Rencontre 13 février 2014

WP_20140213_001

Le 13 février a eu lieu notre première rencontre de terrain, notre première discussion avec les Gennevilloises. En 1h30, beaucoup de sujets ont été abordés sont avec ces deux « étudiantes » de l’Ecole Femmes sans Frontières. Ce qu’il en ressort : la fierté d’habiter la ville, la chance d’y vivre.

Au cours de ce premier entretien elles nous parlent des multiples lieux qu’elles fréquentent, le cinéma Jean Vigo, le nouveau centre Aimé Césaire pour le concert de rock ayant lieu le samedi suivant, le Centre nautique pour y accompagner les petits enfants, les divers équipements sportifs, le Théâtre de Gennevilliers pour certaines manifestations.

Gennevilliers est une ville-monde, une ville qui leur ressemble. Elles s’y sentent chez elles, accueillies. Pour autant elles sont attentives aux changements.

L’écoquartier, en construction, est attendu avec impatience pour plusieurs raisons :

–          Depuis la fin des activités de l’usine ETG Chausson, le terrain en friche était ressenti sans contrôle, le quartier peu éclairé, peu vivant aux heures nocturnes incitant à presser le pas, à marcher au milieu de la rue pour augmenter les angles de vue, en se méfiant des ombres. Les habitants, leurs vies, leurs activités, leurs déplacements sont donc attendus.

–          L’écoquartier comprend un parc et bien que la ville soit déjà bien pourvue en espaces paysagers (de plus en plus en gestion différenciée), ce parc est le bienvenu, il fait partie d’un mode de vie plutôt piéton, et doux dans la ville.

Dans le même temps, sans encore vraiment les formaliser, elles craignent des changements dans la ville, elles ont peur d’une extension des rythmes de vie rapides et embouteillés de Paris jusqu’à Gennevilliers. Elles n’ont pas envie de cela. Est-ce que ces craintes s’appuient sur les projections du Grand Paris ? Nous n’avons pas creusé cette question.

Nous leur avons présenté brièvement nos différentes interventions (recherche-action en études urbaines, photographie, chorégraphie) et notre volonté de les rencontrer en dehors du lieu de l’école, de leur faire raconter, dessiner leurs pratiques de la ville, de construire avec elles la Coopérative d’Inventions. Voilà donc une aventure qui commence.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *