Le journal de la recherche n°1

journal n1

Télécharger le Journal N°1

« La ville côté femmes » est un programme de recherche-action conduit par une équipe de chercheuses et de chercheurs en géographie, socio-anthropologie, architecture, urbanisme… des habitantes et des habitants, un photographe, des comédiennes et des comédiens, une graphiste, un conteur… Il s’intéresse à la place des femmes dans l’espace public, donc aux femmes ET aux hommes, dans leurs relations, leurs cheminements…

Le questionnement de départ vient de plusieurs constats : les femmes constituent 80 % des travailleurs pauvres, 70 % des usagers des transports en commun, 90 % des personnes qui subissent des violences sexuelles dans l’espace public, 85 % des chefs de famille monoparentale… Dans les ménages, la femme reste le membre qui effectue le plus de travail domestique, ce qui la contraint dans ses déplacements bien plus qu’un homme. Les femmes sont minoritaires dans l’espace public urbain la nuit ou dans celui du petit matin.

A ces premiers constats s’ajoute ce que la société impose aux corps à travers le contrôle social. Le corps féminin est non seulement observé, il est apprécié, jugé, évalué et contrôlé. On connaît les traditions de domination masculine de nos sociétés, comme l’on sait qu’elles sont véhiculées aussi bien par les hommes que par les femmes (pour des raisons différentes) et qu’elles sont vécues quel que soit le milieu social. Aborder la ville côté femmes implique d’interroger nos comportements, les rapports sociaux entre les sexes qui paraissent « naturels ». Il s’agit alors de comprendre comment l’espace est vécu.

Pour que l’analyse soit la plus précise possible, le programme est centré sur deux quartiers : les Grésillons et les Agnettes.

Le travail avec les habitantes et les habitants a commencé depuis le début de l’année 2014. Voici les premières observations.

  1. Cartes mentales… Un révélateur des usages de l’espace public.

Entre le 12 juin 2014 et le 7 mars 2015, les habitantes et les habitants ont réalisé 110 cartes mentales collectées à l’Ecole Femmes Sans Frontières, au Forum des Associations, au Festival en Route pour l’Egalité. Elles ont été créées par 77 femmes et 33 hommes. Cet échantillon, déséquilibré est temporaire, il sera complété au fur et à mesure du déroulement du programme.

Il est demandé, sur une feuille blanche, de représenter en rouge les lieux mal-aimés, en vert, les lieux bien appréciés, en noir les lieux qui ne suscitent ni l’un, ni l’autre sentiment (protocole de travail page 58). Pour la majorité des 131 repères spatiaux (bâtiments, voies, places, quartiers, espaces végétalisés, services,…) représentés au moins une fois, l’avis est plutôt positif.

Les habitantes et les habitants qui se sont prêtés à l’exercice viennent pour les femmes d’abord du Village, puis de Chandon-Brenu-Sévines (CBS), pour les hommes de CBS puis à égalité des Agnettes et des Chevrins.

Nombre de quartiers représentés

Nombre de quartiers représentés Femmes Hommes
0 8.70 % 3.23 %
1 10.14 % 9.63 %
2 11.94 % 25.81 %
3 27.54 % 38.71 %
4 21.74 % 9.68 %
5 8.70 % 6.45 %
6 4.35 % 6.45 %
7 1.45 % 0
8 1.45 % 0

Nombre de quartiers représentés sur les cartes mentales par les enquêté.e.s

Lorsque l’on compte pour chacune des cartes le nombre de quartiers représentés, on observe trois éléments. Le premier montre que plus de femmes que d’hommes ne représentent aucun quartier, ou bien leur seul quartier de résidence. Elles sont aussi bien moins nombreuses que les hommes à dessiner deux quartiers. Ce qui tendrait à penser que pour un tiers d’entre elles, elles ne s’approprient pas vraiment la ville et dépassent rarement le périmètre du quartier de résidence. Par contre les femmes sont plus nombreuses à citer 4, 5, 7 et 8 quartiers. Ce qui tendrait à indiquer que pour un tiers des femmes rencontrées, elles s’approprieraient plus de quartiers que les hommes, effectuant beaucoup plus de trajets. Alors que deux tiers des hommes ne s’approprient que deux ou trois quartiers. Les femmes explorent et dépassent les « frontières » des espaces du quartier de résidence.

La dernière observation permet de dire que dessiner trois quartiers concerne la majorité des hommes et des femmes, c’est la part la plus importante de l’échantillon. Il semblerait donc que ce soit le périmètre le plus fréquemment parcouru où que l’on habite dans la ville.

La répartition des lieux fréquentés donnent sur ce point des indications intéressantes : les femmes en nomment beaucoup plus. Ce qui est cohérent avec le fait qu’elles sont plus nombreuses que les hommes à fréquenter des espaces plus larges.

Typologie des lieux représentés

Type de lieu représenté Avis positif des femmes Avis négatif des femmes Avis positif des hommes Avis négatif des hommes
Transports publics 32.46 % 18.18 % 3.03 % 9.09 %
Commerces 29.87 % 14.28 % 0 3.03 %
Espaces végé­talisés 70.13 % 2.59 % 66.66 % 0
Equipements sportifs 18.18 % 2.59 % 15.15 % 0
Equipements culturels 41.55 % 0 9.09 % 0
Centres culturels et sociaux 19.48 % 0 3.03 % 6.06 %
Equipement jeunesse 1.29 % 0 6.06 % 0
Centre admi­nistratif 20.77 % 6.49 % 24.24 % 15.2 %

 

La précision des lieux cités est plus grande sur les cartes dessinées par les femmes que par les hommes.

Elle correspond aussi à des pratiques de la ville qui sont plus liées à des tâches domestiques et familiales que les hommes. Ainsi, même s’il est indubitable que des hommes fréquentent les commerces, notamment les centres commerciaux, ils ne les citent quasiment jamais. Les usages des espaces végétalisés (allées Ben Barka, Manouchian, parcs des Sévines et des Chanteraines) sont fréquemment liés à l’accompagnement des enfants pour les femmes tout comme le sont les usages des équipements sportifs (hormis le Centre nautique qui semble être plutôt lié à un usage individuel). On retrouve une fréquentation des transports publics plus importante par les femmes que par les hommes, observation notée dans d’autres travaux scientifiques et sur d’autres villes.

Enfin, la synthèse cartographiée des données spatialisées recueillies sur les cartes mentales donne des éléments sur les pratiques et sur les représentations. Ainsi, aucune femme ayant dessiné la rue Georges Thoretton ne l’apprécie : quand elle est jugée par des femmes, c’est uniquement négativement. Ce jugement ne concerne que la fraction de la rue du côté de l’avenue Gabriel Péri. Il se passe exactement la même chose pour la rue Jean Jaurès, ainsi que pour l’avenue Pierre Timbaud. Les raisons évoquées sont autant liées à des commerces vus comme très masculins (cafés, par exemple), qu’à une ambiance esthétique (tristesse de lieu méritant réhabilitation, murs trop longs), qu’à des difficultés de circulation (à pied, avec des enfants, à vélo…) et de sentiment d’insécurité routière. A l’inverse, c’est le boulevard intercommunal en direction du port qui n’est mentionné et jugé négativement que par les hommes, par un aspect trop adapté à la circulation automobile rapide et pas assez pour les piétons.

Pour l’ensemble de ces résultats, il est nécessaire de ne pas associer de façon systématique le fait de ne pas aimer un lieu et le fait de s’y sentir en insécurité. Ainsi sur les cartes dessinées par les femmes comme par les hommes, des commentaires donnent plus d’indications sur des aspects esthétiques par exemple (la dalle de Carrefour, l’avenue de la Libération, la rue Jean Jaurès, le métro Gabriel Péri,…), des aspects d’ambiance climatiques (le métro des Courtilles est froid, celui des Agnettes en courant d’air), des aspects liés à l’accessibilité de praticité (trottoirs trop petits, trottoirs trop pentus, l’accès possible aux vélos), des pratiques et des usages détournés (voitures garées sur le parcours du tramway, garées sur le trottoir empêchant le passage de poussettes ou de fauteuils roulants, propreté des trottoirs). Arrivent enfin les questions de sécurité routière (avenue Gabriel Péri, vers le pont de Clichy ou le pont de Saint-Ouen) et de sentiment d’insécurité lié à un faible éclairage de nuit et une faible présence humaine (les Barbanniers). La relation du corps de la femme ou de l’homme à l’espace urbain est aussi explicitement mentionnée, en rapport aux voitures par exemple, aux cheminements sur les trottoirs, la longueur de certains bâtiments trop uniformes…

