Archives par mot-clé : femmes

C’était les lectures de textes sur les femmes et la ville…

Les textes d’Andrée, Agnès, Christiane, Eulalie, Harriette, Nathalie lus par Agnès, Angélique, Christiane, Corinne, Damien, Harriette, Latifa, Naoual

art parisien

© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association - Les Urbaines - lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet - La place de la Femme dans la ville - Photo : Guillaume CLEMENT.
© Guillaume CLEMENT, Gennevilliers, le 27 juin 2016, association – Les Urbaines – lecture des textes de l atelier d ecriture sur le theme du projet – La place de la Femme dans la ville – Photo : Guillaume CLEMENT.

Journée d’étude : Genre et urbanités. Usages et aménagements de la ville au prisme des rapports hommes/gemmes

aff

 

Vendredi 22 janvier 2015, de 9h00 à 17h00
 
Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, Auditorium 300
 
Inscriptions : Afin de faciliter l’organisation de ces Rencontres, merci de vous inscrire sur le formulaire suivant :
Cette journée d’étude interdisciplinaire réunit des chercheuses européennes afin de discuter d’une part la question de l’appropriation genrée de l’espace public, et d’autre part celle des normes de genre inhérentes aux modes de construction et d’aménagement des villes. Cette journée a pour ambition de croiser les regards entres géographes, sociologues, urbanistes et historiennes interrogeant la ville, le droit à la ville. Si « l’approche intégrée de la dimension genre » s’installe peu à peu dans les cahiers des charges de la politique de la ville, elle se fait avec plus ou moins de succès et surtout de façon ponctuelle et peu souvent transversale. Ce nouveau volet des politiques publiques émerge de nombreuses années après les premiers constats, en Europe, des défaillances de la ville, androcentrique, conçue, construite et gouvernée par les hommes. Apparaissaient ici deux constats qui seront abordés lors de cette journée : les normes de genre se traduisent dans les usages de la ville (espace public, associatif, privé,…), mais elles sont également au cœur des conceptions et aménagement de la ville et de gestion de la ville. La question de l’égalité d’accès à la ville entre hommes et femmes doit donc être intégrée à l’évaluation de la qualité des espaces urbains, mais aussi lors de sa conception réaménagement. De plus, les femmes sont peu nombreuses aux postes dirigeant des instances publiques, ou entreprises privées, qui créent et aménagent les espaces urbaines contemporains (Raibaud, 2015). Les images véhiculées par les discours dominants, souvent relayés de façon sporadique par la presse (lors de la sortie d’un fi lm sur le harcèlement de rue, ou bien la mise en place d’une campagne de sensibilisation d’une compagnie de transport ferroviaire) renvoient bien souvent au contexte de la « fameuse » banlieue, celui des grands ensembles, des quartiers périphériques et populaires. Or, il convient de continuer à interroger les contextes urbains diversifié notamment ceux identifiés comme centraux et denses (Hancock, 2002 ; 2011). A-t-on vraiment, partout, dépassé la ville genrée, une ville ouverte à tous et toutes ? Ou, au contraire, assiste-t-on a une banalisation des interactions conflictuelles dans les espaces urbains, dont les grandes métropoles, villes denses ?
 
Accès : 20 avenue George Sand 93210 St-Denis la Plaine
RER B :« La Plaine-Stade de France » Métro ligne12 :« Front populaire»
Comité d’organisation :
Emmanuelle Faure
Doctorante – Géographie de la santé
Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Ladyss
Edna Hernández
MCF en Urbanisme et Aménagement à l’Université
de Bretagne Occidentale. Institut Géoarchitecture, EA 2219
Corinne Luxembourg
MCF en géographie à l’Université d’Artois,
Discontinuités EA 2468
Dalila Messaoudi
ATER en géographie à l’Université de Versailles
Saint-Quentin-en-Yvelines, CEMOTEV EA 4457

Habiter la ville côté femmes : un « droit à la ville » amputé ?

Le 20 avril, nous présentons la recherche-action à l’Université d’Annaba.

Les espaces publics des villes contemporaines sont en apparence des lieux de liberté, de mixité, offrant à chacun la possibilité d’accéder à un ensemble de services, échappant aux contraintes de la distance et favorisant ainsi l’interaction sociale. Pourtant, tout en étant créatrices de pratiques nouvelles et porteuses d’innovation (Chalas, 2005) elles restent le reflet des normes sociales dominantes dans leurs dynamiques sociales, économiques, urbanistiques et paysagères, auxquelles s’ajoute la standardisation que la mondialisation accélère. Ainsi, elles sont des lieux de contraction des distances-temps, d’accélération, d’amplification des fragmentations sociales et spatiales (Augé, 1992 ; Donzelo, 2006 ; Mongin, 1997 ; Pumain, 1997). Notre proposition s’intéresse à la quotidienneté de l’espace urbain vécu au féminin en prenant appui sur un projet de recherche-action « La ville côté femmes » en cours (2014-2020) à Gennevilliers, en nous attachant à la question d’appropriation de l’espace public urbain. Par ailleurs, se pose aussi la question de l’accessibilité des femmes au marché du travail dans une ville de banlieue francilienne et les conséquences en termes d’usage de l’espace public (Bigoteau, 2011).

La construction de la ville des grands ensembles a répondu à plusieurs objectifs, trouver une solution rapide au mal-logement tout en maintenant une relation forte entre le lieu de travail et le logement (Vieillard-Baron, 1997 ; Lapeyronnie et Wacquant, 2009). Or, l’emploi reste, à cette période, encore majoritairement masculin, les carrières professionnelles féminines étant généralement courtes, souvent arrêtées lors de la première grossesse, ou encore à temps partiel. Ces espaces urbains dessinés et bâtis par les hommes sont l’espace vécu des femmes pour l’essentiel (Raibaud, 2014). Aujourd’hui, dans l’ensemble des villes occidentales, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à vivre dans des villes construites par les hommes. Pour autant, si cela signifie que les femmes ont une plus grande appropriation de l’espace public urbain, en se référant au nombre de lieux fréquentés, cela ne se traduit pas par une occupation pérenne des lieux comme peuvent le faire les hommes (bancs, halls d’immeuble, terrasses de café…), mais par une circulation où les arrêts sont rares. Enfin, cet habiter féminin est confronté aux déficiences générales de l’habiter de l’ensemble de la population dans nombre de ces quartiers de grands ensembles. C’est-à-dire que la fonction même d’habiter a longtemps été réduite à la seule fonction de loger et l’est encore trop souvent. Or la ville de la mondialisation, issue de la compartimentation de la ville moderne, en ne permettant pas la mixité fonctionnelle, renforce la fragmentation genrée de l’espace public. Réseaux de circulation, lieux de rencontres et de vie sociale ne sont ni partagés par les hommes et les femmes ni appréhendés de la même manière. De plus, la rupture spatiale entre les lieux d’activités professionnelles et les lieux de logement raréfie la mixité d’usages des espaces publics. Les logiques de coquilles spatiales (Moles, 2009), semblent dans la ville contemporaine se dédoubler par genre et produire de nouvelles frontières entre espaces publics et espaces privés (Moullé, 2013).

Dès lors, comment envisager « l’espace vécu » (Frémont, 1976) féminin, les illustrations des « murs invisibles » dans la ville (Di Méo, 2011) et leur prise en compte par les politiques urbaines, à différentes échelles ? Quels pourraient être les moyens des politiques urbaines mis en œuvre pour détruire ces « murs invisibles », pour conquérir ce no-woman’s land ?

A partir de l’exemple gennevillois développé dans le projet de recherches « La ville côté femmes », notre communication s’efforcera d’apporter des éléments d’analyse.

Textes du 27 mars 2015.

cclLa journée d’étude du 27 mars 2015 à Gennevilliers, fut l’occasion d’entendre notamment Claire Hancock et Yves Raibaud. La conclusion des débats est revenue à Bernard Reitel. Ces trois textes sont téléchargeables ci-dessous.

Texte de Claire Hancock : « Territorialiser » les politiques d’égalité femmes

Texte d’Yves Raibaud La ville des garçons

Conclusion de Bernard Reitel Femmes et politiques urbaines_Synthese

Femmes et politiques urbaines : le 27 mars à Gennevilliers

Le 27 mars 2015, participez à la journée d’étude Femmes et politiques urbaine à l’Espace Educatif des Grésillons de Gennevilliers. Inscription obligatoire avant le 6 mars par mail : lesurbaines92 @ gmail.com

AFFICHE-programme-27mars

Matinée : communications

• Claire Hancock (Lab’Urba, Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne) – « Gender mainstreaming à la française, ou les ambiguïtés de la territorialisation de l’égalité femmes-hommes »

• Yves Raibaud (Adess, Université de Bordeaux 3) – « La ville des garçons »

• Corinne Luxembourg (Discontinuités, Université d’Artois) et Dalila Messaoudi (Cemotev, Université de Valenciennes) – « Présentation d’une recherche action à Gennevilliers : la ville côté femmes »

• Sofia Manseri, conseillère municipale déléguée au féminisme, à la lutte contre les discrimination et à l’éducation à l’égalité (Gennevilliers).

• Un/une représentant/e associatif/ve

• Camille Schmoll (Géographie-Cités, Université Paris-Diderot) – Conclusions

Après-midi. promenades urbaines commentées dans les quartiers des Grésillons et des Agnettes.

Concours photo : 1er février – 8 mars

Concours photo : Femme(s) dans l’espace public gennevillois

Ouvert à toutes et tous : Enfants, parents, grands-parents, femmes, hommes, Gennevillois.e ou non…

DEUX PRIX À GAGNER
• un prix décerné par les internautes en fonction du nombre de «like»
• un prix décerné par un photographe professionnel

Remise des prix le 27 mars 2015

QUELQUES CONDITIONS
• La photo proposée doit être prise à Gennevilliers,
• la photo est accompagnée du nom/pseudo de l’auteur,
adresse de la prise de vue, heure et jour,
• le formulaire d’autorisation de publication est
à télécharger, si le portrait est reconnaissable, autorisation photo 
• la photo doit être respectueuse de la personne représentée.

POUR PARTICIPER
Envoyez vos photos à l’adresse mail :
lesurbaines92  @  gmail.com

vous pouvez imprimer et afficher l’affiche ici : AFFICHE CONCOURS PHOTO-LES URBAIN.E.S

 

Femmes : de l’intime à la commune

Sans titre
poster présenté au Festival International de géographie « Habiter la terre » en octobre 2014.

En octobre 2014, lors du Festival International de Géographie, nous avons présenté la première représentation graphique de nos travaux de recherches, à partir du travail commencé avec l’école Femmes sans Frontières. Le poster est mis en page par Claire Pasquet.

 

De la maison à la commune : l’appropriation de l’espace public par la formation.

Le 2 juillet 2014 lors des Journées scientifiques régionales sur le genre à Reims, nous avons produit la première communication sur le projet, à partir des premières rencontres avec l’école Femmes sans Frontières de Gennevilliers.

En voici le résumé :

La ville côté femmes : une expérience de recherche action. De l’habitat enfermé à l’espace public. Comment s’approprier l’espace public par le biais de réseaux ?

Nous posons le territoire au centre de notre questionnement. Il est envisagé comme une clef de compréhension des mécanismes d’appropriation de l’espace public par le biais de l’élargissement des appartenances aux réseaux de sociabilité.

Le travail de recherche « La ville côté femmes » se veut un projet de recherche action et s’intéresse en particulier aux usages de l’espace public par les femmes. Pour se faire, l’Ecole des femmes sans frontières, ouverte à Gennevilliers depuis 2012, grâce au partenariat de l’Institut des Hauts-de-Seine et de la Ville de Gennevilliers, nous sert d’objet d’études et d’observation d’un lieu, moyen de passage de la maison à la commune, c’est-à-dire d’un habitat restreint à l’intime de la vie domestique (logement, activités enfantines) à un mode d’habiter la ville plus élargi, favorisé notamment par la formation et l’accès à l’emploi. On remarque en effet que les femmes peu scolarisées et en situation de précarité ont un certain nombre de points communs dans les difficultés qu’elles rencontrent (problèmes familiaux, violences, réticence de l’époux ou du compagnon vis-à-vis de l’école, problèmes financiers, etc.). Le fait de rejoindre ce type de réseau permet aux femmes de modifier parfois la vision qu’elles ont du monde et d’elles-mêmes.

L’hypothèse ainsi sous-tendue est que la progressive appartenance à un réseau, en l’occurrence l’ensemble des intervenants de l’Ecole (encadrants et étudiantes), favorise l’élargissement de la pratique de la ville. Nous interrogerons donc aussi le territoire dans sa capacité médiatrice par le biais de réseaux pour la formation et l’emploi. Il constituera une sorte de jauge permettant de mesurer la complexité des enjeux.

Si l’on peut aisément identifier les enjeux que cette insertion soulève, il est bien plus complexe d’analyser les effets induits et notamment le fait que l’intégration à un tel groupe permet par capillarité l’accès à d’autres réseaux. Il s’agit ensuite de vérifier une seconde hypothèse, si on considère que l’appartenance au réseau permet une meilleure appropriation de la ville, une diversification des modes d’habiter, on peut imaginer une réciproque qui serait que la conscience d’appropriation d’un territoire plus important entraîne mécaniquement l’intégration des femmes dans réseaux de sociabilité plus important, favorisant ainsi la fonction émancipatrice de la ville.

Nous nous appuierons sur des trajectoires individuelles, sur des parcours de vie afin de déterminer en amont et en aval quels sont les freins, les difficultés et les stratégies mis en place par ces femmes pour leur insertion socio-professionnelle. Quelles réponses trouvent-elles au sein du tissu associatif ? Quelles sont les répercussions indirectes ? Nous utiliserons des matériaux tels que les cartes mentales, des chronogrammes, les photographies, pour comprendre vérifier s’il existe ou non une réelle extension des pratiques urbaines.

La ville de tous côtés

WP_20140609_002

Ce programme, La ville côté femmes, n’a pas pour objectif de prôner un développement urbain gynécentré comme une réponse à l’urbanisme androcentré fruit d’un rapport de domination masculine ancien, mais bien de contribuer à semer les éléments d’un dialogue pour une conception d’une ville pour tou.te.s.

La particularité de ce projet de recherche est multiple. D’un point de vue de l’observation scientifique, il s’intéresse aux spatialités féminines des usages des espaces publics et/ou communs avec l’ambition d’identifier des « murs invisibles » (G. Di Méo), de participer à les faire tomber. Cependant, le genre n’explique pas tout, cette entrée sera croisée avec d’autres caractéristiques (emploi, structure par âge, csp, histoire…) afin d’analyser le plus finement possible les espaces vécus.

D’un point de vue de la pratique : ce projet est un programme de recherche-action, c’est-à-dire qu’il inclut l’habitant.e comme participant.e, non seulement comme objet d’études mais comme acteur de la recherche. Enfin l’approche n’est pas classiquement celle de chercheurs en sciences humaines et sociales, elle est complétée par l’intervention d’artistes qui déploieront leurs techniques d’écritures propres afin de cerner au plus proche ce qui constitue les usages genrés des espaces urbains.

Temps du/des corps/décors.

WP_20140411_001

La ville dans sa configuration actuelle résulte d’une civilisation de l’accélération. Quel qu’en ait été le motif, la diminution des distances-temps a transformé durablement les paysages et introduit une nouvelle fragmentation, selon que l’on peut accéder à cette rapidité d’échange ou non. Cette fragmentation se vit à l’échelle du corps, elle définit pour chacun des habitants jusqu’où il est physiquement, socialement, possible et imaginable d’aller.

A ce premier constat qui concerne l’ensemble des humains s’ajoute ce que le contrôle social impose aux corps. Le corps féminin est le premier observé, le premier contrôlé. On sait la tradition patriarcale de nos sociétés, on sait aussi qu’elle est vécue quel que soit le milieu social, on sait enfin qu’elle est véhiculée indifféremment par les hommes et les femmes, sous quelque forme que ce soit.

Aborder la ville côté femmes implique d’interroger nombre de comportements, de qualifications, de stéréotypes (reposant pour l’essentiel sur un présupposé de détermination biologique), de rapports genrés.

Il s’agira alors d’envisager « l’espace vécu » féminin par différents biais que nous imaginons a priori.

° Occupation, appropriation de l’espace public, déplacements. Lieux du regard de l’autre, du paraître, de la conformisation aux codes attendus, les espaces publics sont aussi le lieu de l’émancipation lorsqu’ils sont appropriés. Pouvons-nous avancer une corrélation entre la quantité de déplacements, d’utilisation des transports en commun et l’émancipation ?

° Espace intime. L’intérieur est souvent considéré comme l’espace géré par la femme. Aussi lorsque l’espace public lui est ouvert, la femme s’y implique-t-elle plus intensément.

° Non-lieux féminins et no-woman’s land. G. Di Méo parle de murs invisibles pour désigner les barrières spatiales que s’imposent les femmes pour ne pas pénétrer sur un territoire. En résulteraient des territoires abandonnés par les femmes, des no-woman’s land. La standardisation serait-elle la seule possibilité de construction d’un « urbain mixte » ? Cette standardisation de l’urbanisme n’est-elle pas elle-même androcentrée ?

° Erotisation. Le corps comme objet géographique est la première limite, celle de soi. Le corps indissociable d’une approche érotique. Cette érotisation est grandissante, mais dans le même temps est condamnée sur des bases morales.

° Le vêtement. Réponse ou amplification du premier terme, il affirme le corps, le cache, l’enveloppe, le montre, il est forcément en rapport avec le lieu, la coprésence. Il est un outil du contrôle social ou sa réponse, outil de pouvoir aussi.

° Maternité. La destination de la femme dans son accomplissement et son épanouissement (in)discutables sont ceux de sa vocation à être mère. Mère protectrice, garante de la morale des enfants, de leur éducation. L’école serait alors le lieu privilégié des rencontres féminines ?

° Fragilité. En même temps que, mère, la femme est protectrice et pourvoit aux nécessités domestiques, elle serait protégée par l’homme (père, mari, frère, fils, etc…). Cette thématique peut également être couplée avec celle de la vulnérabilité, le sentiment d’insécurité dans l’espace public.

° Temporalités. La vie de la femme serait plus que celle de l’homme conditionnée par des temporalités ; temporalités biologiques, liées à la possibilité de procréation, mais aussi temporalités quotidiennes liées au travail, horaires où il est « possible » et « acceptable » d’être dehors lorsque l’on est une femme.

° Conflits. L’espace public urbain semble fragmenté durablement selon ces pratiques genrées. Est-il pour autant lieu de conflit ? Si oui est-il apparent ou larvé ? Sinon est-il la résultante d’une forme de rapport socio-spatial de domination/soumission ?

Toutes ces thématiques seront interrogées, transversalement, dans l’ensemble du projet sur différents points d’accroche tels que la formation, les jardins partagés, les cafés…