Femme et politiques publiques : l’exemple de la commune de Gennevilliers

Les 13 et 14 novembre 2014, nous présentions une nouvelle communication lors du colloque international Genre, pouvoir et représentation au local à Bordeaux.

Les villes modernes sont en apparence des lieux de liberté, de mixité, offrant à chacun la possibilité d’accéder à un ensemble de services, échappant aux contraintes de la distance et favorisant ainsi l’interaction sociale. La politique de la ville, dès ses premières réflexions dans les années 1970, porte des projets de vie meilleure, d’égalité,  d’émancipation pour l’ensemble de la population. Pourtant l’étude des villes, de leurs évolutions, de leurs projets politiques montre que, tout en étant créatrices de pratiques nouvelles et porteuses d’innovation, elles restent le reflet des normes sociales dominantes et des dynamiques sociales, économiques, urbanistiques et paysagères. Ainsi, au même titre que les différenciations sociales, la distinction genrée engendre elle aussi une production de l’espace. Sans doute, la construction architecturale et urbanistique ayant été principalement masculine jusqu’à aujourd’hui a-t-elle empêchée longtemps de considérer la ville comme produit d’une conception hétéronormative du territoire urbain répartissant les espaces selon les rôles sociaux attribués aux femmes et aux hommes. Dès lors, comment envisager « l’espace vécu » (A. Frémont) féminin, les illustrations des « murs invisibles » dans la ville (G. Di Méo) et la prise en compte de cela par les politiques urbaines, à différentes échelles ? Comment concevoir un urbanisme qui prenne en compte les déplacements, les modes d’habiter la ville féminins afin que l’espace public soit occupé à part égale par les hommes et les femmes ? Prôner un développement urbain gynécentré comme une réponse à l’urbanisme androcentré fruit d’un rapport de domination masculine est-il la réponse ?

Cette proposition de communication s’appuie sur une expérience de recherche action La ville côté femmes menée à Gennevilliers cherchant à comprendre les mécanismes d’appropriation de l’espace public par les femmes. Dans ce contexte, l’objet de cette communication est de contribuer à enrichir le débat, en interrogeant l’occupation et l’appropriation de l’espace par les femmes et le rôle des politiques publiques. Aborder les politiques urbaines par le prisme féminin implique d’interroger nombre de comportements, de qualifications, de stéréotypes (reposant pour l’essentiel sur un présupposé de détermination biologique), de rapports genrés. Il s’agira également d’évaluer l’impact des dispositifs mis en œuvre dans la commune en matière de droit des femmes. La municipalité de Gennevilliers est-elle attentive aux droits des femmes ? Quels sont les actions concrètes ?

Cette recherche s’appuie sur des trajectoires individuelles, des élus, des acteurs associatifs afin de déterminer comment peuvent-être semé les éléments d’un dialogue pour une conception d’une ville pour tou.te.s. Les matériaux utilisés sont bien sûr des retranscriptions d’entretiens, mais aussi des cartes mentales, des chronogrammes, des photographies afin de comprendre les mécanismes à l’œuvre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *