Archives par mot-clé : mixité

L’Agriculture urbaine : levier de mixité

photo nous sur le programmeNous étions au colloque international et interdisciplinaire « Penser l’émancipation » à Bruxelles.

Nous avons présenté nos premiers résultats à partir d’observations, d’observations participantes, d’entretiens et de recensement sur les jardins collectifs urbains.

Notre proposition consiste à appréhender l’agriculture urbaine comme participant d’un projet collectif de développement d’une ville nourricière, davantage respectueuse de l’environnement et du bien-être, mais aussi comme un levier potentiel d’émancipation et de mixité genrée. Nous nous demanderons comment, dans le contexte gennevillois, l’agriculture urbaine peut prendre la forme d’une responsabilisation collective et devenir l’un des vecteurs concrets du changement de rapport des habitant-e-s à la ville, à la fabrication de l’urbain. De la remise en cause d’un urbanisme trop monofonctionnel, la réflexion s’oriente aussi sur l’androcentrisme de la ville et ses conséquences.

Comment ce mouvement, clairement ancré dans le retour aux circuits courts de production, imaginant la ville productive et non pas productiviste, réinvestissant l’espace public, suscite-t-il l’attention et l’engagement de groupes d’habitantes et d’habitants mixtes, voire plus majoritairement féminins ? Ces nouveaux modes de luttes et de pratiques alternatives, en posant concrètement la question du droit à la ville, comme le droit de toutes et tous à transformer la ville, peuvent-ils être les moyens de lutte contre le sexisme ? Enfin, l’appropriation de ces lieux de production agricoles permet-il une autre forme de production d’espaces ?

20151012_183731Les jardins collectifs urbains n’échappent pas aux stéréotypes de genre, mais sont aussi les lieux d’un retournement de ces stéréotypes. L’agriculture urbaine, en mettant la ville en mesure d’être nourricière devient un levier de résistance, d’émancipation, de mixité mais aussi de bien être.

Et si la ville se produisait aussi dans les jardins partagés ?

Journée d’étude : Genre et urbanités. Usages et aménagements de la ville au prisme des rapports hommes/gemmes

aff

 

Vendredi 22 janvier 2015, de 9h00 à 17h00
 
Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, Auditorium 300
 
Inscriptions : Afin de faciliter l’organisation de ces Rencontres, merci de vous inscrire sur le formulaire suivant :
Cette journée d’étude interdisciplinaire réunit des chercheuses européennes afin de discuter d’une part la question de l’appropriation genrée de l’espace public, et d’autre part celle des normes de genre inhérentes aux modes de construction et d’aménagement des villes. Cette journée a pour ambition de croiser les regards entres géographes, sociologues, urbanistes et historiennes interrogeant la ville, le droit à la ville. Si « l’approche intégrée de la dimension genre » s’installe peu à peu dans les cahiers des charges de la politique de la ville, elle se fait avec plus ou moins de succès et surtout de façon ponctuelle et peu souvent transversale. Ce nouveau volet des politiques publiques émerge de nombreuses années après les premiers constats, en Europe, des défaillances de la ville, androcentrique, conçue, construite et gouvernée par les hommes. Apparaissaient ici deux constats qui seront abordés lors de cette journée : les normes de genre se traduisent dans les usages de la ville (espace public, associatif, privé,…), mais elles sont également au cœur des conceptions et aménagement de la ville et de gestion de la ville. La question de l’égalité d’accès à la ville entre hommes et femmes doit donc être intégrée à l’évaluation de la qualité des espaces urbains, mais aussi lors de sa conception réaménagement. De plus, les femmes sont peu nombreuses aux postes dirigeant des instances publiques, ou entreprises privées, qui créent et aménagent les espaces urbaines contemporains (Raibaud, 2015). Les images véhiculées par les discours dominants, souvent relayés de façon sporadique par la presse (lors de la sortie d’un fi lm sur le harcèlement de rue, ou bien la mise en place d’une campagne de sensibilisation d’une compagnie de transport ferroviaire) renvoient bien souvent au contexte de la « fameuse » banlieue, celui des grands ensembles, des quartiers périphériques et populaires. Or, il convient de continuer à interroger les contextes urbains diversifié notamment ceux identifiés comme centraux et denses (Hancock, 2002 ; 2011). A-t-on vraiment, partout, dépassé la ville genrée, une ville ouverte à tous et toutes ? Ou, au contraire, assiste-t-on a une banalisation des interactions conflictuelles dans les espaces urbains, dont les grandes métropoles, villes denses ?
 
Accès : 20 avenue George Sand 93210 St-Denis la Plaine
RER B :« La Plaine-Stade de France » Métro ligne12 :« Front populaire»
Comité d’organisation :
Emmanuelle Faure
Doctorante – Géographie de la santé
Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Ladyss
Edna Hernández
MCF en Urbanisme et Aménagement à l’Université
de Bretagne Occidentale. Institut Géoarchitecture, EA 2219
Corinne Luxembourg
MCF en géographie à l’Université d’Artois,
Discontinuités EA 2468
Dalila Messaoudi
ATER en géographie à l’Université de Versailles
Saint-Quentin-en-Yvelines, CEMOTEV EA 4457

Usages des espaces publics

 

 

Une réunion d’appartement chez vous ?

Comment se passe une réunion d’appartement ?

Vous invitez des voisines, des voisins, des amies, des amis… chez vous. Pas plus de 6 personnes à la fois. Et puis nous discutons. Quelle est la place des femmes dans l’espace public gennevillois ? Comment nous y sentons-nous ? A quelle heure ? Avec qui ? Pourquoi ? Qu’est-ce que serait un espace mixte ?…

Ce sera aussi le moment de vous présenter plus concrètement le programme de recherches, et puis si vous le souhaitez de vous y associer dans la Coopérative Urbaine d’Invention.

Nous commençons par les Agnettes et les Grésillons. Vous souhaitez organiser une réunion chez vous : un mail où vous inscrivez vos coordonnées : lesurbaines92-at-gmail.com

La ville de tous côtés

WP_20140609_002

Ce programme, La ville côté femmes, n’a pas pour objectif de prôner un développement urbain gynécentré comme une réponse à l’urbanisme androcentré fruit d’un rapport de domination masculine ancien, mais bien de contribuer à semer les éléments d’un dialogue pour une conception d’une ville pour tou.te.s.

La particularité de ce projet de recherche est multiple. D’un point de vue de l’observation scientifique, il s’intéresse aux spatialités féminines des usages des espaces publics et/ou communs avec l’ambition d’identifier des « murs invisibles » (G. Di Méo), de participer à les faire tomber. Cependant, le genre n’explique pas tout, cette entrée sera croisée avec d’autres caractéristiques (emploi, structure par âge, csp, histoire…) afin d’analyser le plus finement possible les espaces vécus.

D’un point de vue de la pratique : ce projet est un programme de recherche-action, c’est-à-dire qu’il inclut l’habitant.e comme participant.e, non seulement comme objet d’études mais comme acteur de la recherche. Enfin l’approche n’est pas classiquement celle de chercheurs en sciences humaines et sociales, elle est complétée par l’intervention d’artistes qui déploieront leurs techniques d’écritures propres afin de cerner au plus proche ce qui constitue les usages genrés des espaces urbains.