Archives de catégorie : Participations scientifiques

Le Festival L’Appel de la lune #4, nous soutenons, nous participons

Du 8 mars au 9 avril, le Festival L’Appel de la Lune aura lieu à Paris et se terminera par trois jours à La Bellevilloise les 7, 8 et 9 avril.

http://www.lappeldelalune.com/

Nous y serons le 25 mars à la Bibliothèque Louise Michel et le 8 avril à La Bellevilloise.

« FEMMES DANS L’ESPACE PUBLIC

L’espace public, symbolisé par la rue, est un espace à priori neutre. Pourtant, il comporte une dimension sexuée, genrée, souvent synonyme de contraintes pour les femmes. Elle implique généralement pour les femmes des techniques de contournement , d’évitement et d’adaptation de leurs comportements. Il s’agit de «ne pas traîner», «faire attention» ou de ne pas «s’exposer». Dans ces espaces qui sont pourtant à la fois lieux de rassemblement et de passage, les femmes semblent alors davantage opter pour une appropriation circulante que stationnaire. Ainsi, le corps semble déterminer nos rapports dans et avec cet espace qui se veut pourtant un espace de liberté. Le sentiment d’insécurité et de vulnérabilité qui naissent à son abord posent la question de l’égalité face à l’une des libertés fondamentale, celle de la liberté de circulation. Est-ce à dire qu’elle serait relative ? La ville se pense et se construit au travers de ses rues, ses squares, mais également ses équipements de loisirs, culturels et sportifs, ses commerces qui accompagnent autant de pratiques distinctes de l’espace public. Dans quelle mesure les politiques urbanistiques et culturelles ont-elles une influence sur l’appropriation de l’espace public ? Durant ce festival, il s’agira de convoquer les arts et les sciences pour interroger, questionner, débattre ce rapport complexe entre l’espace public, urbain et les femmes.

Continuer la lecture de Le Festival L’Appel de la lune #4, nous soutenons, nous participons

Mercredi 16 novembre, à Lille

gcdA l’invitation de Vanina Mozziconacci du jeune Labo Genere : http://labogenere.fr/ , nous étions à Lille à la Maison Européenne des Sciences de l’Homme

Programme

10h :Ouverture de la journée

10h15-11h15: Corinne Luxembourg (MCF, géographie, Université d’Artois) et Sabine Thorel-Hallez (MCF, sciences de l’éducation, ESPE LNF): « Mieux-être et hétérotopie au prisme du genre »

11h30-12h30: Lucile Ruault (doctorante, science politique, Lille 2) et Cécile Thomé (doctorante, sociologie, EHESS):« Système de genre et maîtrise du parcours procréatif : de l’avortement à domicile aux méthodes ‘naturelles’ de contraception »

14h30-15h30: Lucy Michel (doctorante, linguistique, Université de Bourgogne) et Laura Tatoueix (doctorante, histoire, Université de Rouen): « Nommer le ‘féminin’ : questions méthodologiques et épistémiques en histoire et en linguistique »

16h-17h: Vanina Mozziconacci (doctorante, philosophie, ENS de Lyon) et Maxime Triquenaux (doctorant, littérature, Lyon 2): “Point de vue, voix et genre”

17h: conclusion et clôture de la journée.

Argumentaire

Dès son apparition, le concept de genre migre presque immédiatement entre les disciplines et connaît d’importantes mutations du fait de ses différents voyages. En effet, si ses premières acceptions psychologiques et médicales sont descriptives et normatives (ce discours accompagne un travail médical de normalisation : l’objectif est de mettre en conformité sexe et genre), il devient, dans les études de genre, un outil critique.

Qu’en est-il de la circulation du concept de genre aujourd’hui ? Si le genre a une valeur heuristique, quel rôle joue-t-il précisément dans chaque discipline ? Peut-il être le lieu d’une transdisciplinarité (usages de concepts et méthodes provenant de diverses disciplines) ou d’une interdisciplinarité (collaboration entre différentes disciplines à partir de leurs problématiques constituées) ? Il s’agit de se demander si, sous ce terme identique, le travail pluridisciplinaire est possible ; il s’agit d’élaborer ensemble notre définition du genre afin que celui-ci ne soit ni un malentendu ni un lieu commun. Autrement dit : que signifie travailler ensemble avec le genre ?

Pour répondre à cette question, nous souhaiterions proposer une journée d’étude avec un principe organisateur original: chaque intervention sera le fruit du travail pluridisciplinaire d’un binôme, auquel il sera demandé de préciser l’épistémologie et la méthodologie attachées à la notion de genre et comment celle-ci peut être l’occasion d’un travail conjoint.

L’Agriculture urbaine : levier de mixité

photo nous sur le programmeNous étions au colloque international et interdisciplinaire « Penser l’émancipation » à Bruxelles.

Nous avons présenté nos premiers résultats à partir d’observations, d’observations participantes, d’entretiens et de recensement sur les jardins collectifs urbains.

Notre proposition consiste à appréhender l’agriculture urbaine comme participant d’un projet collectif de développement d’une ville nourricière, davantage respectueuse de l’environnement et du bien-être, mais aussi comme un levier potentiel d’émancipation et de mixité genrée. Nous nous demanderons comment, dans le contexte gennevillois, l’agriculture urbaine peut prendre la forme d’une responsabilisation collective et devenir l’un des vecteurs concrets du changement de rapport des habitant-e-s à la ville, à la fabrication de l’urbain. De la remise en cause d’un urbanisme trop monofonctionnel, la réflexion s’oriente aussi sur l’androcentrisme de la ville et ses conséquences.

Comment ce mouvement, clairement ancré dans le retour aux circuits courts de production, imaginant la ville productive et non pas productiviste, réinvestissant l’espace public, suscite-t-il l’attention et l’engagement de groupes d’habitantes et d’habitants mixtes, voire plus majoritairement féminins ? Ces nouveaux modes de luttes et de pratiques alternatives, en posant concrètement la question du droit à la ville, comme le droit de toutes et tous à transformer la ville, peuvent-ils être les moyens de lutte contre le sexisme ? Enfin, l’appropriation de ces lieux de production agricoles permet-il une autre forme de production d’espaces ?

20151012_183731Les jardins collectifs urbains n’échappent pas aux stéréotypes de genre, mais sont aussi les lieux d’un retournement de ces stéréotypes. L’agriculture urbaine, en mettant la ville en mesure d’être nourricière devient un levier de résistance, d’émancipation, de mixité mais aussi de bien être.

Et si la ville se produisait aussi dans les jardins partagés ?

Habiter la ville côté femmes : un « droit à la ville » amputé ?

Le 20 avril, nous présentons la recherche-action à l’Université d’Annaba.

Les espaces publics des villes contemporaines sont en apparence des lieux de liberté, de mixité, offrant à chacun la possibilité d’accéder à un ensemble de services, échappant aux contraintes de la distance et favorisant ainsi l’interaction sociale. Pourtant, tout en étant créatrices de pratiques nouvelles et porteuses d’innovation (Chalas, 2005) elles restent le reflet des normes sociales dominantes dans leurs dynamiques sociales, économiques, urbanistiques et paysagères, auxquelles s’ajoute la standardisation que la mondialisation accélère. Ainsi, elles sont des lieux de contraction des distances-temps, d’accélération, d’amplification des fragmentations sociales et spatiales (Augé, 1992 ; Donzelo, 2006 ; Mongin, 1997 ; Pumain, 1997). Notre proposition s’intéresse à la quotidienneté de l’espace urbain vécu au féminin en prenant appui sur un projet de recherche-action « La ville côté femmes » en cours (2014-2020) à Gennevilliers, en nous attachant à la question d’appropriation de l’espace public urbain. Par ailleurs, se pose aussi la question de l’accessibilité des femmes au marché du travail dans une ville de banlieue francilienne et les conséquences en termes d’usage de l’espace public (Bigoteau, 2011).

La construction de la ville des grands ensembles a répondu à plusieurs objectifs, trouver une solution rapide au mal-logement tout en maintenant une relation forte entre le lieu de travail et le logement (Vieillard-Baron, 1997 ; Lapeyronnie et Wacquant, 2009). Or, l’emploi reste, à cette période, encore majoritairement masculin, les carrières professionnelles féminines étant généralement courtes, souvent arrêtées lors de la première grossesse, ou encore à temps partiel. Ces espaces urbains dessinés et bâtis par les hommes sont l’espace vécu des femmes pour l’essentiel (Raibaud, 2014). Aujourd’hui, dans l’ensemble des villes occidentales, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à vivre dans des villes construites par les hommes. Pour autant, si cela signifie que les femmes ont une plus grande appropriation de l’espace public urbain, en se référant au nombre de lieux fréquentés, cela ne se traduit pas par une occupation pérenne des lieux comme peuvent le faire les hommes (bancs, halls d’immeuble, terrasses de café…), mais par une circulation où les arrêts sont rares. Enfin, cet habiter féminin est confronté aux déficiences générales de l’habiter de l’ensemble de la population dans nombre de ces quartiers de grands ensembles. C’est-à-dire que la fonction même d’habiter a longtemps été réduite à la seule fonction de loger et l’est encore trop souvent. Or la ville de la mondialisation, issue de la compartimentation de la ville moderne, en ne permettant pas la mixité fonctionnelle, renforce la fragmentation genrée de l’espace public. Réseaux de circulation, lieux de rencontres et de vie sociale ne sont ni partagés par les hommes et les femmes ni appréhendés de la même manière. De plus, la rupture spatiale entre les lieux d’activités professionnelles et les lieux de logement raréfie la mixité d’usages des espaces publics. Les logiques de coquilles spatiales (Moles, 2009), semblent dans la ville contemporaine se dédoubler par genre et produire de nouvelles frontières entre espaces publics et espaces privés (Moullé, 2013).

Dès lors, comment envisager « l’espace vécu » (Frémont, 1976) féminin, les illustrations des « murs invisibles » dans la ville (Di Méo, 2011) et leur prise en compte par les politiques urbaines, à différentes échelles ? Quels pourraient être les moyens des politiques urbaines mis en œuvre pour détruire ces « murs invisibles », pour conquérir ce no-woman’s land ?

A partir de l’exemple gennevillois développé dans le projet de recherches « La ville côté femmes », notre communication s’efforcera d’apporter des éléments d’analyse.

Femme et politiques publiques : l’exemple de la commune de Gennevilliers

Les 13 et 14 novembre 2014, nous présentions une nouvelle communication lors du colloque international Genre, pouvoir et représentation au local à Bordeaux.

Les villes modernes sont en apparence des lieux de liberté, de mixité, offrant à chacun la possibilité d’accéder à un ensemble de services, échappant aux contraintes de la distance et favorisant ainsi l’interaction sociale. La politique de la ville, dès ses premières réflexions dans les années 1970, porte des projets de vie meilleure, d’égalité,  d’émancipation pour l’ensemble de la population. Pourtant l’étude des villes, de leurs évolutions, de leurs projets politiques montre que, tout en étant créatrices de pratiques nouvelles et porteuses d’innovation, elles restent le reflet des normes sociales dominantes et des dynamiques sociales, économiques, urbanistiques et paysagères. Ainsi, au même titre que les différenciations sociales, la distinction genrée engendre elle aussi une production de l’espace. Sans doute, la construction architecturale et urbanistique ayant été principalement masculine jusqu’à aujourd’hui a-t-elle empêchée longtemps de considérer la ville comme produit d’une conception hétéronormative du territoire urbain répartissant les espaces selon les rôles sociaux attribués aux femmes et aux hommes. Dès lors, comment envisager « l’espace vécu » (A. Frémont) féminin, les illustrations des « murs invisibles » dans la ville (G. Di Méo) et la prise en compte de cela par les politiques urbaines, à différentes échelles ? Comment concevoir un urbanisme qui prenne en compte les déplacements, les modes d’habiter la ville féminins afin que l’espace public soit occupé à part égale par les hommes et les femmes ? Prôner un développement urbain gynécentré comme une réponse à l’urbanisme androcentré fruit d’un rapport de domination masculine est-il la réponse ?

Cette proposition de communication s’appuie sur une expérience de recherche action La ville côté femmes menée à Gennevilliers cherchant à comprendre les mécanismes d’appropriation de l’espace public par les femmes. Dans ce contexte, l’objet de cette communication est de contribuer à enrichir le débat, en interrogeant l’occupation et l’appropriation de l’espace par les femmes et le rôle des politiques publiques. Aborder les politiques urbaines par le prisme féminin implique d’interroger nombre de comportements, de qualifications, de stéréotypes (reposant pour l’essentiel sur un présupposé de détermination biologique), de rapports genrés. Il s’agira également d’évaluer l’impact des dispositifs mis en œuvre dans la commune en matière de droit des femmes. La municipalité de Gennevilliers est-elle attentive aux droits des femmes ? Quels sont les actions concrètes ?

Cette recherche s’appuie sur des trajectoires individuelles, des élus, des acteurs associatifs afin de déterminer comment peuvent-être semé les éléments d’un dialogue pour une conception d’une ville pour tou.te.s. Les matériaux utilisés sont bien sûr des retranscriptions d’entretiens, mais aussi des cartes mentales, des chronogrammes, des photographies afin de comprendre les mécanismes à l’œuvre.

De la maison à la commune : l’appropriation de l’espace public par la formation.

Le 2 juillet 2014 lors des Journées scientifiques régionales sur le genre à Reims, nous avons produit la première communication sur le projet, à partir des premières rencontres avec l’école Femmes sans Frontières de Gennevilliers.

En voici le résumé :

La ville côté femmes : une expérience de recherche action. De l’habitat enfermé à l’espace public. Comment s’approprier l’espace public par le biais de réseaux ?

Nous posons le territoire au centre de notre questionnement. Il est envisagé comme une clef de compréhension des mécanismes d’appropriation de l’espace public par le biais de l’élargissement des appartenances aux réseaux de sociabilité.

Le travail de recherche « La ville côté femmes » se veut un projet de recherche action et s’intéresse en particulier aux usages de l’espace public par les femmes. Pour se faire, l’Ecole des femmes sans frontières, ouverte à Gennevilliers depuis 2012, grâce au partenariat de l’Institut des Hauts-de-Seine et de la Ville de Gennevilliers, nous sert d’objet d’études et d’observation d’un lieu, moyen de passage de la maison à la commune, c’est-à-dire d’un habitat restreint à l’intime de la vie domestique (logement, activités enfantines) à un mode d’habiter la ville plus élargi, favorisé notamment par la formation et l’accès à l’emploi. On remarque en effet que les femmes peu scolarisées et en situation de précarité ont un certain nombre de points communs dans les difficultés qu’elles rencontrent (problèmes familiaux, violences, réticence de l’époux ou du compagnon vis-à-vis de l’école, problèmes financiers, etc.). Le fait de rejoindre ce type de réseau permet aux femmes de modifier parfois la vision qu’elles ont du monde et d’elles-mêmes.

L’hypothèse ainsi sous-tendue est que la progressive appartenance à un réseau, en l’occurrence l’ensemble des intervenants de l’Ecole (encadrants et étudiantes), favorise l’élargissement de la pratique de la ville. Nous interrogerons donc aussi le territoire dans sa capacité médiatrice par le biais de réseaux pour la formation et l’emploi. Il constituera une sorte de jauge permettant de mesurer la complexité des enjeux.

Si l’on peut aisément identifier les enjeux que cette insertion soulève, il est bien plus complexe d’analyser les effets induits et notamment le fait que l’intégration à un tel groupe permet par capillarité l’accès à d’autres réseaux. Il s’agit ensuite de vérifier une seconde hypothèse, si on considère que l’appartenance au réseau permet une meilleure appropriation de la ville, une diversification des modes d’habiter, on peut imaginer une réciproque qui serait que la conscience d’appropriation d’un territoire plus important entraîne mécaniquement l’intégration des femmes dans réseaux de sociabilité plus important, favorisant ainsi la fonction émancipatrice de la ville.

Nous nous appuierons sur des trajectoires individuelles, sur des parcours de vie afin de déterminer en amont et en aval quels sont les freins, les difficultés et les stratégies mis en place par ces femmes pour leur insertion socio-professionnelle. Quelles réponses trouvent-elles au sein du tissu associatif ? Quelles sont les répercussions indirectes ? Nous utiliserons des matériaux tels que les cartes mentales, des chronogrammes, les photographies, pour comprendre vérifier s’il existe ou non une réelle extension des pratiques urbaines.