La ville de tous côtés

WP_20140609_002

Ce programme, La ville côté femmes, n’a pas pour objectif de prôner un développement urbain gynécentré comme une réponse à l’urbanisme androcentré fruit d’un rapport de domination masculine ancien, mais bien de contribuer à semer les éléments d’un dialogue pour une conception d’une ville pour tou.te.s.

La particularité de ce projet de recherche est multiple. D’un point de vue de l’observation scientifique, il s’intéresse aux spatialités féminines des usages des espaces publics et/ou communs avec l’ambition d’identifier des « murs invisibles » (G. Di Méo), de participer à les faire tomber. Cependant, le genre n’explique pas tout, cette entrée sera croisée avec d’autres caractéristiques (emploi, structure par âge, csp, histoire…) afin d’analyser le plus finement possible les espaces vécus.

D’un point de vue de la pratique : ce projet est un programme de recherche-action, c’est-à-dire qu’il inclut l’habitant.e comme participant.e, non seulement comme objet d’études mais comme acteur de la recherche. Enfin l’approche n’est pas classiquement celle de chercheurs en sciences humaines et sociales, elle est complétée par l’intervention d’artistes qui déploieront leurs techniques d’écritures propres afin de cerner au plus proche ce qui constitue les usages genrés des espaces urbains.

Objectifs

WP_20140412_003

« La ville côté femmes » est un projet relativement long (6 années). Cette longueur est une garantie pour un regard évolutif sur la population d’une ville moyenne en situation de métropolisation. Les objectifs sont multiples.

° Evaluer. Il s’agit d’évaluer l’impact des dispositifs déjà mis en œuvre. La municipalité de Gennevilliers est attentive depuis longtemps aux droits des femmes, facilitant l’installation d’associations militantes pour le droit des femmes. Ces dernières années ont vu des actions concrètes : manifestation de condamnation des violences faites aux femmes après l’assassinat de deux habitantes par leur conjoint, campagne d’affichage contre les violences faites aux femmes, exposition de photographies de Gennevilloises par Sylla Grinberg, marches exploratoires d’études et d’analyse de quelques espaces publics par un petit groupe d’entre-elles, participation au financement et à la construction de l’Ecole Femmes sans Frontières, création d’une mission spécifique aux droits des femmes, semaine annuelle de débats, manifestations et exposition autour du 8 mars.

Partant de cet arrière-plan sensibilisé, le projet compte évaluer l’impact des différents dispositifs, associatifs, municipaux, départements… en développant une réflexion genrée sur l’espace public.

° Participer. Une approche particulière de ce projet est de situer le chercheur consciemment dans un positionnement subjectif, voire participatif. La composition féminine de l’équipe, non recherchée mais sans doute induite par la thématique, renforcera sans doute cette subjectivité. Elle sera sans doute un atout pour aborder les femmes et ressentir l’espace public de leur point de vue, elle sera potentiel une difficulté lorsqu’il s’agira de discuter avec les hommes.

° Faire participer. De même que le/la chercheur.e est un.e citoyen.ne à part entière, le projet pose comme préalable que l’habitant.e est un.e chercheur.e à part entière et ceci sous quelque forme que ce soit (marche exploratoire, chorégraphie, ateliers…).

° Produire. Cette expérience de 6 ans doit laisser permettre de laisser des habitudes, une éducation populaire de la ville, une permanence réflexive. Elle doit aussi laisser des souvenirs d’une aventure commune enrichissante, elle est un apprentissage commun, réciproque. Au terme de ces six années, des rencontres auront eu lieu, informelles, cadrées, colloques chercheur.e.s-habitant.e.s, chorégraphies, photographies ; elles auront donné lieu à des publications, à des affichages, à un/des livres.

Temps du/des corps/décors.

WP_20140411_001

La ville dans sa configuration actuelle résulte d’une civilisation de l’accélération. Quel qu’en ait été le motif, la diminution des distances-temps a transformé durablement les paysages et introduit une nouvelle fragmentation, selon que l’on peut accéder à cette rapidité d’échange ou non. Cette fragmentation se vit à l’échelle du corps, elle définit pour chacun des habitants jusqu’où il est physiquement, socialement, possible et imaginable d’aller.

A ce premier constat qui concerne l’ensemble des humains s’ajoute ce que le contrôle social impose aux corps. Le corps féminin est le premier observé, le premier contrôlé. On sait la tradition patriarcale de nos sociétés, on sait aussi qu’elle est vécue quel que soit le milieu social, on sait enfin qu’elle est véhiculée indifféremment par les hommes et les femmes, sous quelque forme que ce soit.

Aborder la ville côté femmes implique d’interroger nombre de comportements, de qualifications, de stéréotypes (reposant pour l’essentiel sur un présupposé de détermination biologique), de rapports genrés.

Il s’agira alors d’envisager « l’espace vécu » féminin par différents biais que nous imaginons a priori.

° Occupation, appropriation de l’espace public, déplacements. Lieux du regard de l’autre, du paraître, de la conformisation aux codes attendus, les espaces publics sont aussi le lieu de l’émancipation lorsqu’ils sont appropriés. Pouvons-nous avancer une corrélation entre la quantité de déplacements, d’utilisation des transports en commun et l’émancipation ?

° Espace intime. L’intérieur est souvent considéré comme l’espace géré par la femme. Aussi lorsque l’espace public lui est ouvert, la femme s’y implique-t-elle plus intensément.

° Non-lieux féminins et no-woman’s land. G. Di Méo parle de murs invisibles pour désigner les barrières spatiales que s’imposent les femmes pour ne pas pénétrer sur un territoire. En résulteraient des territoires abandonnés par les femmes, des no-woman’s land. La standardisation serait-elle la seule possibilité de construction d’un « urbain mixte » ? Cette standardisation de l’urbanisme n’est-elle pas elle-même androcentrée ?

° Erotisation. Le corps comme objet géographique est la première limite, celle de soi. Le corps indissociable d’une approche érotique. Cette érotisation est grandissante, mais dans le même temps est condamnée sur des bases morales.

° Le vêtement. Réponse ou amplification du premier terme, il affirme le corps, le cache, l’enveloppe, le montre, il est forcément en rapport avec le lieu, la coprésence. Il est un outil du contrôle social ou sa réponse, outil de pouvoir aussi.

° Maternité. La destination de la femme dans son accomplissement et son épanouissement (in)discutables sont ceux de sa vocation à être mère. Mère protectrice, garante de la morale des enfants, de leur éducation. L’école serait alors le lieu privilégié des rencontres féminines ?

° Fragilité. En même temps que, mère, la femme est protectrice et pourvoit aux nécessités domestiques, elle serait protégée par l’homme (père, mari, frère, fils, etc…). Cette thématique peut également être couplée avec celle de la vulnérabilité, le sentiment d’insécurité dans l’espace public.

° Temporalités. La vie de la femme serait plus que celle de l’homme conditionnée par des temporalités ; temporalités biologiques, liées à la possibilité de procréation, mais aussi temporalités quotidiennes liées au travail, horaires où il est « possible » et « acceptable » d’être dehors lorsque l’on est une femme.

° Conflits. L’espace public urbain semble fragmenté durablement selon ces pratiques genrées. Est-il pour autant lieu de conflit ? Si oui est-il apparent ou larvé ? Sinon est-il la résultante d’une forme de rapport socio-spatial de domination/soumission ?

Toutes ces thématiques seront interrogées, transversalement, dans l’ensemble du projet sur différents points d’accroche tels que la formation, les jardins partagés, les cafés…

Rencontre 13 février 2014

WP_20140213_001

Le 13 février a eu lieu notre première rencontre de terrain, notre première discussion avec les Gennevilloises. En 1h30, beaucoup de sujets ont été abordés sont avec ces deux « étudiantes » de l’Ecole Femmes sans Frontières. Ce qu’il en ressort : la fierté d’habiter la ville, la chance d’y vivre.

Au cours de ce premier entretien elles nous parlent des multiples lieux qu’elles fréquentent, le cinéma Jean Vigo, le nouveau centre Aimé Césaire pour le concert de rock ayant lieu le samedi suivant, le Centre nautique pour y accompagner les petits enfants, les divers équipements sportifs, le Théâtre de Gennevilliers pour certaines manifestations.

Gennevilliers est une ville-monde, une ville qui leur ressemble. Elles s’y sentent chez elles, accueillies. Pour autant elles sont attentives aux changements.

L’écoquartier, en construction, est attendu avec impatience pour plusieurs raisons :

–          Depuis la fin des activités de l’usine ETG Chausson, le terrain en friche était ressenti sans contrôle, le quartier peu éclairé, peu vivant aux heures nocturnes incitant à presser le pas, à marcher au milieu de la rue pour augmenter les angles de vue, en se méfiant des ombres. Les habitants, leurs vies, leurs activités, leurs déplacements sont donc attendus.

–          L’écoquartier comprend un parc et bien que la ville soit déjà bien pourvue en espaces paysagers (de plus en plus en gestion différenciée), ce parc est le bienvenu, il fait partie d’un mode de vie plutôt piéton, et doux dans la ville.

Dans le même temps, sans encore vraiment les formaliser, elles craignent des changements dans la ville, elles ont peur d’une extension des rythmes de vie rapides et embouteillés de Paris jusqu’à Gennevilliers. Elles n’ont pas envie de cela. Est-ce que ces craintes s’appuient sur les projections du Grand Paris ? Nous n’avons pas creusé cette question.

Nous leur avons présenté brièvement nos différentes interventions (recherche-action en études urbaines, photographie, chorégraphie) et notre volonté de les rencontrer en dehors du lieu de l’école, de leur faire raconter, dessiner leurs pratiques de la ville, de construire avec elles la Coopérative d’Inventions. Voilà donc une aventure qui commence.

Corinne Luxembourg

Corinne Luxembourg est maîtresse de conférences en géographie à l’Université d’Artois et chercheure au laboratoire  EA 2468 Discontinuités

Elle a soutenu sa thèse en décembre 2008 sous la co-direction de Colette Vallat et de François Bost.

Son travail de thèse intitulé : « Villes en transition : les avatars de l’industrie dans les villes françaises petites et moyennes (Blagnac, Bourges, Gennevilliers, Le Creusot, Valenciennes) » proposait l’étude de villes devenues des espaces interfaces, tour à tour interrogées sur leur caractère industriel, sur leur urbanité, sur les relations des espaces de production avec l’espace urbain et les bouleversements dont elles font l’objet. Ce travail a été publié aux éditions de l’Harmattan en septembre 2014 sous le titre Métamorphoses des villes industrielles : vivre la ville désindustrialisée.

Après avoir travaillé depuis 2004 sur les questions industrielles et urbaines, le patrimoine industriel, elle s’est peu à peu recentrée sur la place du travail et de l’habiter dans ces espaces urbains pour commencer depuis 2013 à les aborder à partir du corps. Elle s’essaie à la mise en évidence d’une relation entre un urbanisme des sensations et l’appropriation démocratique de la fabrique de la ville.

Depuis novembre 2013, elle est co-porteuse du projet La ville côté femmes.

Dalila Messaoudi

Dalila Messaoudi géographe et chercheure associée au laboratoire EA 4457 CEMOTEV – l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Diplômée de l’Institut Français de Géopolitique (Paris VIII) et de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Dalila Messaoudi a soutenu sa thèse en juin 2012 sous la co-direction de Colette Vallat et de François Bost.

Attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis en 2014-2015, puis à l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines en 2015-2016.

L’objet de son travail de thèse intitulé : « Les enjeux géoéconomiques, industriels et territoriaux de la délocalisation des entreprises françaises » était de mesurer l’impact territorial et d’analyser les effets territoriaux de la délocalisation des entreprises et de savoir si les pays anciennement industrialisés, et en l’occurrence la France, avaient les moyens d’agir pour maintenir en leur sein activités, emplois et croissance économique.

Ses thématiques de recherches s’orientent sur la réorganisation spatiale et productive des entreprises, la mobilité, le développement territorial, l’attractivité.

Carte

Dessinez sur cette carte vos pratiques quotidiennes de Gennevilliers. Vous pouvez y indiquer les trajets que vous effectuez, les lieux que vous fréquentez. Vous pouvez associer à ces lieux et parcours des commentaires et préciser s’ils vous sont agréables ou non.

MODE D’EMPLOI 
Pour participer à la carte, cliquez ICI. La carte s’ouvre alors dans un nouvel onglet. Activez l’édition de la carte en cliquant sur l’icône représentant un petit crayon icone_edition en haut à droite. Une fois le mode édition activé, il vous sera possible d’ajouter des points ou des lignes sur la carte et d’y associer des commentaires.

Comment procéder ?
La carte fonctionne avec différents calques (groupes d’objets géographiques), listés quand vous cliquer sur l’icône icone_calques :

calques

Il y en a trois : les lieux centraux, qui correspondent aux lieux importants de votre quotidien / les parcours négatifs, qui correspondent aux trajets auxquels vous associez un sentiment négatif, qui ne vous plaisent pas / les parcours positifs, auxquels vous associez un sentiment positif, qui vous plaisent.

Si vous cliquez sur le petit crayon associé à la couche « lieux centraux » – calque_lieux_centraux – vous pouvez ajouter les lieux importants dans votre vie quotidienne.

Si vous cliquez sur le petit crayon associé à la couche « Parcours – » – calque_parcours- – Vous pouvez ajouter les parcours que vous effectuez quotidiennement, et qui sont connotés plutôt négativement.

Si vous cliquez sur le petit crayon associé à la couche « Parcours + » – calque_parcours+ – Vous pouvez ajouter les parcours que vous effectuez quotidiennement, et qui sont connotés plutôt positivement.

A chaque fois que vous créez un objet géographique (lieu ou parcours), une fenêtre apparaît à droite où vous pouvez lui donner un nom et y associer un commentaire. Pour chaque objet créé, merci d’indiquer au moins votre nom ou un pseudonyme et votre sexe (femme / homme) dans le commentaire, afin que nous puissions identifier les différentes pratiques spatiales d’une même personne. Vous pouvez également préciser le moment de la journée auquel vous effectuez ce trajet (jour / nuit) et ajouter toutes les informations que vous souhaitez pour décrire et/ou expliquer le sentiment associé à l’espace, lieu ou parcours indiqué.

Cette carte participative a été mise ne place grâce à l’application U-Map d’OpenStreet Map. En participant à cette carte, vous acceptez que les informations que vous indiquez sur la carte soit extraites, traitées, utilisées, etc., par le groupe de recherche-action Les Urbain.e.s.

Pour voir la carte en plein écran, cliquez ici.

La ville côté femmes

WP_20131112_002Ce carnet de terrain doit accompagner un projet de recherches participatif et critique interrogeant la place des femmes dans l’espace public. Ce projet s’installe à Gennevilliers pour une durée de 6 années. Il s’agira d’étudier les rapports genrés, l’observation réflexive du corps des femmes dans différents contextes.

ETUDES URBAINES GENRÉES PARTICIPATIVES ET CRITIQUES