Rendez-vous lundi 15 février !

les Urbain-e-s / la ville côté femmes, ont donc eu cette volonté de se doter d’un lieu participatif et populaire, fait d’échanges, de paroles, de vues croisées…ce lieu de la Parole, nous l’avons nommé Atelier d’écriture(s), terme certes un peu pompeux pour désigner un endroit où la parole est consignée , très humblement, par écrit.
Il est juste nécessaire de se sentir citoyenne d’un lieu COMMUN, celui où l’on vit…en témoigner. Ecouter l’Autre que soi. Réveiller la voix en soi. Et l’écrit, ou les mots, viennent tout simplement, sans jugement aucun.
Il nous arrive fort souvent de partir des lieux du réel, de la ville vécue, pour aller vers une ville réinventée, vers une écriture libre absolument, où la création s’invite pour nous soulager du réel.
Nous formons un tout petit groupe, et nous serions fort heureuses et heureux de voir nous rejoindre celles qui n’osent pas, qui doutent, qui ne sont pas nécessairement entendues car ici toutes sont accueillies, car leurs mots sont riches. Par essence, par définition: je crois que les mots de l’humain sont dignes et riches.
Nous allons de déceptions en exaltations, nous ferons, dès lundi prochain, un premier état des lieux, et commencerons le recensement des phrases, fragments, questions abordées depuis septembre. Vous êtes donc toutes conviées à poursuivre avec nous ce beau cheminement, celui de la parole, celui des femmes, un chemin plein de rires, d’étonnements, de souvenirs, de douleurs aussi, de silences. Nous ne pouvons croire que l’écrit est l’objet d’une élite. Il est, à mon sens, le lieu de la libération. D’une certaine idée de l’émancipation.

Ce lieu, c’est le lundi à 18h, à la MDC, c’est moi qui l’anime et c’est vous qui le faites vivre.

« faites toutes la littérature » (Duras)

DamienL

L’Agriculture urbaine : levier de mixité

photo nous sur le programmeNous étions au colloque international et interdisciplinaire « Penser l’émancipation » à Bruxelles.

Nous avons présenté nos premiers résultats à partir d’observations, d’observations participantes, d’entretiens et de recensement sur les jardins collectifs urbains.

Notre proposition consiste à appréhender l’agriculture urbaine comme participant d’un projet collectif de développement d’une ville nourricière, davantage respectueuse de l’environnement et du bien-être, mais aussi comme un levier potentiel d’émancipation et de mixité genrée. Nous nous demanderons comment, dans le contexte gennevillois, l’agriculture urbaine peut prendre la forme d’une responsabilisation collective et devenir l’un des vecteurs concrets du changement de rapport des habitant-e-s à la ville, à la fabrication de l’urbain. De la remise en cause d’un urbanisme trop monofonctionnel, la réflexion s’oriente aussi sur l’androcentrisme de la ville et ses conséquences.

Comment ce mouvement, clairement ancré dans le retour aux circuits courts de production, imaginant la ville productive et non pas productiviste, réinvestissant l’espace public, suscite-t-il l’attention et l’engagement de groupes d’habitantes et d’habitants mixtes, voire plus majoritairement féminins ? Ces nouveaux modes de luttes et de pratiques alternatives, en posant concrètement la question du droit à la ville, comme le droit de toutes et tous à transformer la ville, peuvent-ils être les moyens de lutte contre le sexisme ? Enfin, l’appropriation de ces lieux de production agricoles permet-il une autre forme de production d’espaces ?

20151012_183731Les jardins collectifs urbains n’échappent pas aux stéréotypes de genre, mais sont aussi les lieux d’un retournement de ces stéréotypes. L’agriculture urbaine, en mettant la ville en mesure d’être nourricière devient un levier de résistance, d’émancipation, de mixité mais aussi de bien être.

Et si la ville se produisait aussi dans les jardins partagés ?

