Appel à contribution – Genre et politiques urbaines (Géocarrefour)

Les villes contemporaines sont en apparence des lieux de liberté, de mixité, offrant à chacun la possibilité d’accéder à un ensemble de services, échappant aux contraintes de la distance et favorisant ainsi l’interaction sociale. Pourtant, tout en étant créatrices de pratiques nouvelles et porteuses d’innovation, elles restent le reflet des normes sociales dominantes dans leurs dynamiques sociales, économiques, urbanistiques et paysagères.

Ce dossier thématique propose de croiser les inégalités de genre et les politiques urbaines. Cette orientation prend place dans un contexte urbain, avec les spécificités propres à la taille de l’espace urbain envisagé (petite et moyenne ville, métropole…). Les politiques urbaines entendues ici sont d’abord des politiques publiques, elles sont des outils locaux, régionaux, nationaux, supranationaux, et sur des enjeux locaux, urbains, sociaux en passant par le biais de la rénovation du bâti, de l’urbanisme, par l’intervention sociale sur un ou des groupes ciblés par une série de critères, par la prise en compte territoriales. Différentes aires géographiques peuvent être concernées, différentes échelles d’application et/ou de décisions peuvent être croisées.

Les projets de rénovation urbaine tout comme l’urbain qu’ils modifient sont autant le reflet de normes sociales dominantes, masculines que ne l’étaient les constructions précédentes. L’espace public serait ainsi alloué aux hommes et l’espace privé aux femmes tout comme la ville serait attribuée aux hommes, le logement aux femmes. Cette assignation sexuée des espaces de l’habiter n’est que rarement remise en question et perdure à travers des manières de reproduire la ville.

Les critiques féministes ont pu, par diverses démarches montrer les difficultés quotidiennes, comme par exemple, les marches exploratoires expérimentées à Montréal puis en Amérique latine et en Europe. En Allemagne, indique Sandra Huning, « des spécialistes féministes de l’urbanisme critiquent depuis les années 1970 les structures spatiales fordistes incompatibles avec le quotidien et les besoins de la plupart des femmes : la séparation des fonctions urbaines de production et de reproduction (entreprises dans les centres-villes et les zones industrielles, logements dans les banlieues) a compliqué la tâche des femmes et des mères désireuses de concilier ces aspects de leur vie. En réaction, elles ont développé des modèles d’urbanisme visant à adapter le milieu citadin. »

Aborder les politiques urbaines à travers la place proposée et prise par les femmes implique d’interroger les comportements, les qualifications car les rapports sociaux de sexe sont le plus souvent impensés et reposent implicitement sur des présupposés de détermination naturaliste. Les politiques urbanistiques de plus en plus sécuritaires s’appuient sur la vulnérabilité notamment  féminine sans forcément répondre à l’expression du sentiment d’insécurité. La résidentialisation, qui est préférée à la porosité des espaces privés et publics ne le favorise pas.

Depuis 1999, en Europe, « l’approche intégrée de la dimension genre » s’installe progressivement et avec plus ou moins de succès dans les cahiers des charges de la politique de la ville, en s’inspirantde démarches outre-atlantiques. Cette émergence dans les domaines des politiques urbaines résulte de constats, qui établissent qu’en Europe, les défaillances de la ville de la modernité, androcentrique, conçue, construite et gouvernée par les hommes, où les fonctions de l’habiter sont trop souvent cantonnées au seul logement, réduisent de fait les potentialités de la ville. En France, les politiques publiques liées au genre s’ouvrent tardivement, et difficilement, à d’autres cadres que ceux contraints par la loi : stricte parité, aide et accompagnement des femmes victimes de violence…

Il s’agit alors d’interroger les politiques locales en tant que champ d’expérimentation de politiques d’aménagement et d’urbanisme. Ainsi, le gendermainstreaming entend, entre autres, remédier au confinement territorial. Il s’agira d’envisager les incidences des politiques publiques sur « l’espace vécu » féminin par différents biais (occupation, appropriation de l’espace public, déplacements, espace intime, non-lieux féminins et no-woman’s land, vulnérabilité, temporalités, conflits, etc.), en ayant une attention pour la diversité des expériences, vécus et situations féminines et masculines, l’intrication multifactorielle des rapports de domination. Traduction de cette mise en avant des thématiques genrées, les politiques urbaines institutionnelles doivent les intégrer de façon transversale dans les processus de renouvellement urbain, notamment lors des démarches participatives. Les travaux de Christine Bard, Monique Bertrand, Marianne Blidon, Jacqueline Coutras, Christine Delphy, Sylvette Denèfle, Susan Faludi, Claire Handcock, Sophie Louargant, Yves Raibaud, Lidewij Tummers, Elise Vinet, Joan W Scott… peuvent participer d’une une base de réflexion à la fois empirique et théorique, reliant explicitement usages urbains, politiques et pratiques genrées. Le rapport du corps féminin à l’espace public est un enjeu de politiques publiques, d’aménagement, d’urbanisme, en ce qu’il influe sur les rythmes de la ville, sur les déplacements, les temporalités, les modes d’habiter.

Dans ce contexte, l’ambition de ce dossier thématique est de contribuer à enrichir le débat, en interrogeant les rapports entre politiques publiques et appropriation de l’espace par les femmes. Comment l’urbanisme intègre-t-il cette thématique transversale, dans les processus de rénovation urbaine autant que dans les processus de construction de nouveaux quartiers ? Comment les politiques urbaines habituées à aborder les inégalités territoriales, sociales, ethnicisées, intègrent-elles le genre ?

Plusieurs pistes sont proposées :

°Spatialisation des inégalités hommes/femmes. La représentation des inégalités hommes/femmes prend-elle des formes différentes en fonction de l’échelon territorial ? S’intéresser aux inégalités d’un point de vue géographique revient à interroger les stratégies d’appropriation des acteurs tout en analysant les conséquences territoriales à plus grandes échelles : la région, la ville ou le quartier (enclavement, ségrégation socio-spatiale, par exemple). Ces inégalités rendent en effet nécessaires la prise en compte et l’adaptation des politiques urbaines afin de permettre à chacun de vivre ensemble et de participer à une vie collective. Les politiques publiques interrogeant les inégalités sexuées sont pour la plupart locales (voire localisées). Cela signifie-t-il que la sexuation des rapports au territoire n’interviendrait, et ne serait lisible qu’à une seule échelle ? À partir de la question de la spatialisation des inégalités deux axes pourraient être interrogés.

 

°Perception, non-lieux féminins et conflits de territoire et d’usage. L’espace public urbain semble fragmenté durablement selon ces pratiques genrées. Est-il pour autant lieu de conflits entre hommes et femmes ? Si oui, ces derniers sont-ils apparents ou larvés ? Sinon, la situation est-elle la résultante d’une forme de rapport socio-spatial de domination/soumission, d’évitement, de contournement voire d’acceptation ?Que sont ces barrières spatiales que s’imposent les femmes pour ne pas pénétrer sur une portion du territoire urbain, vécue comme lieu d’insécurité (réelle ou fantasmée) ? Comment s’organisent les stratégies de contournement ? Quelles sont les stratégies d’évitement des femmes dans l’espace public ? En résulteraient des territoires abandonnés par les femmes, des no-woman’s land. La normalisation voire même la « standardisation » par la généralisation des bonnes pratiques serait-elle la possibilité de construction d’un « urbain mixte »? Cette standardisation de l’urbanisme n’est-elle pas, elle-même, androcentrée ? Quels sont les moyens des politiques urbaines mis en œuvre pour détruire ces murs ?

°Politiques d’action publique. Le gendermainstreaming intervient dans les politiques territoriales en Europe. Appliqué à la planification urbaine, il entend produire des espaces urbains de plus grande mixité. Quels principes et orientations ? Quelles modalités d’action ? Quelles expériences ? Quels enseignements ? Où ? Quelle production de la ville en résulte ? Comment les habitants, hommes et femmes sont-ils impliqué.e.s ?

Un regard sur la méthodologie de mise en œuvre de politiques publiques favorisant la mixité d’usage des espaces publics, appuyée notamment sur des démarches participatives constituerait un axe intéressant des questionnements aux différents échelons de décision.

Ces propositions ne se veulent en aucun cas exhaustives. Seront également bienvenues toutes propositions de communication dont l’étendue permettra de favoriser l’ouverture de cette réflexion, la thématique visant des travaux de disciplines variées (géographie, histoire, sociologie, urbanisme, sciences politiques…) et des comparaisons internationales.

 

Bibliographie non exhaustive :

BARD C. (dir.), 2004, Le genre des territoires. Féminin, masculin, neutre., Angers, Presses de l’Université d’Angers, 252 p.

BERTRAND M., 2011,  Quand femme rime avec local : logique de promotion ou nouveau confinement dans les villes africaines ? Justice spatiale | spatial justice, n° 03 mars 2011 http://www.jssj.org

BOUAMAMA S., 2013, Femmes des quartiers populaires. En résistance contre les discriminations, Paris, Le Temps des Cerises, 206 p.

COUTRAS J., 1996, Crise urbaine et espaces sexués, Paris, Armand Colin, 156 p.

DI MEO G., 2011, Les murs invisibles. Femmes genre et géographie sociale, Paris, Armand Colin, 344 p.

DENEFLE S. (dir.), 2008, Utopies féministes et expérimentations urbaines, Rennes, PUR, 216 p.

FALQUET J., 2010, Le sexe de la mondialisation, Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Presse de la Fondation nationale des sciences politiques, p. 229-242.

FALUDI S., 2006 Preface to the 15th anniversary edition of Backlash. The Undeclared War on American Women, Three Rivers Press (CA).

GUENIF-SOUILAMAS, N., 2005, La fin de l’intégration, la preuve par les femmes, Mouvements, vol 3, n°39-40, p. 150-157.

HANCOCK C, 2009, La justice au risque de la différence : faire une juste place à l’Autre, Annales de géographie, n° 665-666, p. 61-75.

HUNING S., 2013, Intégrer le genre à la planification urbaine, Métropolitiques, URL :http://www.metropolitiques.eu/Integrer-le-genre-a-la.html.

SOW F. (dir.), 2009, La recherche féministe francophone : langue, identités et enjeux, Paris, Ed. Karthala, 692 p.

LEFEBVRE H., 1968, Le droit à la ville, Paris, Anthropos, 135 p.

RAIBAUD Y., 2012, Genre et espaces du temps libre, L’Information géographique, Vol. 76, n°2, p. 40-56.

SCHARFF C., 2011, Disarticulating Feminism : Individualization, Neoliberalism and the Othering of ‘Muslim Women’,  European Journal of Women’s Studies, Vol 18, n°2, p. 119-134.

VINET, E., 2013, Etude-action sur les discriminations multifactorielles envers les femmes dans trois quartiers lyonnais, (rapport de recherche du groupe Egaliter), GREPS, université Lyon-II.

TUMMERS L., 2015, Stéréotypes de genre dans la pratique de l’urbanisme, Travail, genre et sociétés Vol 1, n° 33, p. 67-83.

 

Délais et consignes

Les auteurs peuvent communiquer avec Corinne Luxembourg corinne.luxembourg@gmail.com ou Dalila Messaoudi dalilamessaoudi@hotmail.fr, coordinatrices du numéro, pour signaler leur intérêt et poser toute question scientifique en lien avec ce texte. Conformément à notre procédure de soumission, les articles seront déposés en ligne à l’adresse du secrétariat de rédaction (andre.buisson-at-univ-lyon3.fr) au plus tard au 31 janvier 2016. Ils pourront être rédigés en français ou en anglais. D’un volume optimum de 40 000 signes, espaces compris (la rédaction se réservant la possibilité de rejeter les articles dépassant 60 000 signes), ils respecteront les normes de la revue indiquées sur le site (http://geocarrefour.revues.org/index1017.html). Les articles seront évalués en double aveugle par le comité de lecture. Les auteurs recevront notification de la décision (et des instructions de correction) le 31 mai 2016 au plus tard.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *