Archives par mot-clé : habiter

Journée d’étude : Genre et urbanités. Usages et aménagements de la ville au prisme des rapports hommes/gemmes

aff

 

Vendredi 22 janvier 2015, de 9h00 à 17h00
 
Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, Auditorium 300
 
Inscriptions : Afin de faciliter l’organisation de ces Rencontres, merci de vous inscrire sur le formulaire suivant :
Cette journée d’étude interdisciplinaire réunit des chercheuses européennes afin de discuter d’une part la question de l’appropriation genrée de l’espace public, et d’autre part celle des normes de genre inhérentes aux modes de construction et d’aménagement des villes. Cette journée a pour ambition de croiser les regards entres géographes, sociologues, urbanistes et historiennes interrogeant la ville, le droit à la ville. Si « l’approche intégrée de la dimension genre » s’installe peu à peu dans les cahiers des charges de la politique de la ville, elle se fait avec plus ou moins de succès et surtout de façon ponctuelle et peu souvent transversale. Ce nouveau volet des politiques publiques émerge de nombreuses années après les premiers constats, en Europe, des défaillances de la ville, androcentrique, conçue, construite et gouvernée par les hommes. Apparaissaient ici deux constats qui seront abordés lors de cette journée : les normes de genre se traduisent dans les usages de la ville (espace public, associatif, privé,…), mais elles sont également au cœur des conceptions et aménagement de la ville et de gestion de la ville. La question de l’égalité d’accès à la ville entre hommes et femmes doit donc être intégrée à l’évaluation de la qualité des espaces urbains, mais aussi lors de sa conception réaménagement. De plus, les femmes sont peu nombreuses aux postes dirigeant des instances publiques, ou entreprises privées, qui créent et aménagent les espaces urbaines contemporains (Raibaud, 2015). Les images véhiculées par les discours dominants, souvent relayés de façon sporadique par la presse (lors de la sortie d’un fi lm sur le harcèlement de rue, ou bien la mise en place d’une campagne de sensibilisation d’une compagnie de transport ferroviaire) renvoient bien souvent au contexte de la « fameuse » banlieue, celui des grands ensembles, des quartiers périphériques et populaires. Or, il convient de continuer à interroger les contextes urbains diversifié notamment ceux identifiés comme centraux et denses (Hancock, 2002 ; 2011). A-t-on vraiment, partout, dépassé la ville genrée, une ville ouverte à tous et toutes ? Ou, au contraire, assiste-t-on a une banalisation des interactions conflictuelles dans les espaces urbains, dont les grandes métropoles, villes denses ?
 
Accès : 20 avenue George Sand 93210 St-Denis la Plaine
RER B :« La Plaine-Stade de France » Métro ligne12 :« Front populaire»
Comité d’organisation :
Emmanuelle Faure
Doctorante – Géographie de la santé
Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Ladyss
Edna Hernández
MCF en Urbanisme et Aménagement à l’Université
de Bretagne Occidentale. Institut Géoarchitecture, EA 2219
Corinne Luxembourg
MCF en géographie à l’Université d’Artois,
Discontinuités EA 2468
Dalila Messaoudi
ATER en géographie à l’Université de Versailles
Saint-Quentin-en-Yvelines, CEMOTEV EA 4457

Habiter la ville côté femmes : un « droit à la ville » amputé ?

Le 20 avril, nous présentons la recherche-action à l’Université d’Annaba.

Les espaces publics des villes contemporaines sont en apparence des lieux de liberté, de mixité, offrant à chacun la possibilité d’accéder à un ensemble de services, échappant aux contraintes de la distance et favorisant ainsi l’interaction sociale. Pourtant, tout en étant créatrices de pratiques nouvelles et porteuses d’innovation (Chalas, 2005) elles restent le reflet des normes sociales dominantes dans leurs dynamiques sociales, économiques, urbanistiques et paysagères, auxquelles s’ajoute la standardisation que la mondialisation accélère. Ainsi, elles sont des lieux de contraction des distances-temps, d’accélération, d’amplification des fragmentations sociales et spatiales (Augé, 1992 ; Donzelo, 2006 ; Mongin, 1997 ; Pumain, 1997). Notre proposition s’intéresse à la quotidienneté de l’espace urbain vécu au féminin en prenant appui sur un projet de recherche-action « La ville côté femmes » en cours (2014-2020) à Gennevilliers, en nous attachant à la question d’appropriation de l’espace public urbain. Par ailleurs, se pose aussi la question de l’accessibilité des femmes au marché du travail dans une ville de banlieue francilienne et les conséquences en termes d’usage de l’espace public (Bigoteau, 2011).

La construction de la ville des grands ensembles a répondu à plusieurs objectifs, trouver une solution rapide au mal-logement tout en maintenant une relation forte entre le lieu de travail et le logement (Vieillard-Baron, 1997 ; Lapeyronnie et Wacquant, 2009). Or, l’emploi reste, à cette période, encore majoritairement masculin, les carrières professionnelles féminines étant généralement courtes, souvent arrêtées lors de la première grossesse, ou encore à temps partiel. Ces espaces urbains dessinés et bâtis par les hommes sont l’espace vécu des femmes pour l’essentiel (Raibaud, 2014). Aujourd’hui, dans l’ensemble des villes occidentales, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à vivre dans des villes construites par les hommes. Pour autant, si cela signifie que les femmes ont une plus grande appropriation de l’espace public urbain, en se référant au nombre de lieux fréquentés, cela ne se traduit pas par une occupation pérenne des lieux comme peuvent le faire les hommes (bancs, halls d’immeuble, terrasses de café…), mais par une circulation où les arrêts sont rares. Enfin, cet habiter féminin est confronté aux déficiences générales de l’habiter de l’ensemble de la population dans nombre de ces quartiers de grands ensembles. C’est-à-dire que la fonction même d’habiter a longtemps été réduite à la seule fonction de loger et l’est encore trop souvent. Or la ville de la mondialisation, issue de la compartimentation de la ville moderne, en ne permettant pas la mixité fonctionnelle, renforce la fragmentation genrée de l’espace public. Réseaux de circulation, lieux de rencontres et de vie sociale ne sont ni partagés par les hommes et les femmes ni appréhendés de la même manière. De plus, la rupture spatiale entre les lieux d’activités professionnelles et les lieux de logement raréfie la mixité d’usages des espaces publics. Les logiques de coquilles spatiales (Moles, 2009), semblent dans la ville contemporaine se dédoubler par genre et produire de nouvelles frontières entre espaces publics et espaces privés (Moullé, 2013).

Dès lors, comment envisager « l’espace vécu » (Frémont, 1976) féminin, les illustrations des « murs invisibles » dans la ville (Di Méo, 2011) et leur prise en compte par les politiques urbaines, à différentes échelles ? Quels pourraient être les moyens des politiques urbaines mis en œuvre pour détruire ces « murs invisibles », pour conquérir ce no-woman’s land ?

A partir de l’exemple gennevillois développé dans le projet de recherches « La ville côté femmes », notre communication s’efforcera d’apporter des éléments d’analyse.