Journée d’étude : Genre et urbanités. Usages et aménagements de la ville au prisme des rapports hommes/gemmes

aff

 

Vendredi 22 janvier 2015, de 9h00 à 17h00
 
Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, Auditorium 300
 
Inscriptions : Afin de faciliter l’organisation de ces Rencontres, merci de vous inscrire sur le formulaire suivant :
Cette journée d’étude interdisciplinaire réunit des chercheuses européennes afin de discuter d’une part la question de l’appropriation genrée de l’espace public, et d’autre part celle des normes de genre inhérentes aux modes de construction et d’aménagement des villes. Cette journée a pour ambition de croiser les regards entres géographes, sociologues, urbanistes et historiennes interrogeant la ville, le droit à la ville. Si « l’approche intégrée de la dimension genre » s’installe peu à peu dans les cahiers des charges de la politique de la ville, elle se fait avec plus ou moins de succès et surtout de façon ponctuelle et peu souvent transversale. Ce nouveau volet des politiques publiques émerge de nombreuses années après les premiers constats, en Europe, des défaillances de la ville, androcentrique, conçue, construite et gouvernée par les hommes. Apparaissaient ici deux constats qui seront abordés lors de cette journée : les normes de genre se traduisent dans les usages de la ville (espace public, associatif, privé,…), mais elles sont également au cœur des conceptions et aménagement de la ville et de gestion de la ville. La question de l’égalité d’accès à la ville entre hommes et femmes doit donc être intégrée à l’évaluation de la qualité des espaces urbains, mais aussi lors de sa conception réaménagement. De plus, les femmes sont peu nombreuses aux postes dirigeant des instances publiques, ou entreprises privées, qui créent et aménagent les espaces urbaines contemporains (Raibaud, 2015). Les images véhiculées par les discours dominants, souvent relayés de façon sporadique par la presse (lors de la sortie d’un fi lm sur le harcèlement de rue, ou bien la mise en place d’une campagne de sensibilisation d’une compagnie de transport ferroviaire) renvoient bien souvent au contexte de la « fameuse » banlieue, celui des grands ensembles, des quartiers périphériques et populaires. Or, il convient de continuer à interroger les contextes urbains diversifié notamment ceux identifiés comme centraux et denses (Hancock, 2002 ; 2011). A-t-on vraiment, partout, dépassé la ville genrée, une ville ouverte à tous et toutes ? Ou, au contraire, assiste-t-on a une banalisation des interactions conflictuelles dans les espaces urbains, dont les grandes métropoles, villes denses ?
 
Accès : 20 avenue George Sand 93210 St-Denis la Plaine
RER B :« La Plaine-Stade de France » Métro ligne12 :« Front populaire»
Comité d’organisation :
Emmanuelle Faure
Doctorante – Géographie de la santé
Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Ladyss
Edna Hernández
MCF en Urbanisme et Aménagement à l’Université
de Bretagne Occidentale. Institut Géoarchitecture, EA 2219
Corinne Luxembourg
MCF en géographie à l’Université d’Artois,
Discontinuités EA 2468
Dalila Messaoudi
ATER en géographie à l’Université de Versailles
Saint-Quentin-en-Yvelines, CEMOTEV EA 4457

Appel à contribution – Genre et politiques urbaines (Géocarrefour)

Les villes contemporaines sont en apparence des lieux de liberté, de mixité, offrant à chacun la possibilité d’accéder à un ensemble de services, échappant aux contraintes de la distance et favorisant ainsi l’interaction sociale. Pourtant, tout en étant créatrices de pratiques nouvelles et porteuses d’innovation, elles restent le reflet des normes sociales dominantes dans leurs dynamiques sociales, économiques, urbanistiques et paysagères.

Ce dossier thématique propose de croiser les inégalités de genre et les politiques urbaines. Cette orientation prend place dans un contexte urbain, avec les spécificités propres à la taille de l’espace urbain envisagé (petite et moyenne ville, métropole…). Les politiques urbaines entendues ici sont d’abord des politiques publiques, elles sont des outils locaux, régionaux, nationaux, supranationaux, et sur des enjeux locaux, urbains, sociaux en passant par le biais de la rénovation du bâti, de l’urbanisme, par l’intervention sociale sur un ou des groupes ciblés par une série de critères, par la prise en compte territoriales. Différentes aires géographiques peuvent être concernées, différentes échelles d’application et/ou de décisions peuvent être croisées.

Les projets de rénovation urbaine tout comme l’urbain qu’ils modifient sont autant le reflet de normes sociales dominantes, masculines que ne l’étaient les constructions précédentes. L’espace public serait ainsi alloué aux hommes et l’espace privé aux femmes tout comme la ville serait attribuée aux hommes, le logement aux femmes. Cette assignation sexuée des espaces de l’habiter n’est que rarement remise en question et perdure à travers des manières de reproduire la ville.

Les critiques féministes ont pu, par diverses démarches montrer les difficultés quotidiennes, comme par exemple, les marches exploratoires expérimentées à Montréal puis en Amérique latine et en Europe. En Allemagne, indique Sandra Huning, « des spécialistes féministes de l’urbanisme critiquent depuis les années 1970 les structures spatiales fordistes incompatibles avec le quotidien et les besoins de la plupart des femmes : la séparation des fonctions urbaines de production et de reproduction (entreprises dans les centres-villes et les zones industrielles, logements dans les banlieues) a compliqué la tâche des femmes et des mères désireuses de concilier ces aspects de leur vie. En réaction, elles ont développé des modèles d’urbanisme visant à adapter le milieu citadin. »

Aborder les politiques urbaines à travers la place proposée et prise par les femmes implique d’interroger les comportements, les qualifications car les rapports sociaux de sexe sont le plus souvent impensés et reposent implicitement sur des présupposés de détermination naturaliste. Les politiques urbanistiques de plus en plus sécuritaires s’appuient sur la vulnérabilité notamment  féminine sans forcément répondre à l’expression du sentiment d’insécurité. La résidentialisation, qui est préférée à la porosité des espaces privés et publics ne le favorise pas.

Depuis 1999, en Europe, « l’approche intégrée de la dimension genre » s’installe progressivement et avec plus ou moins de succès dans les cahiers des charges de la politique de la ville, en s’inspirantde démarches outre-atlantiques. Cette émergence dans les domaines des politiques urbaines résulte de constats, qui établissent qu’en Europe, les défaillances de la ville de la modernité, androcentrique, conçue, construite et gouvernée par les hommes, où les fonctions de l’habiter sont trop souvent cantonnées au seul logement, réduisent de fait les potentialités de la ville. En France, les politiques publiques liées au genre s’ouvrent tardivement, et difficilement, à d’autres cadres que ceux contraints par la loi : stricte parité, aide et accompagnement des femmes victimes de violence…

Il s’agit alors d’interroger les politiques locales en tant que champ d’expérimentation de politiques d’aménagement et d’urbanisme. Ainsi, le gendermainstreaming entend, entre autres, remédier au confinement territorial. Il s’agira d’envisager les incidences des politiques publiques sur « l’espace vécu » féminin par différents biais (occupation, appropriation de l’espace public, déplacements, espace intime, non-lieux féminins et no-woman’s land, vulnérabilité, temporalités, conflits, etc.), en ayant une attention pour la diversité des expériences, vécus et situations féminines et masculines, l’intrication multifactorielle des rapports de domination. Traduction de cette mise en avant des thématiques genrées, les politiques urbaines institutionnelles doivent les intégrer de façon transversale dans les processus de renouvellement urbain, notamment lors des démarches participatives. Les travaux de Christine Bard, Monique Bertrand, Marianne Blidon, Jacqueline Coutras, Christine Delphy, Sylvette Denèfle, Susan Faludi, Claire Handcock, Sophie Louargant, Yves Raibaud, Lidewij Tummers, Elise Vinet, Joan W Scott… peuvent participer d’une une base de réflexion à la fois empirique et théorique, reliant explicitement usages urbains, politiques et pratiques genrées. Le rapport du corps féminin à l’espace public est un enjeu de politiques publiques, d’aménagement, d’urbanisme, en ce qu’il influe sur les rythmes de la ville, sur les déplacements, les temporalités, les modes d’habiter.

Dans ce contexte, l’ambition de ce dossier thématique est de contribuer à enrichir le débat, en interrogeant les rapports entre politiques publiques et appropriation de l’espace par les femmes. Comment l’urbanisme intègre-t-il cette thématique transversale, dans les processus de rénovation urbaine autant que dans les processus de construction de nouveaux quartiers ? Comment les politiques urbaines habituées à aborder les inégalités territoriales, sociales, ethnicisées, intègrent-elles le genre ?

Plusieurs pistes sont proposées :

°Spatialisation des inégalités hommes/femmes. La représentation des inégalités hommes/femmes prend-elle des formes différentes en fonction de l’échelon territorial ? S’intéresser aux inégalités d’un point de vue géographique revient à interroger les stratégies d’appropriation des acteurs tout en analysant les conséquences territoriales à plus grandes échelles : la région, la ville ou le quartier (enclavement, ségrégation socio-spatiale, par exemple). Ces inégalités rendent en effet nécessaires la prise en compte et l’adaptation des politiques urbaines afin de permettre à chacun de vivre ensemble et de participer à une vie collective. Les politiques publiques interrogeant les inégalités sexuées sont pour la plupart locales (voire localisées). Cela signifie-t-il que la sexuation des rapports au territoire n’interviendrait, et ne serait lisible qu’à une seule échelle ? À partir de la question de la spatialisation des inégalités deux axes pourraient être interrogés.

 

°Perception, non-lieux féminins et conflits de territoire et d’usage. L’espace public urbain semble fragmenté durablement selon ces pratiques genrées. Est-il pour autant lieu de conflits entre hommes et femmes ? Si oui, ces derniers sont-ils apparents ou larvés ? Sinon, la situation est-elle la résultante d’une forme de rapport socio-spatial de domination/soumission, d’évitement, de contournement voire d’acceptation ?Que sont ces barrières spatiales que s’imposent les femmes pour ne pas pénétrer sur une portion du territoire urbain, vécue comme lieu d’insécurité (réelle ou fantasmée) ? Comment s’organisent les stratégies de contournement ? Quelles sont les stratégies d’évitement des femmes dans l’espace public ? En résulteraient des territoires abandonnés par les femmes, des no-woman’s land. La normalisation voire même la « standardisation » par la généralisation des bonnes pratiques serait-elle la possibilité de construction d’un « urbain mixte »? Cette standardisation de l’urbanisme n’est-elle pas, elle-même, androcentrée ? Quels sont les moyens des politiques urbaines mis en œuvre pour détruire ces murs ?

°Politiques d’action publique. Le gendermainstreaming intervient dans les politiques territoriales en Europe. Appliqué à la planification urbaine, il entend produire des espaces urbains de plus grande mixité. Quels principes et orientations ? Quelles modalités d’action ? Quelles expériences ? Quels enseignements ? Où ? Quelle production de la ville en résulte ? Comment les habitants, hommes et femmes sont-ils impliqué.e.s ?

Un regard sur la méthodologie de mise en œuvre de politiques publiques favorisant la mixité d’usage des espaces publics, appuyée notamment sur des démarches participatives constituerait un axe intéressant des questionnements aux différents échelons de décision.

Ces propositions ne se veulent en aucun cas exhaustives. Seront également bienvenues toutes propositions de communication dont l’étendue permettra de favoriser l’ouverture de cette réflexion, la thématique visant des travaux de disciplines variées (géographie, histoire, sociologie, urbanisme, sciences politiques…) et des comparaisons internationales.

 

Bibliographie non exhaustive :

BARD C. (dir.), 2004, Le genre des territoires. Féminin, masculin, neutre., Angers, Presses de l’Université d’Angers, 252 p.

BERTRAND M., 2011,  Quand femme rime avec local : logique de promotion ou nouveau confinement dans les villes africaines ? Justice spatiale | spatial justice, n° 03 mars 2011 http://www.jssj.org

BOUAMAMA S., 2013, Femmes des quartiers populaires. En résistance contre les discriminations, Paris, Le Temps des Cerises, 206 p.

COUTRAS J., 1996, Crise urbaine et espaces sexués, Paris, Armand Colin, 156 p.

DI MEO G., 2011, Les murs invisibles. Femmes genre et géographie sociale, Paris, Armand Colin, 344 p.

DENEFLE S. (dir.), 2008, Utopies féministes et expérimentations urbaines, Rennes, PUR, 216 p.

FALQUET J., 2010, Le sexe de la mondialisation, Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Presse de la Fondation nationale des sciences politiques, p. 229-242.

FALUDI S., 2006 Preface to the 15th anniversary edition of Backlash. The Undeclared War on American Women, Three Rivers Press (CA).

GUENIF-SOUILAMAS, N., 2005, La fin de l’intégration, la preuve par les femmes, Mouvements, vol 3, n°39-40, p. 150-157.

HANCOCK C, 2009, La justice au risque de la différence : faire une juste place à l’Autre, Annales de géographie, n° 665-666, p. 61-75.

HUNING S., 2013, Intégrer le genre à la planification urbaine, Métropolitiques, URL :http://www.metropolitiques.eu/Integrer-le-genre-a-la.html.

SOW F. (dir.), 2009, La recherche féministe francophone : langue, identités et enjeux, Paris, Ed. Karthala, 692 p.

LEFEBVRE H., 1968, Le droit à la ville, Paris, Anthropos, 135 p.

RAIBAUD Y., 2012, Genre et espaces du temps libre, L’Information géographique, Vol. 76, n°2, p. 40-56.

SCHARFF C., 2011, Disarticulating Feminism : Individualization, Neoliberalism and the Othering of ‘Muslim Women’,  European Journal of Women’s Studies, Vol 18, n°2, p. 119-134.

VINET, E., 2013, Etude-action sur les discriminations multifactorielles envers les femmes dans trois quartiers lyonnais, (rapport de recherche du groupe Egaliter), GREPS, université Lyon-II.

TUMMERS L., 2015, Stéréotypes de genre dans la pratique de l’urbanisme, Travail, genre et sociétés Vol 1, n° 33, p. 67-83.

 

Délais et consignes

Les auteurs peuvent communiquer avec Corinne Luxembourg corinne.luxembourg@gmail.com ou Dalila Messaoudi dalilamessaoudi@hotmail.fr, coordinatrices du numéro, pour signaler leur intérêt et poser toute question scientifique en lien avec ce texte. Conformément à notre procédure de soumission, les articles seront déposés en ligne à l’adresse du secrétariat de rédaction (andre.buisson-at-univ-lyon3.fr) au plus tard au 31 janvier 2016. Ils pourront être rédigés en français ou en anglais. D’un volume optimum de 40 000 signes, espaces compris (la rédaction se réservant la possibilité de rejeter les articles dépassant 60 000 signes), ils respecteront les normes de la revue indiquées sur le site (http://geocarrefour.revues.org/index1017.html). Les articles seront évalués en double aveugle par le comité de lecture. Les auteurs recevront notification de la décision (et des instructions de correction) le 31 mai 2016 au plus tard.

Emmanuelle Faure

Emmanuelle Faure est doctorante en géographie de la santé à l’université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, au sein du laboratoire Ladyss – UMR 7533.

Sa recherche doctorale porte sur les articulations entre genre, territoire et santé étudiés au traversdu recours et de la promotion du programme de dépistage organisé du cancer colorectal dans les Hauts-de-Seine. Ses terrains d’étude sont Gennevilliers et Boulogne-Billancourt. Cette thèse est financée par la Ligue nationale contre le cancer, ainsi que le comité départementale (92) de cet organisme.

Emmanuelle Faure s’intéresse aux constructions sociales et territoriales de la santé, à travers le prisme du genre en milieu urbain. Cette analyse intègre les représentations et les pratiques de décideurs, d’acteurs institutionnels et professionnels du champ socio-sanitaire, ainsi que celles des habitants et habitantes. Elle a précédemment travaillé sur les répercutions socio-sanitaires et reconfigurations territoriales de la migration des hommes d’un village andin équatorien ; puis sur les constructions territoriales des rapports filles/garçon dans des quartiers populaire de la région parisienne. Appliqué à des terrains variés, le même intérêt pour les rapports entre genre et territoire au travers de la santé anime ses recherches.

Le journal de la recherche n°1

journal n1

Télécharger le Journal N°1

« La ville côté femmes » est un programme de recherche-action conduit par une équipe de chercheuses et de chercheurs en géographie, socio-anthropologie, architecture, urbanisme… des habitantes et des habitants, un photographe, des comédiennes et des comédiens, une graphiste, un conteur… Il s’intéresse à la place des femmes dans l’espace public, donc aux femmes ET aux hommes, dans leurs relations, leurs cheminements…

Le questionnement de départ vient de plusieurs constats : les femmes constituent 80 % des travailleurs pauvres, 70 % des usagers des transports en commun, 90 % des personnes qui subissent des violences sexuelles dans l’espace public, 85 % des chefs de famille monoparentale… Dans les ménages, la femme reste le membre qui effectue le plus de travail domestique, ce qui la contraint dans ses déplacements bien plus qu’un homme. Les femmes sont minoritaires dans l’espace public urbain la nuit ou dans celui du petit matin.

A ces premiers constats s’ajoute ce que la société impose aux corps à travers le contrôle social. Le corps féminin est non seulement observé, il est apprécié, jugé, évalué et contrôlé. On connaît les traditions de domination masculine de nos sociétés, comme l’on sait qu’elles sont véhiculées aussi bien par les hommes que par les femmes (pour des raisons différentes) et qu’elles sont vécues quel que soit le milieu social. Aborder la ville côté femmes implique d’interroger nos comportements, les rapports sociaux entre les sexes qui paraissent « naturels ». Il s’agit alors de comprendre comment l’espace est vécu.

Pour que l’analyse soit la plus précise possible, le programme est centré sur deux quartiers : les Grésillons et les Agnettes.

Le travail avec les habitantes et les habitants a commencé depuis le début de l’année 2014. Voici les premières observations.

  1. Cartes mentales… Un révélateur des usages de l’espace public.

Entre le 12 juin 2014 et le 7 mars 2015, les habitantes et les habitants ont réalisé 110 cartes mentales collectées à l’Ecole Femmes Sans Frontières, au Forum des Associations, au Festival en Route pour l’Egalité. Elles ont été créées par 77 femmes et 33 hommes. Cet échantillon, déséquilibré est temporaire, il sera complété au fur et à mesure du déroulement du programme.

Il est demandé, sur une feuille blanche, de représenter en rouge les lieux mal-aimés, en vert, les lieux bien appréciés, en noir les lieux qui ne suscitent ni l’un, ni l’autre sentiment (protocole de travail page 58). Pour la majorité des 131 repères spatiaux (bâtiments, voies, places, quartiers, espaces végétalisés, services,…) représentés au moins une fois, l’avis est plutôt positif.

Les habitantes et les habitants qui se sont prêtés à l’exercice viennent pour les femmes d’abord du Village, puis de Chandon-Brenu-Sévines (CBS), pour les hommes de CBS puis à égalité des Agnettes et des Chevrins.

Nombre de quartiers représentés

Nombre de quartiers représentés Femmes Hommes
0 8.70 % 3.23 %
1 10.14 % 9.63 %
2 11.94 % 25.81 %
3 27.54 % 38.71 %
4 21.74 % 9.68 %
5 8.70 % 6.45 %
6 4.35 % 6.45 %
7 1.45 % 0
8 1.45 % 0

Nombre de quartiers représentés sur les cartes mentales par les enquêté.e.s

Lorsque l’on compte pour chacune des cartes le nombre de quartiers représentés, on observe trois éléments. Le premier montre que plus de femmes que d’hommes ne représentent aucun quartier, ou bien leur seul quartier de résidence. Elles sont aussi bien moins nombreuses que les hommes à dessiner deux quartiers. Ce qui tendrait à penser que pour un tiers d’entre elles, elles ne s’approprient pas vraiment la ville et dépassent rarement le périmètre du quartier de résidence. Par contre les femmes sont plus nombreuses à citer 4, 5, 7 et 8 quartiers. Ce qui tendrait à indiquer que pour un tiers des femmes rencontrées, elles s’approprieraient plus de quartiers que les hommes, effectuant beaucoup plus de trajets. Alors que deux tiers des hommes ne s’approprient que deux ou trois quartiers. Les femmes explorent et dépassent les « frontières » des espaces du quartier de résidence.

La dernière observation permet de dire que dessiner trois quartiers concerne la majorité des hommes et des femmes, c’est la part la plus importante de l’échantillon. Il semblerait donc que ce soit le périmètre le plus fréquemment parcouru où que l’on habite dans la ville.

La répartition des lieux fréquentés donnent sur ce point des indications intéressantes : les femmes en nomment beaucoup plus. Ce qui est cohérent avec le fait qu’elles sont plus nombreuses que les hommes à fréquenter des espaces plus larges.

Typologie des lieux représentés

Type de lieu représenté Avis positif des femmes Avis négatif des femmes Avis positif des hommes Avis négatif des hommes
Transports publics 32.46 % 18.18 % 3.03 % 9.09 %
Commerces 29.87 % 14.28 % 0 3.03 %
Espaces végé­talisés 70.13 % 2.59 % 66.66 % 0
Equipements sportifs 18.18 % 2.59 % 15.15 % 0
Equipements culturels 41.55 % 0 9.09 % 0
Centres culturels et sociaux 19.48 % 0 3.03 % 6.06 %
Equipement jeunesse 1.29 % 0 6.06 % 0
Centre admi­nistratif 20.77 % 6.49 % 24.24 % 15.2 %

 

La précision des lieux cités est plus grande sur les cartes dessinées par les femmes que par les hommes.

Elle correspond aussi à des pratiques de la ville qui sont plus liées à des tâches domestiques et familiales que les hommes. Ainsi, même s’il est indubitable que des hommes fréquentent les commerces, notamment les centres commerciaux, ils ne les citent quasiment jamais. Les usages des espaces végétalisés (allées Ben Barka, Manouchian, parcs des Sévines et des Chanteraines) sont fréquemment liés à l’accompagnement des enfants pour les femmes tout comme le sont les usages des équipements sportifs (hormis le Centre nautique qui semble être plutôt lié à un usage individuel). On retrouve une fréquentation des transports publics plus importante par les femmes que par les hommes, observation notée dans d’autres travaux scientifiques et sur d’autres villes.

Enfin, la synthèse cartographiée des données spatialisées recueillies sur les cartes mentales donne des éléments sur les pratiques et sur les représentations. Ainsi, aucune femme ayant dessiné la rue Georges Thoretton ne l’apprécie : quand elle est jugée par des femmes, c’est uniquement négativement. Ce jugement ne concerne que la fraction de la rue du côté de l’avenue Gabriel Péri. Il se passe exactement la même chose pour la rue Jean Jaurès, ainsi que pour l’avenue Pierre Timbaud. Les raisons évoquées sont autant liées à des commerces vus comme très masculins (cafés, par exemple), qu’à une ambiance esthétique (tristesse de lieu méritant réhabilitation, murs trop longs), qu’à des difficultés de circulation (à pied, avec des enfants, à vélo…) et de sentiment d’insécurité routière. A l’inverse, c’est le boulevard intercommunal en direction du port qui n’est mentionné et jugé négativement que par les hommes, par un aspect trop adapté à la circulation automobile rapide et pas assez pour les piétons.

Pour l’ensemble de ces résultats, il est nécessaire de ne pas associer de façon systématique le fait de ne pas aimer un lieu et le fait de s’y sentir en insécurité. Ainsi sur les cartes dessinées par les femmes comme par les hommes, des commentaires donnent plus d’indications sur des aspects esthétiques par exemple (la dalle de Carrefour, l’avenue de la Libération, la rue Jean Jaurès, le métro Gabriel Péri,…), des aspects d’ambiance climatiques (le métro des Courtilles est froid, celui des Agnettes en courant d’air), des aspects liés à l’accessibilité de praticité (trottoirs trop petits, trottoirs trop pentus, l’accès possible aux vélos), des pratiques et des usages détournés (voitures garées sur le parcours du tramway, garées sur le trottoir empêchant le passage de poussettes ou de fauteuils roulants, propreté des trottoirs). Arrivent enfin les questions de sécurité routière (avenue Gabriel Péri, vers le pont de Clichy ou le pont de Saint-Ouen) et de sentiment d’insécurité lié à un faible éclairage de nuit et une faible présence humaine (les Barbanniers). La relation du corps de la femme ou de l’homme à l’espace urbain est aussi explicitement mentionnée, en rapport aux voitures par exemple, aux cheminements sur les trottoirs, la longueur de certains bâtiments trop uniformes…

Après la récolte de mars 2015, l’équilibre femmes/hommes n’est pas atteint, ce qui rend cet échantillon temporaire. Il est néanmoins intéressant de voir qu’à part l’Ecole Sans Frontière qui est non mixte, les deux autres événements utilisés pour solliciter les habitantes et habitants (Forum des Associations et Journée pour les droits des femmes) sont mixtes mais n’ont pas permis d’atteindre cet équilibre.

  1. Le laboratoire ambulant : un espace de dialogue

Une première série d’entretiens a eu lieu une fois par semaine dans chacun des deux quartiers : Agnettes et Grésillons entre le 27 avril et le 12 juin 2015.

Il y a eu 68 entretiens individuels ou collectifs pendant lesquels nous avons rencontré 86 personnes (58 femmes et 28 hommes). Ces entretiens confirment les premières observations que nous avions pu noter en analysant les cartes mentales.

En effet, le croisement avec ces premiers entretiens «roulotte» pointe globalement une satisfaction des usagers vis-à-vis des espaces communs mais traduit une meilleure appréciation (notamment féminine) si la qualité des espaces (ou capital symbolique) est plus élevée (café «branchés», jardins, aménagement de sièges publics permettant la rencontre, la discussion,…). Mais si ce souhait est exprimé, il est accompagné d’une réticence d’un mécanisme d’embourgeoisement qui pourrait en découler, fréquemment observés dans d’autres villes. Dans cette part de relèvement de la qualité des espaces, revient la thématique du brassage des populations comme un avantage, plutôt qu’un entre-soi. Les évolutions de peuplement des quartiers des Grésillons comme des Agnettes sont souvent saluées pour cela.

Les explications de lieux mal-aimés sont majoritairement de deux ordres : le premier que l’on pourrait qualifier d’esthétique. La standardisation du paysage rendu très minéral en fait partie. Le second aurait à voir avec le sentiment d’insécurité, d’endroits craints par la présence d’autres habitants ou d’aspects urbains rendant le cheminement de nuit plus difficile à anticiper. Le sentiment d’insécurité est, en principe, plus faible quand il y a d’autres habitant.e.s dans l’espace urbain. Par contre ce qui pourrait rendre le sentiment d’insécurité plus important sont les usages et pratiques de ces espaces la nuit (boire, fumer, écouter la musique fort, notamment en groupe) ou par des comportements perçus comme inquiétants ou agressifs (cris, disputes, bagarres…).

L’explication de l’appréhension du cheminement de nuit est principalement avancée lorsqu’il s’agit du quartier du Luth émane pour le moment de personnes n’habitant pas (ou plus) au Luth et s’y rendant rarement ; à la différence de la rue Jean Jaurès ou de la rue Georges Thoretton dont les pratiques sont vécues et explicites : changements d’attitude (accélération, utilisation du téléphone…), contournement par d’autres rues, utilisation du bus même pour une courte distance.

Tout d’abord les déplacements quotidiens au fur et à mesure de l’appropriation tendent à se restreindre dans un périmètre et dépassent rarement les limites de cette aire vécue. Les femmes parcourent l’espace plus que les hommes mais la plupart sous conditions d’activités liées à leurs fonctions professionnelles ou familiales. Les hommes s’arrêtent plus facilement dans l’espace, les points qui leur sont familiers (notamment des cafés…) ne font tacitement pas partie des espaces communs pratiqués par les femmes. A l’inverse les rares points d’arrêt féminins (aires de jeux pour enfant), s’ils sont peu fréquentés par les hommes, ne sont que rarement cités comme des lieux à contourner.

 

La roulotte du laboratoire ambulant se met en route

28 avrilMardi 28 avril Agnettes devant centre commercial de la place des Agnettes à partir de 15h

Mercredi 29 avril Grésillons, square Camille Ronce à partir de 13h

Lundi 11 mai Agnettes devant la MDC de 11h à 15h

mardi 12 mai Grésillons matin école Louise Michel 7h30 à 10h00

Mercredi 20 à partir de 15h square Châteaubriand

jeudi 21 matin devant l’école Grésillons  B à partir de 7h30

Lundi 25 Agnettes Victor Hugo à partir de 15h

Mercredi 27 Grésillons place Indira Gandhi à partir de 7h00

Mardi 2 juin Grésillons à partir de 11h rue des Rosiers.

Vendredi 5 juin Agnettes 7h30 H. Wallon devant les écoles

Mercredi 10 juin Agnettes Libération 9h00 à 14h00 puis square derrière l’ILN à partir de 15h

Vendredi 12 juin devant le lycée Galilée 11h30 à 15h puis devant l’école Louise Michel