Après la récolte de mars 2015, l’équilibre femmes/hommes n’est pas atteint, ce qui rend cet échantillon temporaire. Il est néanmoins intéressant de voir qu’à part l’Ecole Sans Frontière qui est non mixte, les deux autres événements utilisés pour solliciter les habitantes et habitants (Forum des Associations et Journée pour les droits des femmes) sont mixtes mais n’ont pas permis d’atteindre cet équilibre.

  1. Le laboratoire ambulant : un espace de dialogue

Une première série d’entretiens a eu lieu une fois par semaine dans chacun des deux quartiers : Agnettes et Grésillons entre le 27 avril et le 12 juin 2015.

Il y a eu 68 entretiens individuels ou collectifs pendant lesquels nous avons rencontré 86 personnes (58 femmes et 28 hommes). Ces entretiens confirment les premières observations que nous avions pu noter en analysant les cartes mentales.

En effet, le croisement avec ces premiers entretiens «roulotte» pointe globalement une satisfaction des usagers vis-à-vis des espaces communs mais traduit une meilleure appréciation (notamment féminine) si la qualité des espaces (ou capital symbolique) est plus élevée (café «branchés», jardins, aménagement de sièges publics permettant la rencontre, la discussion,…). Mais si ce souhait est exprimé, il est accompagné d’une réticence d’un mécanisme d’embourgeoisement qui pourrait en découler, fréquemment observés dans d’autres villes. Dans cette part de relèvement de la qualité des espaces, revient la thématique du brassage des populations comme un avantage, plutôt qu’un entre-soi. Les évolutions de peuplement des quartiers des Grésillons comme des Agnettes sont souvent saluées pour cela.

Les explications de lieux mal-aimés sont majoritairement de deux ordres : le premier que l’on pourrait qualifier d’esthétique. La standardisation du paysage rendu très minéral en fait partie. Le second aurait à voir avec le sentiment d’insécurité, d’endroits craints par la présence d’autres habitants ou d’aspects urbains rendant le cheminement de nuit plus difficile à anticiper. Le sentiment d’insécurité est, en principe, plus faible quand il y a d’autres habitant.e.s dans l’espace urbain. Par contre ce qui pourrait rendre le sentiment d’insécurité plus important sont les usages et pratiques de ces espaces la nuit (boire, fumer, écouter la musique fort, notamment en groupe) ou par des comportements perçus comme inquiétants ou agressifs (cris, disputes, bagarres…).

L’explication de l’appréhension du cheminement de nuit est principalement avancée lorsqu’il s’agit du quartier du Luth émane pour le moment de personnes n’habitant pas (ou plus) au Luth et s’y rendant rarement ; à la différence de la rue Jean Jaurès ou de la rue Georges Thoretton dont les pratiques sont vécues et explicites : changements d’attitude (accélération, utilisation du téléphone…), contournement par d’autres rues, utilisation du bus même pour une courte distance.

Tout d’abord les déplacements quotidiens au fur et à mesure de l’appropriation tendent à se restreindre dans un périmètre et dépassent rarement les limites de cette aire vécue. Les femmes parcourent l’espace plus que les hommes mais la plupart sous conditions d’activités liées à leurs fonctions professionnelles ou familiales. Les hommes s’arrêtent plus facilement dans l’espace, les points qui leur sont familiers (notamment des cafés…) ne font tacitement pas partie des espaces communs pratiqués par les femmes. A l’inverse les rares points d’arrêt féminins (aires de jeux pour enfant), s’ils sont peu fréquentés par les hommes, ne sont que rarement cités comme des lieux à contourner.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *