La ville de tous côtés

WP_20140609_002

Ce programme, La ville côté femmes, n’a pas pour objectif de prôner un développement urbain gynécentré comme une réponse à l’urbanisme androcentré fruit d’un rapport de domination masculine ancien, mais bien de contribuer à semer les éléments d’un dialogue pour une conception d’une ville pour tou.te.s.

La particularité de ce projet de recherche est multiple. D’un point de vue de l’observation scientifique, il s’intéresse aux spatialités féminines des usages des espaces publics et/ou communs avec l’ambition d’identifier des « murs invisibles » (G. Di Méo), de participer à les faire tomber. Cependant, le genre n’explique pas tout, cette entrée sera croisée avec d’autres caractéristiques (emploi, structure par âge, csp, histoire…) afin d’analyser le plus finement possible les espaces vécus.

D’un point de vue de la pratique : ce projet est un programme de recherche-action, c’est-à-dire qu’il inclut l’habitant.e comme participant.e, non seulement comme objet d’études mais comme acteur de la recherche. Enfin l’approche n’est pas classiquement celle de chercheurs en sciences humaines et sociales, elle est complétée par l’intervention d’artistes qui déploieront leurs techniques d’écritures propres afin de cerner au plus proche ce qui constitue les usages genrés des espaces urbains.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *