25, 27 et 28 juin 2019 : Cet enfant-là. La nouvelle création pour la scène des Urbain.e.s-La Troupe.

pour prendre vos places dès maintenant : https://www.weezevent.com/cet-enfant-la

Il me semblait que « jouer au théâtre » contenait quelque chose de l’enfance, mise en abîme, mise au désespoir, mise au défi. Les héros tragiques, au sens où l’exprime Christine Angot, ne font que divulguer au monde, au public, le sentiment intime. Le chagrin d’enfant, par exemple, devient universel et plus encore que par l’identification littéraire : le héros tragique, projette sur la scène du théâtre (ou de l’opéra) une sorte de puissance immémoriale de sa propre mythologie.

Les enfants jouent, à se tuer, à être forts et beaux, à faire la guerre, les comédiens aussi.

Richard III, Vania, Oberon et Titania sont des enfants.

Rien n’est grave mais tout existe ; alors il faut bien écouter ce récit du monde qui traverse enfants et comédiens.

J’ai voulu mener la troupe vers cette aventure difficile, remuante et âpre du souvenir et de l’inconscient collectif qui parcourt l’humain. « On dirait que t’es la princesse et-moi ton prince ». Sauf que là, dans ce jeu de l’enfance, tout est très sérieux et que le conditionnel est distordu à la seule condition du vraisemblable. Tout est vrai. Il faut croire au théâtre autant qu’aux histoires de l’enfance, sinon on n’a rien compris du tout.

J’ai ainsi voulu traverser par ces territoires dangereux du roman familial, expérience exclusivement enfantine qui consiste à remédier aux insuffisances, aux douleurs, pallier les manques vécus par le petit enfant. Ce processus est évoqué brièvement par Freud en 1909, son intérêt fondamental est qu’il est absolument impossible de se remémorer ce roman familial préœdipien sans expérience psychanalytique. On oublie, les névroses s’intègrent au corps social, on est adulte. Et l’adulte refuse souvent cette idée de plonger dans son propre roman familial comme il refuse le jeu primitif pour ainsi dire du jeu au théâtre.

On trouvera dans cette écriture collective des souvenirs dont on se moque de la véracité, des jardins d’enfance, des mariées furieuses ou clownesques, des évocations parfois lointaines de guerres du siècle dernier qu’un terreau encore fertile fait exister toujours, nous sommes des enfants sans mémoire dans un monde sans vergogne et que le politique se refuse à éduquer. Un enfant juif, depuis son camp de déportation, nous livre ses visions, peut-être pour prolonger la vie , la sienne, dont on ignore si elle devint cendres. Moi je sais qu’il a vécu. Je sais qu’il est là, sur la scène, une scène peuplée d’amis imaginaires et de grands personnages de cinq ans ;

Les héros.

DAMIEN LABRUYERE, direction artistique et mise en scène.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.