Archives de catégorie : Projet

Le terrain gennevillois

situation

Figure 1 . Situation de Gennevilliers au Nord-Ouest de l’Ile-de-France

Représentatif de nombreuses villes de proche banlieue, de territoires urbains en pleine reconversion, le terrain gennevillois est une commune moyenne (42 000 habitants), situé au Nord des Hauts-de-Seine, en situation de métropolisation.

hds

Figure 2. Situation dans la boucle-nord des Hauts-de-Seine

Le territoire communal (1200 ha) regroupe la population sur un tiers de son territoire. Les deux autres tiers comprennent, à part égale l’espace du port autonome de Paris et des activités industrielles et tertiaires.

tissu gennevilliers 

Figure 3. Structure du tissu urbain

Le profil économique de la commune est celui d’un territoire conservant encore une part importante de salariés travaillant dans l’industrie et d’activités de production et évoluant vers une diversification économique, notamment tertiaire.

repatition population

Figure 4. Répartition de la population sur le territoire gennevillois

L’ensemble de la commune constitue le terrain de recherches transversales et plus finement, deux quartiers sont plus particulièrement étudiés, les Grésillons et les Agnettes. Le premier est à la fin d’un processus de renouvellement urbain ANRU, le second est représentatif d’un urbanisme des grands ensembles des années 1960-1970, engagé dans une réflexion urbanistique importante.

Les écritures d’une recherche en résidence

Le programme de recherches suppose que les membres de l’équipe passent du temps sur le territoire gennevillois afin de se l’approprier et d’y construire les outils de recherche adéquats. Il s’appuie sur différentes écriture de la recherche urbaine faisant place égale au travail artistique et scientifique, afin de permettre la plus grande ouverture et la meilleure perception possible de l’espace urbain. En ce sens, cette recherche est alimentée par la résidence d’artistes (photographe, ateliers d’écriture, conteur), de chercheur.e.s en études urbaines. Chacune de ces résidences est indépendante et complémentaire.

La thématique est commune à l’ensemble des membres de l’équipe, il s’agit bien d’envisager la place des femmes dans l’espace public gennevillois. Chacun des ateliers se nourrira du travail des autres et pourra le questionner, chacune de ses résidences apportera son écriture, sa spécificité à l’ensemble du programme de recherches.

La différence de ces regards, de formations diverses doit obliger à sortir des cadres généralement admis en recherche urbaine. L’ensemble des productions fera ensuite l’objet d’une présentation publique écrite (par le biais des outils mis en place, blogs, réseaux sociaux) et/ou par voie d’affichage, de représentation, d’exposition…

° Ateliers d’écriture. Faire écrire et écrire avec/pour les habitant.e.s autour de la thématique. Lire, jouer. Les textes pourront aussi faire partie de l’ouvrage de fin programme.

° Photographie. Une série de portraits de femmes dans l’espace public sera réalisée par plusieurs photographes (femmes et hommes) au cours du projet. Au fur et à mesure les participantes réaliseront elles-mêmes les photos qui serviront d’illustrations à l’étude urbaine. Les photos seront exposées dans Gennevilliers et sur les différents outils numériques mis en place. Elles seront aussi publiées dans un ouvrage revisitant ces six années de collaboration.

° Ambiances sensibles et sonores. Vivre ensemble en ville signifie aussi de partager des ambiances de vie, qui font qu’il est agréable ou non d’y vivre. Le recueil d’impressions de la part de musicien.ne.s/chanteurs.ses, la possibilité de construction d’une écriture spécifique liée à ce que l’architecture, l’urbanisme rend possible pourrait ouvrir aussi d’autres perspectives.

° Etudes urbaines. Les outils de la résidence en études urbaines seront pratiqués habituellement en pratique de terrain : entretiens individuels ou en groupe, production d’images (photos, cartes, croquis…), production de textes. Cette résidence constitue le centre du questionnement, mais ses outils ne prévalent pas sur ceux des autres résidences.

La Coopérative urbaine d’invention : des fablabs ouverts sur la ville.

WP_20140313_001

L’une des particularités du projet est de faire participer l’ensemble des habitant.e.s à l’expérience de recherche. Il est qualifié d’abord de recherche-action, c’est-à-dire qu’il inclut les chercheur.e.s dans l’objet de l’étude, mais aussi qu’il est aussi conforté dans son objectif participatif et critique. Il s’agit d’échanger les moyens de compréhension de la ville, à partir des connaissances de chacun.e et finalement les différents modes de l’habiter.

La Coopérative Urbaine d’Invention rassemble celles et ceux qui voudront bien participer, quelle que soit la durée de cette participation. Dans cette coopérative, seront collectivement travaillées et affinées les problématiques de recherche. Le carnet de terrain y sera tenu, inscrivant ainsi la recherche en train de se faire. Ateliers ouverts ou fablab (dans une version sciences humaines et sociales), il s’agit bien de fabriquer ensemble la recherche sur les espaces urbains.

Un certain nombre de protocoles récurrents sont mis en place tout au long de la durée du programme de recherches (cartes mentales, photographie, récits…) et mis à disposition comme autant d’outils d’appropriation, de compréhension de l’espace vécu et de construction citoyenne.

Le carnet de terrain est tenu, numériquement, sur un blog, sur un carnet de recherches et sur une page de réseau social. Il est tenu physiquement dans la ville par voie d’affichage et de lecture publique dans l’espace urbain.

La coopérative participera aussi à la construction de matériaux : photos/vidéos/sons de parcours quotidiens (envoyées par sms ou mail), cartes mentales, chronogrammes, récits de vie, indicateurs de mesure sur le temps du projet. La coopérative prendra aussi part à l’ensemble des ateliers d’écritures (atelier d’écriture, conte, etc…)

La ville de tous côtés

WP_20140609_002

Ce programme, La ville côté femmes, n’a pas pour objectif de prôner un développement urbain gynécentré comme une réponse à l’urbanisme androcentré fruit d’un rapport de domination masculine ancien, mais bien de contribuer à semer les éléments d’un dialogue pour une conception d’une ville pour tou.te.s.

La particularité de ce projet de recherche est multiple. D’un point de vue de l’observation scientifique, il s’intéresse aux spatialités féminines des usages des espaces publics et/ou communs avec l’ambition d’identifier des « murs invisibles » (G. Di Méo), de participer à les faire tomber. Cependant, le genre n’explique pas tout, cette entrée sera croisée avec d’autres caractéristiques (emploi, structure par âge, csp, histoire…) afin d’analyser le plus finement possible les espaces vécus.

D’un point de vue de la pratique : ce projet est un programme de recherche-action, c’est-à-dire qu’il inclut l’habitant.e comme participant.e, non seulement comme objet d’études mais comme acteur de la recherche. Enfin l’approche n’est pas classiquement celle de chercheurs en sciences humaines et sociales, elle est complétée par l’intervention d’artistes qui déploieront leurs techniques d’écritures propres afin de cerner au plus proche ce qui constitue les usages genrés des espaces urbains.

Objectifs

WP_20140412_003

« La ville côté femmes » est un projet relativement long (6 années). Cette longueur est une garantie pour un regard évolutif sur la population d’une ville moyenne en situation de métropolisation. Les objectifs sont multiples.

° Evaluer. Il s’agit d’évaluer l’impact des dispositifs déjà mis en œuvre. La municipalité de Gennevilliers est attentive depuis longtemps aux droits des femmes, facilitant l’installation d’associations militantes pour le droit des femmes. Ces dernières années ont vu des actions concrètes : manifestation de condamnation des violences faites aux femmes après l’assassinat de deux habitantes par leur conjoint, campagne d’affichage contre les violences faites aux femmes, exposition de photographies de Gennevilloises par Sylla Grinberg, marches exploratoires d’études et d’analyse de quelques espaces publics par un petit groupe d’entre-elles, participation au financement et à la construction de l’Ecole Femmes sans Frontières, création d’une mission spécifique aux droits des femmes, semaine annuelle de débats, manifestations et exposition autour du 8 mars.

Partant de cet arrière-plan sensibilisé, le projet compte évaluer l’impact des différents dispositifs, associatifs, municipaux, départements… en développant une réflexion genrée sur l’espace public.

° Participer. Une approche particulière de ce projet est de situer le chercheur consciemment dans un positionnement subjectif, voire participatif. La composition féminine de l’équipe, non recherchée mais sans doute induite par la thématique, renforcera sans doute cette subjectivité. Elle sera sans doute un atout pour aborder les femmes et ressentir l’espace public de leur point de vue, elle sera potentiel une difficulté lorsqu’il s’agira de discuter avec les hommes.

° Faire participer. De même que le/la chercheur.e est un.e citoyen.ne à part entière, le projet pose comme préalable que l’habitant.e est un.e chercheur.e à part entière et ceci sous quelque forme que ce soit (marche exploratoire, chorégraphie, ateliers…).

° Produire. Cette expérience de 6 ans doit laisser permettre de laisser des habitudes, une éducation populaire de la ville, une permanence réflexive. Elle doit aussi laisser des souvenirs d’une aventure commune enrichissante, elle est un apprentissage commun, réciproque. Au terme de ces six années, des rencontres auront eu lieu, informelles, cadrées, colloques chercheur.e.s-habitant.e.s, chorégraphies, photographies ; elles auront donné lieu à des publications, à des affichages, à un/des livres.

Temps du/des corps/décors.

WP_20140411_001

La ville dans sa configuration actuelle résulte d’une civilisation de l’accélération. Quel qu’en ait été le motif, la diminution des distances-temps a transformé durablement les paysages et introduit une nouvelle fragmentation, selon que l’on peut accéder à cette rapidité d’échange ou non. Cette fragmentation se vit à l’échelle du corps, elle définit pour chacun des habitants jusqu’où il est physiquement, socialement, possible et imaginable d’aller.

A ce premier constat qui concerne l’ensemble des humains s’ajoute ce que le contrôle social impose aux corps. Le corps féminin est le premier observé, le premier contrôlé. On sait la tradition patriarcale de nos sociétés, on sait aussi qu’elle est vécue quel que soit le milieu social, on sait enfin qu’elle est véhiculée indifféremment par les hommes et les femmes, sous quelque forme que ce soit.

Aborder la ville côté femmes implique d’interroger nombre de comportements, de qualifications, de stéréotypes (reposant pour l’essentiel sur un présupposé de détermination biologique), de rapports genrés.

Il s’agira alors d’envisager « l’espace vécu » féminin par différents biais que nous imaginons a priori.

° Occupation, appropriation de l’espace public, déplacements. Lieux du regard de l’autre, du paraître, de la conformisation aux codes attendus, les espaces publics sont aussi le lieu de l’émancipation lorsqu’ils sont appropriés. Pouvons-nous avancer une corrélation entre la quantité de déplacements, d’utilisation des transports en commun et l’émancipation ?

° Espace intime. L’intérieur est souvent considéré comme l’espace géré par la femme. Aussi lorsque l’espace public lui est ouvert, la femme s’y implique-t-elle plus intensément.

° Non-lieux féminins et no-woman’s land. G. Di Méo parle de murs invisibles pour désigner les barrières spatiales que s’imposent les femmes pour ne pas pénétrer sur un territoire. En résulteraient des territoires abandonnés par les femmes, des no-woman’s land. La standardisation serait-elle la seule possibilité de construction d’un « urbain mixte » ? Cette standardisation de l’urbanisme n’est-elle pas elle-même androcentrée ?

° Erotisation. Le corps comme objet géographique est la première limite, celle de soi. Le corps indissociable d’une approche érotique. Cette érotisation est grandissante, mais dans le même temps est condamnée sur des bases morales.

° Le vêtement. Réponse ou amplification du premier terme, il affirme le corps, le cache, l’enveloppe, le montre, il est forcément en rapport avec le lieu, la coprésence. Il est un outil du contrôle social ou sa réponse, outil de pouvoir aussi.

° Maternité. La destination de la femme dans son accomplissement et son épanouissement (in)discutables sont ceux de sa vocation à être mère. Mère protectrice, garante de la morale des enfants, de leur éducation. L’école serait alors le lieu privilégié des rencontres féminines ?

° Fragilité. En même temps que, mère, la femme est protectrice et pourvoit aux nécessités domestiques, elle serait protégée par l’homme (père, mari, frère, fils, etc…). Cette thématique peut également être couplée avec celle de la vulnérabilité, le sentiment d’insécurité dans l’espace public.

° Temporalités. La vie de la femme serait plus que celle de l’homme conditionnée par des temporalités ; temporalités biologiques, liées à la possibilité de procréation, mais aussi temporalités quotidiennes liées au travail, horaires où il est « possible » et « acceptable » d’être dehors lorsque l’on est une femme.

° Conflits. L’espace public urbain semble fragmenté durablement selon ces pratiques genrées. Est-il pour autant lieu de conflit ? Si oui est-il apparent ou larvé ? Sinon est-il la résultante d’une forme de rapport socio-spatial de domination/soumission ?

Toutes ces thématiques seront interrogées, transversalement, dans l’ensemble du projet sur différents points d’accroche tels que la formation, les jardins partagés, les cafés…