Habiter la ville côté femmes : un « droit à la ville » amputé ?

Le 20 avril, nous présentons la recherche-action à l’Université d’Annaba.

Les espaces publics des villes contemporaines sont en apparence des lieux de liberté, de mixité, offrant à chacun la possibilité d’accéder à un ensemble de services, échappant aux contraintes de la distance et favorisant ainsi l’interaction sociale. Pourtant, tout en étant créatrices de pratiques nouvelles et porteuses d’innovation (Chalas, 2005) elles restent le reflet des normes sociales dominantes dans leurs dynamiques sociales, économiques, urbanistiques et paysagères, auxquelles s’ajoute la standardisation que la mondialisation accélère. Ainsi, elles sont des lieux de contraction des distances-temps, d’accélération, d’amplification des fragmentations sociales et spatiales (Augé, 1992 ; Donzelo, 2006 ; Mongin, 1997 ; Pumain, 1997). Notre proposition s’intéresse à la quotidienneté de l’espace urbain vécu au féminin en prenant appui sur un projet de recherche-action « La ville côté femmes » en cours (2014-2020) à Gennevilliers, en nous attachant à la question d’appropriation de l’espace public urbain. Par ailleurs, se pose aussi la question de l’accessibilité des femmes au marché du travail dans une ville de banlieue francilienne et les conséquences en termes d’usage de l’espace public (Bigoteau, 2011).

La construction de la ville des grands ensembles a répondu à plusieurs objectifs, trouver une solution rapide au mal-logement tout en maintenant une relation forte entre le lieu de travail et le logement (Vieillard-Baron, 1997 ; Lapeyronnie et Wacquant, 2009). Or, l’emploi reste, à cette période, encore majoritairement masculin, les carrières professionnelles féminines étant généralement courtes, souvent arrêtées lors de la première grossesse, ou encore à temps partiel. Ces espaces urbains dessinés et bâtis par les hommes sont l’espace vécu des femmes pour l’essentiel (Raibaud, 2014). Aujourd’hui, dans l’ensemble des villes occidentales, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à vivre dans des villes construites par les hommes. Pour autant, si cela signifie que les femmes ont une plus grande appropriation de l’espace public urbain, en se référant au nombre de lieux fréquentés, cela ne se traduit pas par une occupation pérenne des lieux comme peuvent le faire les hommes (bancs, halls d’immeuble, terrasses de café…), mais par une circulation où les arrêts sont rares. Enfin, cet habiter féminin est confronté aux déficiences générales de l’habiter de l’ensemble de la population dans nombre de ces quartiers de grands ensembles. C’est-à-dire que la fonction même d’habiter a longtemps été réduite à la seule fonction de loger et l’est encore trop souvent. Or la ville de la mondialisation, issue de la compartimentation de la ville moderne, en ne permettant pas la mixité fonctionnelle, renforce la fragmentation genrée de l’espace public. Réseaux de circulation, lieux de rencontres et de vie sociale ne sont ni partagés par les hommes et les femmes ni appréhendés de la même manière. De plus, la rupture spatiale entre les lieux d’activités professionnelles et les lieux de logement raréfie la mixité d’usages des espaces publics. Les logiques de coquilles spatiales (Moles, 2009), semblent dans la ville contemporaine se dédoubler par genre et produire de nouvelles frontières entre espaces publics et espaces privés (Moullé, 2013).

Dès lors, comment envisager « l’espace vécu » (Frémont, 1976) féminin, les illustrations des « murs invisibles » dans la ville (Di Méo, 2011) et leur prise en compte par les politiques urbaines, à différentes échelles ? Quels pourraient être les moyens des politiques urbaines mis en œuvre pour détruire ces « murs invisibles », pour conquérir ce no-woman’s land ?

A partir de l’exemple gennevillois développé dans le projet de recherches « La ville côté femmes », notre communication s’efforcera d’apporter des éléments d’analyse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *