Tous les articles par Les urbain.e.s

Concours photo : 1er février – 8 mars

Concours photo : Femme(s) dans l’espace public gennevillois

Ouvert à toutes et tous : Enfants, parents, grands-parents, femmes, hommes, Gennevillois.e ou non…

DEUX PRIX À GAGNER
• un prix décerné par les internautes en fonction du nombre de «like»
• un prix décerné par un photographe professionnel

Remise des prix le 27 mars 2015

QUELQUES CONDITIONS
• La photo proposée doit être prise à Gennevilliers,
• la photo est accompagnée du nom/pseudo de l’auteur,
adresse de la prise de vue, heure et jour,
• le formulaire d’autorisation de publication est
à télécharger, si le portrait est reconnaissable, autorisation photo 
• la photo doit être respectueuse de la personne représentée.

POUR PARTICIPER
Envoyez vos photos à l’adresse mail :
lesurbaines92  @  gmail.com

vous pouvez imprimer et afficher l’affiche ici : AFFICHE CONCOURS PHOTO-LES URBAIN.E.S

 

Claire Pasquet

Après l’obtention de son baccalauréat (A2) à Montluçon dans l’Allier en 1985, Claire Pasquet suit les cours de l’Atelier préparatoire Met de Penninghen (Paris) de 1985 à 1987 puis entre à l’Institut de communication visuelle (ICV) dont elle obtient le diplôme de directrice artistique en 1991.

Première expérience professionnelle en 1991 chez Visuel Design, édition institutionnelle. À partir de 1992, elle travaille durant trois ans pour Pouty Design, agence de design produit et packaging. Participe à la conception des collections des skis Rossignol, packaging pour Nathan et Rians. En 1996 elle rejoint l’Atelier Fabrizi pour dix ans. Premières utilisations de l’informatique. Les projets sont très variés : édition institutionnelle, édition culturelle, scénographie, expositions… Travaille pour la communication des vins de champagne (CIVC), pour la RATP, la SNCF, la livrée des bus de Metz (TCRM), mise en page de nombreux livres d’art (Henri Cueco, Marinette Cueco, Peter Klasen, Schneider, Antonio Seguí, Vincent Bioulès…). Puis l’Atelier Fabrizi se rapproche de l’agence Paragramme en 2006 pour des projets d’édition institutionnelle uniquement ; rapports annuels, lettres et journaux internes… Quelques exemples : conception de mise en page pour la lettre interne de Mercedes-Benz, Daimler, Chrysler France ; Groupe Auchan, rapports annuels développement durable d’Atac, lettre interne de Simply Market. Les rapports de L’ONZUS, observatoire national des zones urbaines sensibles.

Claire Pasquet à également une activité indépendante. Elle a réalisé l’identité visuelle de la Semmy en 2010 avec l’agence ETC. Évolution du logotype et mise en place d’une charte graphique pour de nombreux outils de communication. Réalisation de la lettre interne, Le Lien et du guide des locataires. Exposition photo des réalisations de la Semmy. Pour La ville de Mitry-Mory elle conçu la mise en page le l’Actu, le journal d’information interne du personnel communal de Mitry-Mory et réalisé la refonte du journal d’information de la ville, L’évolution. Participe à de nombreux projets pour la société Djeco. Réalisations de packaging de jouets et décorations pour enfant, catalogue de 2013, 2014, 2015. Collaboration avec Excel/TBWA spécialisée dans le marketing de l’engagement (Fundraising Grand public, Philanthropie et Mécénat) avec qui elle réalise en 2014, entre autre, l’identité visuelle du Fonds de dotation du CHRU de Lille. Elle réalise également des documents pour la SAERP (Société d’Aménagement et d’Équipement de la Région Parisienne).

En 2014 elle crée pour Les Urbain.e.s un logotype et des documents utiles à la communication du projet La ville côté femmes.

Usages des espaces publics

 

 

Compagnie Sans la nommer

Fondée en 2013 et basée sur la ville de Gennevilliers, la Compagnie Sans la nommer est engagée dans la création de spectacles vivants et l’animation d’ateliers de pratiques théâtrales. Ses travaux questionnent les voies de l’émancipation sociale et politique aujourd’hui et s’inventent souvent hors des lieux de représentation traditionnels. Ses recherches artistiques prennent notamment appui sur les réalités du territoire gennevillois. Elle a ouvert un cycle de recherches intitulé « Paroles et récits d’usines : entre mythes et réalités » qui l’a conduit à travailler à partir d’entretiens réalisés auprès d’ancien.ne.s de l’usine de Chausson à Gennevilliers pour la création du spectacle d’USINE VIVANTE présenté en décembre 2014 dans le Gymnase Lucie Aubrac à Gennevilliers. Dans la continuité de cette exploration du territoire, elle s’associe à l’équipe du projet « La Ville côté femmes » à partir de 2015.

Une réunion d’appartement chez vous ?

Comment se passe une réunion d’appartement ?

Vous invitez des voisines, des voisins, des amies, des amis… chez vous. Pas plus de 6 personnes à la fois. Et puis nous discutons. Quelle est la place des femmes dans l’espace public gennevillois ? Comment nous y sentons-nous ? A quelle heure ? Avec qui ? Pourquoi ? Qu’est-ce que serait un espace mixte ?…

Ce sera aussi le moment de vous présenter plus concrètement le programme de recherches, et puis si vous le souhaitez de vous y associer dans la Coopérative Urbaine d’Invention.

Nous commençons par les Agnettes et les Grésillons. Vous souhaitez organiser une réunion chez vous : un mail où vous inscrivez vos coordonnées : lesurbaines92-at-gmail.com

Femme et politiques publiques : l’exemple de la commune de Gennevilliers

Les 13 et 14 novembre 2014, nous présentions une nouvelle communication lors du colloque international Genre, pouvoir et représentation au local à Bordeaux.

Les villes modernes sont en apparence des lieux de liberté, de mixité, offrant à chacun la possibilité d’accéder à un ensemble de services, échappant aux contraintes de la distance et favorisant ainsi l’interaction sociale. La politique de la ville, dès ses premières réflexions dans les années 1970, porte des projets de vie meilleure, d’égalité,  d’émancipation pour l’ensemble de la population. Pourtant l’étude des villes, de leurs évolutions, de leurs projets politiques montre que, tout en étant créatrices de pratiques nouvelles et porteuses d’innovation, elles restent le reflet des normes sociales dominantes et des dynamiques sociales, économiques, urbanistiques et paysagères. Ainsi, au même titre que les différenciations sociales, la distinction genrée engendre elle aussi une production de l’espace. Sans doute, la construction architecturale et urbanistique ayant été principalement masculine jusqu’à aujourd’hui a-t-elle empêchée longtemps de considérer la ville comme produit d’une conception hétéronormative du territoire urbain répartissant les espaces selon les rôles sociaux attribués aux femmes et aux hommes. Dès lors, comment envisager « l’espace vécu » (A. Frémont) féminin, les illustrations des « murs invisibles » dans la ville (G. Di Méo) et la prise en compte de cela par les politiques urbaines, à différentes échelles ? Comment concevoir un urbanisme qui prenne en compte les déplacements, les modes d’habiter la ville féminins afin que l’espace public soit occupé à part égale par les hommes et les femmes ? Prôner un développement urbain gynécentré comme une réponse à l’urbanisme androcentré fruit d’un rapport de domination masculine est-il la réponse ?

Cette proposition de communication s’appuie sur une expérience de recherche action La ville côté femmes menée à Gennevilliers cherchant à comprendre les mécanismes d’appropriation de l’espace public par les femmes. Dans ce contexte, l’objet de cette communication est de contribuer à enrichir le débat, en interrogeant l’occupation et l’appropriation de l’espace par les femmes et le rôle des politiques publiques. Aborder les politiques urbaines par le prisme féminin implique d’interroger nombre de comportements, de qualifications, de stéréotypes (reposant pour l’essentiel sur un présupposé de détermination biologique), de rapports genrés. Il s’agira également d’évaluer l’impact des dispositifs mis en œuvre dans la commune en matière de droit des femmes. La municipalité de Gennevilliers est-elle attentive aux droits des femmes ? Quels sont les actions concrètes ?

Cette recherche s’appuie sur des trajectoires individuelles, des élus, des acteurs associatifs afin de déterminer comment peuvent-être semé les éléments d’un dialogue pour une conception d’une ville pour tou.te.s. Les matériaux utilisés sont bien sûr des retranscriptions d’entretiens, mais aussi des cartes mentales, des chronogrammes, des photographies afin de comprendre les mécanismes à l’œuvre.

Des chercheur.e.s en sciences humaines et sociales, des artistes et… une ville

cropped-IMG_2181pt-7janvier15-11h301.jpg

L’équipe de recherche
La ville côté femmes est un projet porté par une équipe pluridisciplinaire composée de chercheuses et de chercheurs en sciences humaines et sociales (architecture, géographie, histoire, philosophie, socio-anthropologie, urbanisme) et d’artistes (comédiens,
conteur, graphiste, photographe,…).
La ville côté femmes est un programme de recherche-action ancré dans le territoire gennevillois. Il ne peut être développé qu’en étroit partenariat avec les habitants, les associations, les réseaux locaux.
Partenariats
Les chercheuses et chercheurs en sciences humaines et sociales sont tous membres de laboratoires publics de recherche. Ils travaillent avec des institutions scientifiques, publient et communiquent leurs travaux lors de colloques, de journées d’études…
Les partenariats sont aussi locaux, ils sont établis avec la Ville de Gennevilliers. Ils se construisent avec l’Ecole Femmes sans Frontières, l’Université populaire des Hauts-de-Seine. Ils sont envisagés avec d’autres associations locales.

Le terrain gennevillois

situation

Figure 1 . Situation de Gennevilliers au Nord-Ouest de l’Ile-de-France

Représentatif de nombreuses villes de proche banlieue, de territoires urbains en pleine reconversion, le terrain gennevillois est une commune moyenne (42 000 habitants), situé au Nord des Hauts-de-Seine, en situation de métropolisation.

hds

Figure 2. Situation dans la boucle-nord des Hauts-de-Seine

Le territoire communal (1200 ha) regroupe la population sur un tiers de son territoire. Les deux autres tiers comprennent, à part égale l’espace du port autonome de Paris et des activités industrielles et tertiaires.

tissu gennevilliers 

Figure 3. Structure du tissu urbain

Le profil économique de la commune est celui d’un territoire conservant encore une part importante de salariés travaillant dans l’industrie et d’activités de production et évoluant vers une diversification économique, notamment tertiaire.

repatition population

Figure 4. Répartition de la population sur le territoire gennevillois

L’ensemble de la commune constitue le terrain de recherches transversales et plus finement, deux quartiers sont plus particulièrement étudiés, les Grésillons et les Agnettes. Le premier est à la fin d’un processus de renouvellement urbain ANRU, le second est représentatif d’un urbanisme des grands ensembles des années 1960-1970, engagé dans une réflexion urbanistique importante.

Femmes : de l’intime à la commune

Sans titre
poster présenté au Festival International de géographie « Habiter la terre » en octobre 2014.

En octobre 2014, lors du Festival International de Géographie, nous avons présenté la première représentation graphique de nos travaux de recherches, à partir du travail commencé avec l’école Femmes sans Frontières. Le poster est mis en page par Claire Pasquet.

 

De la maison à la commune : l’appropriation de l’espace public par la formation.

Le 2 juillet 2014 lors des Journées scientifiques régionales sur le genre à Reims, nous avons produit la première communication sur le projet, à partir des premières rencontres avec l’école Femmes sans Frontières de Gennevilliers.

En voici le résumé :

La ville côté femmes : une expérience de recherche action. De l’habitat enfermé à l’espace public. Comment s’approprier l’espace public par le biais de réseaux ?

Nous posons le territoire au centre de notre questionnement. Il est envisagé comme une clef de compréhension des mécanismes d’appropriation de l’espace public par le biais de l’élargissement des appartenances aux réseaux de sociabilité.

Le travail de recherche « La ville côté femmes » se veut un projet de recherche action et s’intéresse en particulier aux usages de l’espace public par les femmes. Pour se faire, l’Ecole des femmes sans frontières, ouverte à Gennevilliers depuis 2012, grâce au partenariat de l’Institut des Hauts-de-Seine et de la Ville de Gennevilliers, nous sert d’objet d’études et d’observation d’un lieu, moyen de passage de la maison à la commune, c’est-à-dire d’un habitat restreint à l’intime de la vie domestique (logement, activités enfantines) à un mode d’habiter la ville plus élargi, favorisé notamment par la formation et l’accès à l’emploi. On remarque en effet que les femmes peu scolarisées et en situation de précarité ont un certain nombre de points communs dans les difficultés qu’elles rencontrent (problèmes familiaux, violences, réticence de l’époux ou du compagnon vis-à-vis de l’école, problèmes financiers, etc.). Le fait de rejoindre ce type de réseau permet aux femmes de modifier parfois la vision qu’elles ont du monde et d’elles-mêmes.

L’hypothèse ainsi sous-tendue est que la progressive appartenance à un réseau, en l’occurrence l’ensemble des intervenants de l’Ecole (encadrants et étudiantes), favorise l’élargissement de la pratique de la ville. Nous interrogerons donc aussi le territoire dans sa capacité médiatrice par le biais de réseaux pour la formation et l’emploi. Il constituera une sorte de jauge permettant de mesurer la complexité des enjeux.

Si l’on peut aisément identifier les enjeux que cette insertion soulève, il est bien plus complexe d’analyser les effets induits et notamment le fait que l’intégration à un tel groupe permet par capillarité l’accès à d’autres réseaux. Il s’agit ensuite de vérifier une seconde hypothèse, si on considère que l’appartenance au réseau permet une meilleure appropriation de la ville, une diversification des modes d’habiter, on peut imaginer une réciproque qui serait que la conscience d’appropriation d’un territoire plus important entraîne mécaniquement l’intégration des femmes dans réseaux de sociabilité plus important, favorisant ainsi la fonction émancipatrice de la ville.

Nous nous appuierons sur des trajectoires individuelles, sur des parcours de vie afin de déterminer en amont et en aval quels sont les freins, les difficultés et les stratégies mis en place par ces femmes pour leur insertion socio-professionnelle. Quelles réponses trouvent-elles au sein du tissu associatif ? Quelles sont les répercussions indirectes ? Nous utiliserons des matériaux tels que les cartes mentales, des chronogrammes, les photographies, pour comprendre vérifier s’il existe ou non une réelle extension des pratiques urbaines.

Participez, réalisez une carte mentale

CM20140612-08

Cadre : Vous habitez et/ou travaillez à Gennevilliers, participez au projet de recherche en réalisant une carte mentale.

Objectifs : Il s’agit de comprendre les représentations et les usages de l’espace public gennevillois par les hommes et les femmes.

Public concerné : tout public gennevillois

Contextualisation : Homme/Femme, âge, date d’arrivée à Gennevilliers, quartier de résidence ou de travail (indiquer s’il s’agit de la résidence ou du travail), contexte de connaissance du protocole (association, internet, ami.e,…)

Matériels : Feuille blanche, crayons ou feutres vert, noir, rouge.

Consigne : Indiquer sur chaque dessin les éléments de contextualisation.

Tracer les déplacements dans Gennevilliers en différenciant les parcours appréciés en vert, les parcours sans intérêt (ni aimé ni malaimé) en noir, les parcours faisant l’objet d’un malaise, d’une appréhension, d’une méfiance en rouge. En trait plein on dessinera les trajets de jour , en pointillés les trajets nuit, en variant les couleurs selon le ressenti.

Sur la même feuille on représentera les trajets quotidiens ou quasi quotidiens (travail, école, commerces,…) et les trajets plus espacés dans le temps (parcs, équipements sportifs, équipements culturels, locaux associatifs, administration,….).

Le cas échéant on pourra faire apparaître des lieux fréquentés 10, 20, 30… ans auparavant qui ne le sont plus, parce qu’ils ont disparu, parce qu’ils ne correspondent plus à des besoins ou des habitudes. Le ou les dessins peuvent être accompagnés d’un commentaire.

Une fois la carte réalisée, vous la photographiez ou la scannez et la postez lesurbaines92 – at – gmail.com

Les écritures d’une recherche en résidence

Le programme de recherches suppose que les membres de l’équipe passent du temps sur le territoire gennevillois afin de se l’approprier et d’y construire les outils de recherche adéquats. Il s’appuie sur différentes écriture de la recherche urbaine faisant place égale au travail artistique et scientifique, afin de permettre la plus grande ouverture et la meilleure perception possible de l’espace urbain. En ce sens, cette recherche est alimentée par la résidence d’artistes (photographe, ateliers d’écriture, conteur), de chercheur.e.s en études urbaines. Chacune de ces résidences est indépendante et complémentaire.

La thématique est commune à l’ensemble des membres de l’équipe, il s’agit bien d’envisager la place des femmes dans l’espace public gennevillois. Chacun des ateliers se nourrira du travail des autres et pourra le questionner, chacune de ses résidences apportera son écriture, sa spécificité à l’ensemble du programme de recherches.

La différence de ces regards, de formations diverses doit obliger à sortir des cadres généralement admis en recherche urbaine. L’ensemble des productions fera ensuite l’objet d’une présentation publique écrite (par le biais des outils mis en place, blogs, réseaux sociaux) et/ou par voie d’affichage, de représentation, d’exposition…

° Ateliers d’écriture. Faire écrire et écrire avec/pour les habitant.e.s autour de la thématique. Lire, jouer. Les textes pourront aussi faire partie de l’ouvrage de fin programme.

° Photographie. Une série de portraits de femmes dans l’espace public sera réalisée par plusieurs photographes (femmes et hommes) au cours du projet. Au fur et à mesure les participantes réaliseront elles-mêmes les photos qui serviront d’illustrations à l’étude urbaine. Les photos seront exposées dans Gennevilliers et sur les différents outils numériques mis en place. Elles seront aussi publiées dans un ouvrage revisitant ces six années de collaboration.

° Ambiances sensibles et sonores. Vivre ensemble en ville signifie aussi de partager des ambiances de vie, qui font qu’il est agréable ou non d’y vivre. Le recueil d’impressions de la part de musicien.ne.s/chanteurs.ses, la possibilité de construction d’une écriture spécifique liée à ce que l’architecture, l’urbanisme rend possible pourrait ouvrir aussi d’autres perspectives.

° Etudes urbaines. Les outils de la résidence en études urbaines seront pratiqués habituellement en pratique de terrain : entretiens individuels ou en groupe, production d’images (photos, cartes, croquis…), production de textes. Cette résidence constitue le centre du questionnement, mais ses outils ne prévalent pas sur ceux des autres résidences.

La Coopérative urbaine d’invention : des fablabs ouverts sur la ville.

WP_20140313_001

L’une des particularités du projet est de faire participer l’ensemble des habitant.e.s à l’expérience de recherche. Il est qualifié d’abord de recherche-action, c’est-à-dire qu’il inclut les chercheur.e.s dans l’objet de l’étude, mais aussi qu’il est aussi conforté dans son objectif participatif et critique. Il s’agit d’échanger les moyens de compréhension de la ville, à partir des connaissances de chacun.e et finalement les différents modes de l’habiter.

La Coopérative Urbaine d’Invention rassemble celles et ceux qui voudront bien participer, quelle que soit la durée de cette participation. Dans cette coopérative, seront collectivement travaillées et affinées les problématiques de recherche. Le carnet de terrain y sera tenu, inscrivant ainsi la recherche en train de se faire. Ateliers ouverts ou fablab (dans une version sciences humaines et sociales), il s’agit bien de fabriquer ensemble la recherche sur les espaces urbains.

Un certain nombre de protocoles récurrents sont mis en place tout au long de la durée du programme de recherches (cartes mentales, photographie, récits…) et mis à disposition comme autant d’outils d’appropriation, de compréhension de l’espace vécu et de construction citoyenne.

Le carnet de terrain est tenu, numériquement, sur un blog, sur un carnet de recherches et sur une page de réseau social. Il est tenu physiquement dans la ville par voie d’affichage et de lecture publique dans l’espace urbain.

La coopérative participera aussi à la construction de matériaux : photos/vidéos/sons de parcours quotidiens (envoyées par sms ou mail), cartes mentales, chronogrammes, récits de vie, indicateurs de mesure sur le temps du projet. La coopérative prendra aussi part à l’ensemble des ateliers d’écritures (atelier d’écriture, conte, etc…)