l’écriture, au sein d’une création, d’un espace non plus public mais absolument intérieur, intime. Dès lors, quittant le témoignage et l’espace public, nous avons ouvert un nouveau territoire, celui d’une vérité autant subjective qu’indiscutable, celui de la fiction, de l’invention, de la création.

Cela avait enfin véritablement du sens. Je ne recueillais plus rien d’une parole sur le « commun », mais, sur un terrain vierge de tout, je devais organiser et faire croître leurs tentatives et désirs d’écrire enfin quelque chose de soi. Quelque chose d’inédit.

C’est dans cette optique que j’ai suggéré, puis offert au groupe devenu absolument complice, solidaire, puis concerné par cette chose commune, l’idée d’écrire pour la scène.

Je ne veux pas parler de théâtre, c’est encore trop codé, connoté. Je parle de créer de l’écrit pour la scène. Je parle de sortir de soi, de sa vie, des personnages que l’on va soumettre à l’épreuve de l’autre, du groupe, à l’épreuve de la voix (puisque l’on n’écrit plus pour soi mais pour l’autre), à l’épreuve difficile du corps qui porte en lui ces mots-là, je parle de dramaturgie, de techniques relevant de l’art dramatique, du rapport à un nouvel espace réinventé toujours qu’est la scène d’un théâtre.

Je parle d’un grand courage.

Aussi cet atelier dit d’écriture est-il devenu lieu de création littéraire, laboratoire où notre groupe devenu troupe frotte ses mots à la scène, à l’autre, à un public.

Cet « atelier-troupe » est donc un lieu inédit dans le paysage français, fût-il celui de la recherche ou du théâtre puisque les auteures sont elles-mêmes les interprètes des textes offerts au public.

Personne ne vient ravir la parole de quiconque. C’est pour moi le lieu de la liberté même, au prix d’une exigence et d’une vigilance constantes, d’un travail soutenu, continu, difficile aussi de la part des membres du groupe. Un engagement rare.

Nous travaillons ainsi au rythme de quatre heures hebdomadaires dans les locaux de la Maison du Développement Culturel, lecture commune et mise en perspective des textes rédigés la semaine, travail scénique, corporel, des textes et des personnages créés dans la salle de théâtre, éléments de mise en espace /mise en scène. C’est à mon sens, de véritables retrouvailles avec l’être précieux qu’on porte en soi, quelque chose d’infiniment généreux, qui nous aura mené à présenter deux créations au public (« Une place à soi », juin 2017/janvier 2018 puis « Promesse de Barbara » juin 2018). Nous avons, fièr-e-s et nourri-e-s de cet élan, et de l’expérience acquise, d’autres projets pour l’année à venir. Le groupe reste ouvert à l’Autre, à la seule condition d’un engagement sans faille.

Damien Labruyère, animateur et directeur artistique de l’Atelier-Troupe des Urbain.e.s


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.